pressement

PRESSEMENT

(prê-se-man) s. m.
Action de presser.
La séparation du pur et de l'impur [des aliments] se fait par le pressement continuel que cause la respiration et le mouvement du diaphragme sur les boyaux [BOSSUET, Connaiss. II, 10]
Ils aiment mieux recourir.... à des qualités de la lune pour le flux et le reflux de la mer, qu'au pressement de l'air qui environne la terre [MALEBR., Rech. vér. I, 6]
Fig.
Quelle malice, de ne vouloir pas sentir dans ces paroles [sur la grâce] une liberté qui rend inutiles les pressements salutaires d'une main qui nous favorise jusqu'à vouloir nous guérir ! [BOSSUET, Avert. sur le livre Réflex. mor. III]
Ce Dieu, qui est si fort éloigné de nous par toutes ses autres qualités, entre avec nous en société, s'égale et se mesure avec nous par les tendresses de son amour, par les pressements de sa miséricorde, qui attire à soi notre cœur [ID., 2e serm. pour le jeudi de la semaine de la Pass. 2]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Pressement [ROB. EST., Dict. fr.]

pressement

Pressement, Pressus huius pressus.