prison

(Mot repris de prisons)

prison

n.f. [ du lat. prehensio, action de prendre, de prehendere, appréhender ]
1. Établissement pénitentiaire où sont détenues les personnes condamnées : Mettre un trafiquant en prison. À sa sortie de prison, il devra se soigner.
2. Peine d'emprisonnement : Il est condamné à dix mois de prison, à la prison à perpétuité détention, réclusion
3. Fig. État de contrainte ou d'isolement dans lequel qqn est ou se sent privé de liberté : Pour lui, le mariage est une prison. La drogue est une prison.

PRISON

(pri-zon) s. f.
Logis où l'on enferme ceux qu'on veut détenir.
Quel charme, quel désordre, ou quelle raillerie Des prisons de Lyon fait votre hôtellerie ? [CORN., Suite du Ment. I, 1]
Vos pères [jésuites] le firent mettre en prison [un domestique] [PASC., Prov. VI]
[Elle] Hante les hôpitaux, visite les prisons [BOILEAU, Sat. X]
J'ai vu ce matin M. de Meaux, bien convaincu qu'il faut laisser Mme Guyon en prison [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 21 mai 1701]
Il vous tiendrait en prison [FÉN., Tél. III]
Lorsque les vents, méditant le ravage, Pour forcer leur prison réunissent leur rage [L. RAC., dans GIRAULT-DUVIVIER]
D'une prison sur moi les murs pèsent en vain ; J'ai les ailes de l'espérance [A. CHÉN., Jeune captive.]
Hélas ! dans la prison, triste sœur de la tombe, Ta main vient soutenir le malheur qui succombe [DELILLE, Pit. II]
....Convient-il qu'au fond d'une prison Je contemple le deuil de ma propre maison ? [P. LEBRUN, Marie St. II, 4]
Fig.
Ma cour fut ta prison, mes faveurs tes liens [CORN., Cinna, v, 1]
Et ne savez-vous pas que de cette maison Pour Camille et pour moi l'on fait une prison ? [ID., Hor. III, 2]
Fig. Cette maison est une vraie prison, elle est sombre et triste. Aimable, gracieux comme une porte de prison, se dit de quelqu'un dur et brutal. Fig. La prison de Saint-Crépin, soulier étroit qui blesse le pied (saint Crépin est le patron des cordonniers).
Emprisonnement. Il a été condamné à deux ans de prison.
De là vient [du besoin de distraction] que la prison est un supplice si horrible [PASC., Pens. IV, 2, éd. HAVET.]
Il disait, en parlant de cette prison malheureuse, qu'il y était entré le plus innocent de tous les hommes, et qu'il en était sorti le plus coupable [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
La prison, sans aucun commerce avec les hommes, est un supplice inventé par les tyrans [VOLT., Mœurs, 146]
Captivité.
Ce fut dans ce voyage et durant sa prison Qu'il étreignit le nœud de cette trahison [MAIR., Soliman, II, 7]
Contraint de racheter sa liberté après une longue prison, durant les guerres d'Allemagne [FLÉCH., Duc de Mont.]
Fig. Ce qui renferme, enclôt.
Vastes cieux, prisons éclatantes, Qui renfermez les airs, et la terre et les eaux [CORN., Trad du ps. 148]
Dans sa verte prison la figue recueillie [CHÉNEDOLLÉ, dans GIRAULTDUVIVIER]
Par quel rapide essor la sublime pensée Des prisons du cerveau tout à coup élancée, Suit-elle dans leurs cours ces vastes tourbillons ? [LEBRUN, dans GIRAULT-DUVIVIER]
Et toi, lampe nocturne, ....ô toi qui jusqu'au jour De ta prison de verre éclairais nos tendresses [A. CHÉNIER, Élégies, 37]
Viens donc, viens détacher mes chaînes corporelles, Viens, ouvre ma prison, viens, prête-moi tes ailes [LAMART., Médit. V]
Borne, limite.
Maudit soit le premier dont la verve insensée Dans les bornes d'un vers renferma sa pensée, Et, donnant à ses mots une étroite prison, Voulut avec la rime enchaîner la raison ! [BOILEAU, Sat. II]
Celui qui, franchissant l'étroite prison de l'intérêt personnel et des petites passions terrestres [J. J. ROUSS., 2e dial.]
Dans le langage de la galanterie, service amoureux auprès d'une dame.
Je voulus être sien ; j'entrai dans sa prison, Et de tout mon pouvoir essayai de lui plaire, Tant que ma servitude espéra du salaire [MALH., VI, 32]
Ils ne savent jamais que se charger de chaînes, Que bénir leur martyre, adorer leur prison [BOILEAU, Art p. II]
Terme d'alchimie. Prison des sages, fourneau philosophique.

PROVERBES

  • Le corps est la prison de l'âme.
  • Il n'y a point de belle prison ni de laides amours.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E Bramidone qu'il mene en sa prisun [, Ch. de Rol. CCLXIX]
  • XIIe s.
    Debonaire prison Avez doné [à] mon fin cuer qui vous prie [, Couci, II]
    Et jà de sa prison [de ma dame] [je] Ne quier issir, se mors ou amés non [, ib. IX]
    Al jugement en vunt la maisnie Nerun, Lur pere esperital jugent comme bricun, Que li reis le presist e mesist en prisun [, Th. le mart. 44]
  • XIIIe s.
    En tele maniere que dedens les quinze jors il paiast ou il revenist en le [la] prison, sor paine de prison brisie [BEAUMANOIR, XXX, 26]
  • XVe s.
    Et enconvenança [promit] sur sa loyauté de venir dedans trois jours tenir prison à Valenciennes [FROISS., I, I, 110]
    Si fut enclos de ses ennemis par trop demeurer derriere, et fiança prison, et aussi deux escuyers [ID., I, I, 139]
    Si fut messire Jehan Bucq mis en prison courtoise à Londres ; il pouvoit aller et venir parmy la ville ; mais dès souleil couchant il convenoit qu'il fust à l'hostel [ID., liv. III, p. 167, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Caesar, ayant une fois esté surpris par les coursaires en Asie, et estant par eulx detenu prisonnier, s'escria tout hault : quel plaisir tu auras, Crassus, quand tu entendras ma prison ! [AMYOT, Crassus, 12]
    Et se l'appelleur donne bons pleges, qui le prennent en garde et le rendent au jour qui est assigné, ou mort ou vif, il leur pourra bien estre baillié à garder ; et ce appelle l'en vive prison au duc de Normendie [DU CANGE, prisonia.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, prihon ; prov preisô ; espagn. prision ; ital. prigione ; du lat. prehensionem, prise, de prehendere (voy. PRENDRE). à côté de prison, féminin, il y avait aussi prison, masculin, signifiant prisonnier.

prison

PRISON. n. f. Lieu où l'on enferme les condamnés et certains accusés. Mettre en prison. Tirer de prison. Sortir de prison. S'échapper de prison. Prison d'État. Fig., Le corps est la prison de l'âme.

Fig., Cette maison est une prison, Elle est sombre et triste.

Fig. et fam., Être gracieux comme la porte d'une prison, se dit de Quelqu'un qui a l'abord revêche et les manières rudes.

PRISON signifie aussi Emprisonnement. Il a été condamné à deux jours, à deux ans de prison, a la prison perpétuelle. La peine de ce délit est la prison. Faire de la prison. Il a fait son temps de prison.

prison

Prison, De Prensus, syncopé de Prehensus vient de Prins, ou Pris. De Pris vient Prison, le lieu où lon met ceux qui sont Pris, et de Prison, Prisonnier, Carcer, Ergastulum, Custodia, Phylaca, Plaut.

Prisons où sont liez les malfaicteurs, Vincula vinculorum.

Le lieu en la prison où les malfaicteurs estoyent enfermez, Robur.

Estre en prison, In vinculis esse.

Avoir la ville pour prison, Intra pomoeria carcer circunscriptus, B.

Faire mettre en prison, Abducere, B.

Faire mourir en prison, Reatu diuturno inter custodias enecare, B.

Menacer d'envoyer en prison, Comprehensionem corporis inhibere, Bud.

Delivrer de prison, Aliquam ex custodia eripere.

Estre delivré de prison, Emitti e custodia.

Mener en prison, Ducere in custodiam.

Mettre en prison, Dare in custodiam, In custodiam tradere, Condere in carcerem, Mandare vinculis.

Mettre aucun en prison, et le garder, Asseruare aliquem in carcerem.

Faire prison privée, Priuatis custodiis asseruare, B.

Estre detenu en prison, Custodiis retineri atque seruari.

Tenir prison fermée pendant qu'on se defend, Causam dicere ex vinculis.

Tenir prison jusques à plein payement de la chose jugée, Nexum inire, quoad iudicato paritum sit, B.

Tenir en prison, In vinculis vel custodia habere.

Ouvrir les prisons, Ergastula soluere.

Le remede d'eviter la prison, Perfugium carceris.

prison


PRISON, s. f. PRISONIER, IèRE, s. m. et f. [Prizon, zo-nié, nière: 3e é fer. au 2d, è moy. et lon. au 3e.] Prison, est le lieu où l'on enferme les acusés, les débiteurs, etc. "Mettre en prison; tirer de prison: Garder prison ou la prison. * D' Avrigni dit prison, pour emprisonement. "La prison du Gouverneur... servit à punir sa lâcheté. Le Rich. Port. met aussi prison, emprisonement: cela n'est pas exact. Prison ne régit pas les persones, mais les lieux où elle est située. On dit, dans les prisons d'Angleterre; mais on ne dit pas, la prison, on dit l'emprisonement d'un Anglais, d'un Français. = Prison est quelquefois beau au figuré: "Le corps est la prison de l'âme.
   Mer terrible, en ton lit quelle main te resserre?
   Pour forcer ta prison, tu fais de vains efforts,
   La rage de tes flots expire sur tes bords.
       L. Racine.
On dit proverbialement et ironiquement: charmant comme une porte de prison. — Être dans la prison de St. Crépin; avoir des souliers qui serrent trop. — Le proverbe dit: il n' y a point de laides amours, ni de belles prisons.
   PRISONIER, Qui est arrêté pour être mis en prison, ou qui y est détenu. "On l' a mené, ou il s'est rendu prisonier. "On la retient prisonière depuis long-tems. Prisonier pour crime: prisonier d'État; prisonier de guerre. — On dit ordinairement, en parlant de la guerre, faire des prisoniers: "On fit trois mille prisoniers. — L'Acad. dit aussi, Il fut pris prisonier à une telle bataille. Celui-ci vaut mieux au passif qu'à l'actif, sur-tout quand on spécifie le nombre. "Il prit douze cens prisoniers, dit M. Targe. Je voudrais dire, il fit 1200 prisoniers, ou bien douze cens hommes furent faits ou furent pris prisoniers. * Il dit âilleurs, ils furent mis prisoniers, qui ne vaut pas mieux, ou qui est même plus mauvais. On dit, envoyer prisoniers; et ce Traducteur, toujours trop litéral, le dit de même en un aûtre endroit. Voyez ENVOYER. = En st. Poétique, prisonier se dit des chôses.
   Et le reflux bruyant des ondes turbulentes,
   Et le feu prisonier dans des forges brûlantes.
       De Lille.

Synonymes et Contraires

prison

nom féminin prison
Établissement pénitentiaire.
maison centrale, maison d'arrêt, pénitencier -argotique: ballon -familier: violon -populaire: bloc, cabane, taule, tôle.
Traductions

prison

Gefängnis, Karzer, Verliesprison, jail, gaol, cell, goal, lock-up, prison cell, penitentiarygevangenis, cachot, cel, kerker, nor, gevangenis(straf), bajes, gevangenhuis, petoetבית-כלא (ז), בית-סוהר (ז), כלא (ז), צינוק (ז), שבי (ז), שְׁבִי, בֵּית-כֶּלֶא, כֶּלֶא, צִינוֹקcalabósfængselmalliberejocárcel, prisión, calabozo, celda, celda de castigo, ergástulafogházpenjarafangelsiprigione, carcere, galerafengselcadeia, prisão, calabouço, cárcere, enxoviaтюрьмаfängelse, celljelaφυλακήحَبْس, سِجْنٌvězenívankilazatvor刑務所감옥, 교도소więzienieเรือนจำ, คุกhapishanenhà tù监狱затвор監獄 (pʀizɔ̃)
nom féminin
1. lieu où l'on enferme des personnes condamnées mettre qqn en prison
2. condamnation à être enfermé risquer la prison à vie

prison

[pʀizɔ̃] nfprison, jail
aller en prison → to go to prison, to go to jail
être en prison → to be in prison, to be in jail
faire de la prison → to serve time
Il a fait de la prison → He has served time.
être condamné à 5 ans de prison → to be sentenced to 5 years' imprisonment, to be sentenced to 5 years in prison