prévoyance

(Mot repris de prevoyance)

prévoyance

[ prevwajɑ̃s] n.f.
Qualité de qqn qui sait prévoir : Sa prévoyance lui a permis d'éviter bien des déboires imprévoyance

PRÉVOYANCE

(pré-vo-ian-s' ; plusieurs disent pré-voi-ian-s') s. f.
Action de prévoir, faculté de prévoir.
Les prévoyances des besoins et des utilités que nous aurions de sa présence [Pascal le père] [PASC., Lett. sur la mort de son père]
C'est elle [la sagesse divine] dont la prévoyance s'étend aux siècles futurs, et enfer me dans ses desseins l'éternité tout entière [BOSSUET, le Tellier.]
Une sage prévoyance de l'avenir doit faire préparer pendant la paix ce qui peut servir en temps de guerre [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 400, dans POUGENS]
Soin par lequel on prend des mesures pour l'avenir.
Il vint hier ici Mesdames... ; un léger soupçon avait causé une légère prévoyance qui composa un très bon dîner [SÉV., 305]
Ce qu'une judicieuse prévoyance n'a pu mettre dans l'esprit des hommes, une maîtresse plus impérieuse, je veux dire l'expérience, les a forcés de croire [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Un homme [Cromwell] ....qui ne laissait rien à la fortune de ce qu'il pouvait lui ôter par conseil et par prévoyance [ID., ib.]
Dieu défend-il tout soin et toute prévoyance ? [RAC., Athal. III, 6]
Je vois que rien n'échappe à votre prévoyance [ID., Baj. II, 1]
Ce qui perdit surtout Pompée fut la honte qu'il eut de penser qu'en élevant César comme il avait fait, il eût manqué de prévoyance [MONTESQ., Rom. 11]
C'est une prévoyance très nécessaire de sentir qu'on ne peut tout prévoir [J. J. ROUSS., Contrat social, IV, 6]
La prévoyance des renards qui cachent leur gibier en différents endroits pour le retrouver au besoin [BUFF., Disc. nat. anim. Œuv. t. v, p. 383]
Où l'espoir est perdu la prévoyance est vaine [DELILLE, Parad. perdu, X]
Au plur.
Espérons en Dieu, et ne nous fatiguons pas par des prévoyances indiscrètes et téméraires [PASC., Lett. sur la mort de son père]
Vous sentez donc l'amour maternelle..., eh bien ! moquez-vous présentement des craintes, des inquiétudes, des prévoyances, des tendresses qui mettent le cœur en presse [SÉV., 13 déc. 1671]
C'est quelquefois par ces prévoyances [dans les choses de la vie] qu'on est garanti des malheurs où les autres tombent par leur imprudence [ID., 3 juill. 1680]
Aussi loin que peuvent aller les forces et les prévoyances humaines, on devait ici compter sur le succès [VILLEMAIN, Souvenirs contemporains, Cent-Jours, ch. VIII.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le cyrurgien doit ouvrer o [avec] porvoiance et o sapience [H. DE MONDEVILLE, f° 33, verso.]
  • XVIe s.
    Cette prevoyance des bestes d'amasser et espargner pour le temps à venir [MONT., II, 186]
    Par son industrie et prevoyance incomparable [CARL., VII, 20]

ÉTYMOLOGIE

  • Prévoyant. L'ancienne langue disait pourveance, et au XIVe siècle previdence, qui a duré jusqu'au XVIe.

prévoyance

PRÉVOYANCE. n. f. Faculté de prévoir. Rien n'échappe à sa prévoyance. Cet homme est doué d'une grande prévoyance.

Il désigne aussi l'Action de prévoir et de prendre des précautions pour l'avenir. Il a détourné le mal par sa prévoyance. Une active prévoyance.

prevoyance

Prevoyance, Prouisio.

Avec prevoyance, Prouide, Prouidenter.

prévoyance


PRÉVOYANCE, s. fém. PRÉVOYANT, ANTE, adj. [Pré-voa-ian-ce, ian, iante: 1re é fer. 3e. lon. 4ee muet. = Richelet écrit prévoïance, prévoïant; mais cette ortographe ne rend pas la vraie prononciation de ce mot.] La prévoyance est une faculté ou une action de prévoir, et de prendre des précautions pour l'avenir. "Il a une grande prévoyance: rien n'échape à sa prévoyance. = Prévoyant, qui a de la prévoyance. "Il est bien prévoyant: la sagesse est prévoyante. Avoir l'esprit prévoyant.

Synonymes et Contraires

prévoyance

nom féminin prévoyance
Traductions

prévoyance

foresight, forethoughtראיית הנולד (נ)Vorsorgelungimiranza, previdenza (pʀevwajɑ̃s)
nom féminin
fait de prévoir, d'imaginer ce qui va arriver

prévoyance

[pʀevwajɑ̃s] nfforesight