prester

prester

v.t.
En Belgique, fournir un service.

PRESTER

(prè-stêr) s. m.
Dans l'ancienne physique, espèce de météore igné. On a écrit aussi prestère.
Les éclairs paraissaient, si le vent en co lère, Se roulant sur lui-même, excitait le prestère, [, Mercure, sept 1747, dans RICHELET]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. prester, du grec, brûler.

prester

PRESTER. v. a. Donner à la charge de rendre. Prester des hardes. prester des livres. prester de l'argent. prester un cheval. prester son carrosse.

Il s'employe quelquefois absolument comme dans ces phrases, Prester à interest. prester à usure. prester sur gages; & alors le mot d'argent est tousjours sous-entendu. C'est un homme qui n'aime pas à prester.

On dit, Prester secours, aide, faveur, &c. pour dire, Secourir, aider, favoriser quelqu'un en quelque chose. Prester main forte, pour dire, Appuyer par la force l'execution des ordres de la justice. Prester la main à quelque chose, pour dire, Aider à faire quelque chose. Et cela se dit ordinairement, lors qu'il est question de porter quelque chose de pesant, de remuer quelque fardeau. Prestez-moy un peu la main.

On dit encore, Prester l'oreille, prester audience, prester attention, prester silence, pour dire, Escouter, donner audience, avoir attention, faire silence.

On dit aussi, Prester serment, pour dire, Faire serment devant quelqu'un.

On dit, qu'Un homme preste son nom à un autre, Lorsque pour faire plaisir à un autre, il veut bien passer en son nom un acte où il n'a point interest. On dit aussi, qu'Un homme a presté son nom à un autre, Lorsqu'il luy permet de se servir de son nom en quelque occasion. Et on dit d'un homme sous le nom duquel un autre tient ou poursuit un benefice, que C'est un homme qui preste son nom.

On dit prov. Prester une charité, des charitez à quelqu'un, pour dire, Supposer malignement qu'il a dit ou fait quelque chose à quoy il n'a point pensé. Je suis persuadé qu'il est innocent, & que c'est une charité qu'on luy preste.

On dit, Prester le collet à quelqu'un, pour dire, Se presenter pour lutter ou combattre corps à corps contre luy. Il est aussi fort que luy, il luy prestera le collet quand il voudra.

Prester, se met quelquefois avec l'article, comme si c'estoit un nom substantif, & on dit prov. Ami au prester, ennemi au rendre, pour dire, qu'Un homme à qui on a presté de l'argent, devient souvent l'ennemi de celuy qui l'a presté quand il le faut rendre.

On dit de mesme, C'est un presté à jamais rendre, pour dire, qu'On a presté à un insolvable ou à un ingrat.

Prester, est aussi neutre, & il se dit du Cuir, des estoffes & autres choses de mesme nature, qui s'estendent aisement quand on les tire. Du cuir qui preste. un bas qui preste. une estoffe qui preste.

prester

Prester, act. acut. Est un terme general à ce que les Latins disent Mutuare, et Commodare, seu dare vtendum, Et ne sont ces deux significations diverses, distinguées que par le nom qu'il regit, comme, Prester argent, Mutuam pecuniam dare, Prester un cheval, une espée, une maison, Dare commodato equum, ensem, domum.

Prester à gens qui ne rendent pas volontiers, Male credere.

Prester sa robbe à quelqu'un qui n'est point de nostre maison, Dare foras vestem.

Prester à quelqu'un sous le nom d'un tiers, Transcribere.

Il y en a à qui il ne fait pas bon prester, Sunt quibus credas male.

A qui on a presté quelque chose, Commodatarius.

Il luy envoya prier qu'il luy prestast pour la voir, Mittit etiam trullam auream rogatum, velle eam diligentius considerare, Budaeus ex Cic.

Demander qu'on nous preste, Mutuum rogare.

Rendre ou rapporter ce qu'on nous a presté, Commodata referre, vel reportare.

Prester sa maison à aucun pour faire les nopces, Commodare aedes suas alicui ad nuptias.

Ayes courage, on le te preste, Habe animum bonum: creditur.

Prester son nom, Aider de son nom à un tiers, Nomen suum commodare, Interponere personam suam, Bud.

Celuy qui preste son nom pour plaider contre un autre, Litigator in causa adumbratus, B.

Il ne faisoit que prester son nom, Adumbratus in Herbitensibus decumis, B. ex Cic.

Chose prestée ou empruntée, Mutuum.

Toute chose prestée liberalement à la charge de la rendre au plaisir du presteur, Precaria res.

¶ Prester l'oreille aux flateurs, Patefacere aures assentatoribus.