principe

principe

n.m. [ du lat. principium, commencement ]
1. Cause première ; fondement : Le principe de la pensée humaine origine, source
2. Proposition admise comme base d'un raisonnement : Je pars du principe que mes auditeurs ignorent tout de ce problème hypothèse, postulat
3. Règle générale théorique qui guide la conduite : Être fidèle, manquer à ses principes norme, règle précepte
4. Loi générale régissant un ensemble de phénomènes et vérifiée par l'exactitude de ses conséquences : Le principe d'Archimède.
5. Connaissance, règle élémentaire d'une science, d'un art, d'une technique : Apprendre les principes de l'électronique base, rudiments
6. Élément constitutif d'une chose ; élément actif : Les principes actifs d'un médicament (par opp. à excipient).
De principe,
qui porte sur l'essentiel mais demande à être complété et confirmé : Un accord de principe.
En principe,
en théorie : En principe, personne ne peut entrer ; selon les prévisions : Le marché de l'énergie doit en principe s'ouvrir à la concurrence.
Par principe,
en vertu d'une décision a priori : Par principe, elle refuse d'écouter les rumeurs.
Pour le principe,
pour respecter au moins formellement une règle ; par acquit de conscience : Elle a consulté ses voisins pour le principe.

PRINCIPE

(prin-si-p') s. m.
Origine, cause première.
J'ai tâché de trouver en général les principes ou premières causes de tout ce qui est ou qui peut être dans le monde, sans rien considérer pour cet effet que Dieu seul qui l'a créé, ni les tirer d'ailleurs que de certaines semences de vérités qui sont naturellement en nos âmes [DESC., Méth. VI, 3]
Ces titres si ordinaires : des Principes des choses, des Principes de la philosophie, et titres semblables aussi fastueux en effet, quoique non en apparence, que cet autre qui crève les yeux : De omnire scibili [PASC., Pens. I, 1, édit. HAVET.]
Tant que nous regarderons l'homme par les yeux du corps, sans y démêler par l'intelligence ce secret principe de toutes nos actions qui, étant capable de s'unir à Dieu, doit nécessairement y retourner [BOSSUET, Duchesse d'Orléans.]
Comme il est nécessaire que chaque chose soit réunie à son principe [ID., ib.]
Non-seulement le principe de ma pensée m'est inconnu, mais le principe de mes mouvements m'est également caché [VOLT., Hist. d'un bon bramin.]
Je dirai que nos sens sont le principe de nos connaissances, parce que c'est aux sens qu'elles commencent, et je dirai une chose qui s'entend [CONDIL., Log. II, 6]
Dès le principe, dès le commencement. Dans le principe, dans le commencement.
En un sens plus restreint, ce qui produit, opère comme un principe.
Nous avons un autre principe d'erreur, les maladies ; elles nous gâtent le jugement et le sens [PASC., Pens. III, 3, édit. HAVET.]
Examinons donc, je vous prie, de quel principe part ce mouvement [une certaine déclaration des jésuites] [ID., Prov. XII]
Il jetait dans les esprits le principe de cette licence [BOSSUET, Hist. III, 7]
Comme la matière que je traite me fournit un exemple manifeste et unique dans tous les siècles de ces extrémités furieuses [les révolutions], il est de la nécessité de mon sujet de remonter jusqu'au principe [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Je vois de tes froideurs le principe odieux [RAC., Phèdre, IV, 2]
Vous êtes, madame, le premier principe de tant de faveurs [VOLT., Lett. Mme de Choiseul, 26 mars 1770]
Les deux principes, les deux causes suprêmes du bien et du mal, suivant la religion des Perses et suivant les manichéens.
La secte impie des marcionites et des manichéens qui enseignaient deux principes, et attribuaient au mauvais la création de l'univers [BOSSUET, Var. XI, 201]
Les mages admettaient deux principes : l'un du bien et de la lumière, Oromaze ; l'autre du mal et des ténèbres, Arimane [CONDIL., Hist. anc. III, 6]
Terme de physique. Ce qui constitue, compose les choses matérielles.
Selon quelques philosophes, les atomes sont les principes de tous les corps [, Dict. de l'Acad.]
Terme de chimie. Synonyme d'élément. Principes actifs, certains corps qui agissent sur les autres, et principes passifs, corps qui sont le sujet de cette action (cette locution ne se dit plus guère). En chimie organique, principes immédiats, ceux qui sont tout formés dans les êtres vivants, et qu'on en sépare au moyen des réactifs ou des dissolvants. Principes nutritifs, ou, absolument, principes, ce qui, dans les substances alimentaires, sert à la nutrition.
Ce lait [de la jument], quoique moins séreux que celui d'ânesse, n'est cependant pas aussi riche en principes, que celui des ruminants [GENLIS, Maison rust. t. II, p. 39, dans POUGENS]
Il se dit de toutes les causes naturelles, de toutes celles par lesquelles les corps se meuvent, agissent, vivent. Le principe de la chaleur.
Il ne s'agit pas de savoir ce que c'est que la gravitation ; je crois qu'il est impossible de connaître jamais aucun premier principe [VOLT., Mél. litt. Au père Tournemine.]
Cette gaieté annonce en elle [Votre Majesté] un principe de vie encore très animé [D'ALEMB., Lett. au roi de Prusse, 26 oct. 1781]
Le principe de la vie est précisément le principe de la mort ; et ce qui nous fait vivre est réellement ce qui nous fait mourir [BONNET, Paling. XXII, 6]
Allant demander au soleil quelques principes de vie pour lutter contre mes maux [STAËL, Corinne, I, 2]
Le livre des Principes de Newton, ouvrage contenant la théorie du système du monde. Principe vital, la cause, quelle qu'elle soit, des phénomènes que manifestent les êtres organisés. Principe se dit aussi de ce qui fait la vie d'un État.
Le gouvernement est frappé dans son principe [MONTESQ., Esp. XIII, 20]
Lorsque les principes du gouvernement sont une fois corrompus, les meilleures lois deviennent mauvaises, et se tournent contre l'État ; lorsque les principes en sont sains, les mauvaises ont l'effet des bonnes ; la force du principe entraîne tout [ID., ib. VIII, 11]
Les premiers préceptes d'un art, d'une science. Les principes de la géométrie, de la physique, de la chimie.
Benedetto Lutti donna les premiers principes de l'art à Jean et Charles Vanloo [DIDER., Salon de 1765, Œuvres, t. XIII, p. 39, dans POUGENS.]
S'emploie, au pluriel, dans le titre de plusieurs ouvrages didactiques élémentaires : Principes de calcul, de chimie, etc. Principes de dessin, principes d'architecture, recueils d'exemples à l'usage de l'enseignement primaire. On dit semblablement : Principes d'écriture, de musique, etc.
Terme de philosophie. Opinion, proposition que l'esprit admet comme point de départ.
Elles [les sciences] sont infinies dans la multitude et la délicatesse de leurs principes ; car qui ne voit que ceux qu'on propose pour les derniers ne se soutiennent pas d'eux-mêmes et qu'ils sont appuyés sur d'autres qui, en ayant d'autres pour appui, ne souffrent jamais de dernier ? [PASC., Pens. I, 1, édit. HAVET.]
L'omission d'un principe mène à l'erreur [ID., ib. VII, 2 bis.]
Ceux qui sont accoutumés à raisonner par principes ne comprennent rien aux choses de sentiment, y cherchant des principes, et ne pouvant voir d'une vue [ID., ib. VII, 33]
Un principe jeté dans un bon esprit produit [ID., ib. XXV, 65]
Les principes généraux sont bientôt saisis, quand ils peuvent l'être [FONTEN., Lahire.]
Plus on diminue le nombre des principes d'une science, plus on leur donne d'étendue, puisque, l'objet d'une science étant nécessairement déterminé, les principes appliqués à cet objet seront d'autant plus féconds qu'ils seront en plus petit nombre [D'ALEMB., Disc. Encycl Œuv. t. I, p. 202, dans POUGENS]
Les vérités que, dans chaque science, on appelle principes et qu'on regarde comme la base des vérités de détail, ne sont peut-être elles-mêmes que des conséquences fort éloignées d'autres principes plus généraux que leur sublimité dérobe à nos regards [ID., Mélanges, etc. t. V, § III]
Cette maxime singulière, qu'il ne faut pas mettre les principes en question, maxime d'un abus d'autant plus grand qu'il n'y a point d'erreur où elle ne puisse entraîner [CONDILL., Traité des syst. ch. 3]
Principe et maxime sont deux mots synonymes : ils signifient tous deux une vérité qui est le précis de plusieurs autres ; mais celui-là s'applique plus particulièrement aux connaissances théoriques, et celui-ci aux connaissances pratiques [ID., Art d'écr. II, 9]
Principe d'Archimède, principe d'hydrostatique d'après lequel tout corps plongé dans un liquide perd de son poids une partie égale au poids du volume de liquide qu'il déplace. Premiers principes, vérités ou propositions primitives.
Maxime, règle de conduite, précepte de morale. De bons, de mauvais principes. Un faux principe d'honneur.
Qu'est-ce que nos principes naturels, sinon nos principes accoutumés ? [PASC., Pens. III, 13, édit. HAVET.]
Je ne suis ni à Dieu ni au diable.... on n'est point au diable, parce qu'on craint Dieu et qu'au fond on a un principe de religion ; on n'est point à Dieu.... [SÉV., 10 juin 1671]
Elle [la mère de Montausier] employa ses premiers soins à lui apprendre les principes d'une fausse religion [le protestantisme] [FLÉCH., Duc de Mont.]
Ceux qui ont des principes pour le gouvernement [FÉN., Tél. XXII]
Il faut avoir des principes certains de justice [ID., ib. XXIV]
Vous n'avez que des vertus naturelles ; elle a des principes solides et invariables [GENLIS, Veill. du chât t. I, p. 288, dans POUGENS]
Se dit, dans la logique de Kant, d'un jugement à priori immédiatement certain.
Absolument, au pluriel, il se dit de bons principes de morale, de religion.
La plupart des femmes n'ont guère de principes ; elles se conduisent par le cœur, et dépendent, pour leurs mœurs, de ceux qu'elles aiment [LA BRUY., III]
J'entends par des principes des idées justes sur ce qui est mal [GENLIS, Ad. et Théod. t. I, p. 214, dans POUGENS]
C'est un homme sans principes, et on m'en a conté des traits abominables [ID., Mères riv. t. I, p. 31, dans POUGENS]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    De chascun des premiers principes, puisqu'il est le premier et commencement, il ne fault plus en oultre enquerir [ORESME, Éth. XI, 17]
    Il convient que les premisses de aucun sillogisme soient principes, et que elles ne soient pas monstrées ou prouvées par autre sillogisme [ID., ib. 173]
    Comment oses-tu m'oultrageant, Sans congnoistre mon vif argent, Qu'est mon principe vivifique, Tenter l'euvre philosophique ? [, Nat. à l'alch. 103]
  • XVIe s.
    Les principes de geometrie [MONT., I, 180]
    Les principes d'Aristote ne luy soient principes, non plus que ceulx des stoiciens ou epicuriens [ID., I, 162]
    Or estant M. de Chastillon colonnel, pour son principe [son début] il fut devant Boulogne [BRANT., Cap. franç. t. IV, p. 223, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. principium, du même radical que princeps (voy. PRINCE).

principe

PRINCIPE. n. m. Commencement, origine, source, cause première. Dieu est le principe, le premier principe de toutes choses. Dieu est le principe de tout bien, le souverain principe. Le principe de nos idées, de nos connaissances. Des philosophes ont fait de l'intérêt personnel le principe de toutes nos actions. Remontons au principe des choses. Voyons, examinons la chose dans son principe. Le principe du mal est dans la faiblesse des chefs. Les manichéens admettaient deux principes contraires, un principe du bien et un principe du mal.

Dès le principe, Dès le commencement. Dès le principe, j'ai vu à quoi cette affaire aboutirait.

PRINCIPE se dit encore des Premiers préceptes, des premières règles d'un art. Les principes de l'art dramatique. Il faut savoir au moins les principes des beaux-arts. Il veut parler d'un art dont il n'a pas seulement les principes, les premiers principes. C'est un principe en peinture que...

En termes de Philosophie, il se dit des Premières et des plus évidentes vérités qui peuvent être connues par la raison. Le premier principe de la philosophie de Descartes c'est Je pense; d'où l'on tire cette conséquence, Donc je suis. Raisonner sur un principe, d'après un principe. D'un principe vrai on tire quelquefois de fausses conséquences. Je pose pour principe, en principe que... Un principe fécond. Établir un principe. Partir d'un principe. Poser un principe. Faire une pétition de principe.

En termes de Sciences, il se dit des Notions fondamentales qui sont à la base de ces sciences. Les principes de la géométrie. Les principes de la théorie des ondes en optique.

Il se dit aussi, en termes de Sciences, des Lois que certaines observations ont d'abord rendues vraisemblables et auxquelles on a donné ensuite la plus grande généralité. Le principe de l'inertie en mécanique. Le principe de la conservation de l'énergie en physique. Le principe de Carnot en thermodynamique.

En termes de Chimie, il désigne les Éléments constitutifs des corps.

Principes immédiats se dit de Certains corps retirés de substances végétales ou animales complexes, sans que leur constitution soit altérée. Les sucres, les fécules, la morphine, la quinine sont des principes immédiats.

PRINCIPE signifie encore, dans le langage courant, Maxime, motif, règle de conduite. Principe de religion, de morale, de politique. Principe de conscience, d'honneur, de justice, de probité. Agir par un principe de vanité, par un faux principe de dévotion. La plupart des hommes se font des principes au gré de leur intérêt. César avait pour principe de ne rien remettre au lendemain. Cet homme a de bons principes.

Il s'emploie absolument, au pluriel, et il signifie Bons principes de morale, de religion. Cet homme a des principes. Il n'a point de principes. Il n'a aucun principe. Un homme sans principes.

principe

Principe, Principium, Initium.

principe


PRINCIPE, s. m. [Prein-cipe: 1re lon. 3e e muet.] 1°. Première caûse. En ce sens, il ne se dit que de Dieu. "Dieu est le principe ou le premier principe de toutes chôses: le principe de tout bien, le souverain principe. = 2°. En Physique, caûse naturelle de l'action, du moûvement. "Les animaux ont en eux mêmes le principe du moûvement: les corps inanimés ne peuvent se mouvoir que par un principe, qui leur est étranger. = 3°. Dans les Arts, les premiers préceptes, les premières règles. "Les principes des beaux Arts. "Il parle d'un Art, dont il n'a pas même les premiers principes. = 4°. Maxime, motif. "Principes de conscience, d'honeur. "Il a de bons principes, ou absolument, il a des principes: il n' a point de principes: on entend de morale, de religion, ou de raisonement. "Agir ou parler sans principes. Voy. MAXIME.

Synonymes et Contraires

principe

nom masculin principe
1.  Littéraire. Cause première.
2.  Base d'une organisation.
3.  Proposition de départ.
4.  Règle morale.
Traductions

principe

Prinzip, Grundsatzprinciple, principles, tenetprincipe, beginsel, grondbeginsel, bestanddeel, norm, stelregelמוקד (ז), עיקר (ז), פרינציפ (ז) [עיקרון]beginselprincipiprincipprincipoprincipioprincipio, massimaprinsippprincípioprincipпринцип, первоосноваمَبْدَأprincipαρχήperiaateprincip主義원칙zasadaหลักปฏิบัติilkenguyên tắc原则принцип原則 (prɛ̃sip)
nom masculin
1. règle de conduite avoir des principes
2. normalement En principe, nous arrivons demain.
3. loi générale, base de qqch poser un principe

principe

[pʀɛ̃sip] nmprinciple
partir du principe que → to work on the principle that, to work on the assumption that
pour le principe → on principle, for the sake of it
de principe [hostilité] → automatic
un accord de principe → an agreement in principle
par principe → on principle
en principe (= habituellement) → as a rule (= théoriquement) → in theory
Il déjeune en principe à midi et demi → As a rule he has lunch at 12.30.
En principe Anne doit arriver lundi → In theory, Anne should arrive on Monday.