pressant, ante


Recherches associées à pressant, ante: oppressant, pressent, rabaissant, réticent

PRESSANT, ANTE

(prè-san, san-t') adj.
Qui presse, qui serre.
Et mouillant de ses pleurs le marbre de ses pieds [d'une statue], Que de ses bras pressants elle tenait liés [RAC., Brit. v, 8]
Fig. Qui insiste sans relâche.
Que vous êtes pressant ! Quoi donc ! vous en faut-il découvrir davantage ? [MONTFLEURY, Femme juge et partie, IV, 2]
La surprise que ma résolution parut causer à Mme de Vambure, rendit M. de Dorsan plus pressant pour me retenir [MARIV., Pays. parv. 6e part.]
Eh ! voilà le plus pressant petit drôle qui soit au monde [BRUEYS, Grondeur, I, 8]
Il se dit, en parlant des choses, dans un sens analogue.
Sous ce pressant remords il a trop succombé, Et s'est à mes bontés lui-même dérobé [CORN., Cinna, IV, 2]
Le pressant embarras d'une surprise extrême M'a tantôt inspiré ce honteux stratagème [MOL., Éc. des mar. III, 10]
Il y a [dans une lettre de Bussy au roi].... des tours pour le porter à vous secourir qui ne sont que trop singuliers, trop pressants et trop véritables [SÉV., à Bussy, 17 juin 1687]
Et peut-être jamais de si pressants ennuis N'avaient autorisé le désordre où je suis [TH. CORN., Maxim. III, 6]
Et le temps dans mon cœur n'affaiblira jamais Le pressant souvenir de ses rares bienfaits [ID., Ar. III, 4]
N'est-ce pas vous enfin de qui la voix pressante Nous a tous appelés aux campagnes du Xanthe ? [RAC., Iph. I, 3]
Auguste ne laissa pas de demander au roi [Charles XII], en termes pressants, la grâce du Livonien [ID., Charles XII, 3]
Ma situation est véritablement pressante ; il faut que je prenne un parti [GENLIS, Théât. d'éduc. Dangers du monde, II, 2]
Une douleur pressante, une douleur aiguë et violente.
Cette douleur pressante Que la mort d'un amant jette au cœur d'une amante [CORN., Hor. v, 2]
Fig. Qui presse, accable un adversaire, dans la discussion.
Newton combat le cartésianisme, et il se montre aussi pressant dans cette attaque qu'il est solide dans les preuves de sa théorie [SENNEBIER, Ess. art d'observ. t. II, p. 32, dans POUGENS]
Il se dit des choses en un sens analogue.
À ces discours pressants que saurait-on répondre ? [BOILEAU, Épître XI]
Un sujet plus pressant excite mes alarmes [RAC., Athal. II, 4]
Un des reproches les plus pressants et les plus ordinaires que les premiers apologistes de la religion faisaient autrefois aux païens.... [MASS., Carême, Immutab. de la loi.]
Cela est net, pressant et serré, et je bénis l'auteur de l'extrait, quel qu'il puisse être [D'ALEMB., Lett. à Volt. 31 mars 1762]
Urgent, qui ne permet pas de délai.
Et je satisferai des devoirs si pressants Par une haine obscure et des vœux impuissants ? [CORN., Cinna, I, 2]
L'occasion, Néarque, est-elle si pressante ? [ID., Poly. I, 1]
Ordres pressants [ROTR., Vencesl. III, 6]
Qu'il vous avait fait saigner trois fois, et que votre mal était fort pressant et fort violent [SÉV., 5 nov. 1684]
Eh bien ! quel intérêt si pressant et si tendre à ce vieillard chrétien votre cœur peut-il prendre ? [VOLT., Zaïre, III, 6]
Qui presse, resserre l'idée.
Perse, en ses vers obscurs, mais serrés et pressants, Affecta d'enfermer moins de mots que de sens [BOILEAU, Art p. II]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ceulx qui sont en si pressante crainte de perdre leur bien [MONT., I, 64]