printanier, ière


Recherches associées à printanier, ière: printaniere

PRINTANIER, IÈRE

(prin-ta-nié, niè-r') adj.
Qui est du printemps, qui naît au printemps.
Une pourtant [alouette] Avait laissé passer la moitié d'un printemps Sans goûter le plaisir des amours printanières [LA FONT., Fabl. IV, 22]
Ils partent : des zéphyrs l'haleine printanière Souffle, et vient se jouer dans leur riche bannière [DELILLE, Pit. IV]
L'incarnat des roses printanières [MILLEV., Épigr.]
Les premiers feux d'un soleil printanier [DE ST-ANGE, dans GIRAULT-DUVIVIER]
Fig.
Anselme : Elle eut vingt et trois ans à la Saint-Jean dernière. - Géraste : La fille, à mon avis, n'est pas fort printanière [HAUTEROCHE, l'Am. qui ne flatte point, I, 3]
L'État volé paya ses amours printanières [de jeunesse] ; l'État jusqu'à sa mort paîra ses adultères [GILB., Mon apol.]
Potage printanier, voy. POTAGE. Étoffe printanière, et, substantivement, une printanière, étoffe légère qu'on porte au printemps et en été. Un pantalon, une robe de printanière.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les semences des bleds printaniers viennent après la seconde façon de nos terres de relais [O. DE SERRES, 93]

ÉTYMOLOGIE

  • Printemps. On trouve aussi au XVIe siècle printannal et printannin.