prestolet

PRESTOLET

(prè-sto-lé ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des prè-sto-lè-z impudents ; prestolets rime avec traits, succès, faix, etc.) s. m.
Terme de dénigrement. Ecclésiastique sans considération.
Voyez-vous bien ce petit prestolet-là [l'abbé de Bissy] qui ne semble pas savoir l'eau troubler ? c'est une ambition effrénée [SAINT-SIMON, 99, 58]
Sur cette montagne empestée Où la fouie toujours crottée De prestolets provinciaux Trotte sans cause et sans repos [GRESSET, Chartr.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. Est-ce un dérivé du latin praestolari, attendre, qui avait donné, dans le XVIe siècle, prestolant ? ou est-ce une dérivation irrégulière du diminutif prestrot, qui s'est dit pour prêtre en un sens de dénigrement ?

prestolet

PRESTOLET. n. m. Terme péjoratif dont on se sert pour désigner un Ecclésiastique sans considération. Il fait l'important, et ce n'est qu'un prestolet.

prestolèt


PRESTOLèT, s. m. [Prèstolè: 1re et dern. è moy. — Le Dict. de Trév. (en 1704) écrit prestolé, et cite l'Ab. de St. Réal. On a mis dans la suite prestolet.] Terme de mépris. Éclésiastique sans établissement et sans naissance. "Il fait l'Abbé d' importance, et ce n'est qu'un prèstolet.