prévention

(Mot repris de prevention)

prévention

n.f.
1. Ensemble des mesures prises pour prévenir un danger, un risque, un mal, pour l'empêcher de survenir : Un plan de prévention des risques industriels. Développer la prévention pour éviter de recourir à la répression.
2. Ensemble des moyens mis en œuvre pour empêcher l'apparition, l'aggravation ou l'extension des maladies.
3. Opinion défavorable formée sans examen ; partialité, parti pris : Il a une prévention à l'égard du rap préjugé
4. Dans la langue juridique, état d'un individu contre lequel il existe une présomption de délit ou de crime ; détention d'un prévenu.
Prévention routière,
ensemble des mesures visant à réduire le nombre et la gravité des accidents de la route.

PRÉVENTION

(pré-van-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Terme de droit. Action de devancer l'exercice du droit d'un autre. Particulièrement. Droit qu'a un juge de connaître d'une affaire dont il a été saisi le premier (vieux en ce sens). Les bailis et les sénéchaux avaient quelquefois le droit de prévention sur les juges subalternes.
Prévention en cour de Rome, droit que le pape avait de pourvoir à un bénéfice dans les six mois accordés à l'ordinaire pour le conférer.
Le roi obtint la nomination des bénéfices ; et le pape eut, par un article secret, le revenu de la première année, en renonçant aux mandats, aux expectatives, à la prévention.... [VOLT., Mœurs, 138]
Terme de rhétorique. Figure par laquelle l'orateur prévient ce qu'on pourrait lui opposer.
Action de prévenir, d'aller au-devant.
Ce qui est voulu comme fin est voulu par prévention devant les moyens [BOSSUET, Rép. à une lettre de l'archev. de Cambrai.]
Ils [les bons anges] n'avaient pas besoin dé la prévention de cet attrait indélibéré qui nous incline vers le bien, et qui est, dans les hommes enclins à mal faire, le secours médicinal du Sauveur [ID., Élévat. sur myst. IV, 3]
Ce qui dispose le jugement ou la volonté à se déterminer, indépendamment des motifs de vérité et de justice.
La prévention induisant en erreur [PASC., Pens. XXV, 80, éd. HAVET]
Il faut avouer que la religion chrétienne a quelque chose d'étonnant. - C'est parce que vous y êtes né, dira-t-on. - Tant s'en faut ; je me roidis contre, par cette raison-là même, de peur que cette prévention ne me suborne [ID., ib. XXIV, 7]
Ce fut une chose rare de voir tour à tour les convulsions de la prévention expirante sous la force de la vérité et de la raison [SÉV., 344]
La prévention, c'est une espèce de folie qui empêche de raisonner [BOSSUET, Polit. VIII, v, 2]
Il [M. Halley] ignorait ces préventions outrées en faveur d'une nation, injurieuses au reste du genre humain [MAIRAN, Éloges, Halley.]
La prévention voit les choses comme elle voudrait qu'elles fussent ; mais la raison ne les voit que telles qu'elles sont [DUMARS., Œuv. t. v, p. 279]
Ceux qui lisent ce livre sans prévention [l'Histoire de l'Académie, par Pellisson] sont bien étonnés de la réputation qu'il a eue ; mais il y avait alors quarante personnes intéressées à le louer [VOLT., Goût, note 22]
La prévention pour la coutume a été, de tout temps, un obstacle aux progrès des arts [CONDILL., Conn. hum. II, I, 5]
Supporter avec patience les jugements de la prévention, et attendre du temps le moment de la justice [CONDORCET, Bucquet.]
En jurisprudence criminelle, état d'un prévenu. Mise en prévention.

SYNONYME

  • PRÉOCCUPATION, PRÉVENTION. La préoccupation exprime seulement un fait, à savoir que l'esprit est occupé d'avance par une opinion ; la prévention ajoute à ce fait que la préoccupation qui s'est emparée de l'esprit est indépendante des bonnes raisons.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Je [Socrate] ferois honte à nostre ville, en l'aage que je suis, et en telle reputation de sagesse que m'en voicy en prevention, de m'aller desmettre à de si lasches contenances [supplications] [MONT., IV, 216]
    La caution et prevention dont les fourmis usent à ronger le grain de peur qu'il ne germe [ID., II, 166]
    Quant à la prevention, le pape n'en use que par souffrance au moyen du concordat.... [P. PITHOU, 55]
    Quant il adviendroit que son bon service n'auroit esté remuneré ou par prevention de mort ou par opportunité non escheue... [M. DU BELL., Prol.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. prevention ; espagn. prevencion ; ital. prevenzione ; du lat. praeventum, supin de praevenire, prévenir.

prévention

PRÉVENTION. n. f. Opinion préconçue, favorable ou défavorable, antérieure à tout raisonnement ou examen. Il faut se défaire, se dépouiller de toute prévention. Juger des choses sans prévention. C'est un homme plein de préventions. Inspirer à quelqu'un des préventions. Vaincre les préventions de quelqu'un. Un juge ne doit avoir de préventions ni pour ni contre un accusé.

En termes de Jurisprudence, il désigne l'État d'un homme prévenu de délit, de crime. Il est en prévention, en état de prévention. La mise en prévention.

prevention

Prevention, Occupatio, Anticipatio.

Synonymes et Contraires

prévention

Traductions

prévention

prevention, forethought, preconception, prophylaxisהישמרות (נ), מניעה (נ), מנע (ז), סיכול (ז), קידום פני הרעה (ז), סִכּוּל, מֶנַע(het) voorkómen, vooringenomenheid, voorlopige hechtenis, preventiePrävention, Vorbeugungprevençãoprevenzioneوِقَايَّةprevenceforebyggelseπρόληψηprevenciónennaltaehkäisyprevencija予防예방forebyggingzapobieganieпредотвращениеförekommandeการป้องกันönlemesự ngăn ngừa预防Превенция預防 (pʀevɑ̃sjɔ̃)
nom féminin
fait d'agir pour éviter qqch prévention routière

prévention

[pʀevɑ̃sjɔ̃] nf
[risque] → prevention
des mesures de prévention → preventive measures
(DROIT)custody, detention
prévention routière nfroad safety