prisée


Recherches associées à prisée: priser

prisée

n.f.
Estimation par un commissaire-priseur du prix d'un objet compris dans un inventaire ou vendu aux enchères.

PRISÉE

(pri-zée) s. f.
Action de priser, de mettre un prix aux choses qui doivent être vendues à l'enchère.
On fit un inventaire, une prisée de tous les effets mobiliers de Monseigneur [SAINT-SIMON, 307, 23]
Cela est demeuré pour la prisée, cela a été vendu aux taux de la prisée. Fig. Elle est demeurée pour la prisée, se dit d'une fille qui, ayant refusé de bons partis, a vieilli sans être mariée.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    À eulx [les censeurs] appartenoit de faire la prisée et l'estimation des biens de chasque citoyen [AMYOT, Caton, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Priser, 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PRISÉE. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
    Qui achetera terre par prisiée l'un à l'autre... [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. III, p. 488]

prisée

PRISÉE. n. f. Estimation faite d'une chose qui doit être vendue ou inventoriée. Faire la prisée. Le commissaire qui faisait la prisée des meubles. Cela a été vendu au-dessous de la prisée.

prisée


PRISÉE, s. f. PRISER, v. act. PRISEUR, s. m. [Prizé-e, , zeur; 1re lon. devant l'e muet, il prise, prisera, etc. 2e é fer. aux 2 prem.] Priser, au propre, mettre le prix à une chôse, en faire l'estimation. "Deux Libraires ont prisé les livres de cette bibliothèque. Fig. style familier. Cet homme prise trop ses marchandises: il estime trop ce qui lui apartient. = 2°. Au figuré, Estimer. "On prise beaucoup ce Prédicateur, cet ouvrage. "Cet homme se prise trop pour priser les aûtres.
   PRISÉE et PRISEUR ne se disent qu'au propre. — Action de priser. Faire la prisée de... En style prov. "Cette fille est demeurée pour la prisée: aprês avoir refusé de bons partis, elle vieillit sans se marier. = Huissier qui prise. "Un Huissier-priseur: le Juré-Priseur.

Traductions

prisée

pricing

prisée

stima