priser

(Mot repris de prisses)

1. priser

v.t. [ du lat. pretium, prix ]
Litt. Faire cas de : Elle prise le calme de ce quartier apprécier, estimer

2. priser

v.t. [ de prise ]
Aspirer du tabac par le nez.

priser

(pʀize)
verbe transitif
estimer, apprécier Je prise particulièrement ce genre de littérature.

priser

(pʀize)
verbe transitif
tabac aspirer par le nez priser du tabac

priser


Participe passé: prisé
Gérondif: prisant

Indicatif présent
je prise
tu prises
il/elle prise
nous prisons
vous prisez
ils/elles prisent
Passé simple
je prisai
tu prisas
il/elle prisa
nous prisâmes
vous prisâtes
ils/elles prisèrent
Imparfait
je prisais
tu prisais
il/elle prisait
nous prisions
vous prisiez
ils/elles prisaient
Futur
je priserai
tu priseras
il/elle prisera
nous priserons
vous priserez
ils/elles priseront
Conditionnel présent
je priserais
tu priserais
il/elle priserait
nous priserions
vous priseriez
ils/elles priseraient
Subjonctif imparfait
je prisasse
tu prisasses
il/elle prisât
nous prisassions
vous prisassiez
ils/elles prisassent
Subjonctif présent
je prise
tu prises
il/elle prise
nous prisions
vous prisiez
ils/elles prisent
Impératif
prise (tu)
prisons (nous)
prisez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais prisé
tu avais prisé
il/elle avait prisé
nous avions prisé
vous aviez prisé
ils/elles avaient prisé
Futur antérieur
j'aurai prisé
tu auras prisé
il/elle aura prisé
nous aurons prisé
vous aurez prisé
ils/elles auront prisé
Passé composé
j'ai prisé
tu as prisé
il/elle a prisé
nous avons prisé
vous avez prisé
ils/elles ont prisé
Conditionnel passé
j'aurais prisé
tu aurais prisé
il/elle aurait prisé
nous aurions prisé
vous auriez prisé
ils/elles auraient prisé
Passé antérieur
j'eus prisé
tu eus prisé
il/elle eut prisé
nous eûmes prisé
vous eûtes prisé
ils/elles eurent prisé
Subjonctif passé
j'aie prisé
tu aies prisé
il/elle ait prisé
nous ayons prisé
vous ayez prisé
ils/elles aient prisé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse prisé
tu eusses prisé
il/elle eût prisé
nous eussions prisé
vous eussiez prisé
ils/elles eussent prisé

PRISER1

(pri-zé) v. a.
Mettre le prix à une chose qui doit être vendue, en faire l'estimation. Fig. Il prise trop sa marchandise, se dit d'un homme qui fait trop valoir ce qu'il a ou ce qu'il est.
Estimer, apprécier.
Ce que prise un bon père est prisé de son fils ; Ils ont mêmes amis et mêmes ennemis [ROTR., Antig. IV, 6]
Je prise auprès des tiens si peu mes intérêts Que.... [CORN., Suiv. II, 12]
Les parents de la belle Surent priser son mérite et son zèle [de l'amant] [LA FONT., Rem.]
On ne peut assez priser un tel avantage [PASC., Prov. v.]
Louer.
Tandis que mon faquin qui se voyait priser [BOILEAU, Sat. III]
Et je gagerais bien que, chez le commandeur, Villandri priserait sa séve et sa verdeur [d'un vin] [ID., ib.]
Se priser, v. réfl. S'estimer.
Nous ne nous prisons pas, tout petits que nous sommes, D'un grain moins que les éléphants [LA FONT., Fabl. VIII, 15]
Peut-être que César ne se prisait pas moins de ses commentaires que de ses victoires [DIDER., Sur Térence.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Tant nel vous sai ne preiser ne louer.... [, Ch. de Rol. XXXIX]
  • XIIe s.
    Perdu [il] i out maint chevalier prisé [, Ronc. p. 69]
    Sire, ce dist Sebile, moult [vous] faites à proisier [, Sax. VI]
    [Ils] Ne prisent vos menaces le pris d'une chastaine [, ib. XX]
  • XIIIe s.
    Li rois, qui estoit de grant cuer, ne prisa riens la plaie, ne le conselg des mires [médecins] [, Chr. de Rains, p. 80]
    L'en ne porroit pas prisier L'avoir que les pierres valoient, Qui en l'or assises estoient [, la Rose, 1100]
    Et quant ce chat [sorte de machine de guerre] fu fait, le merrien [bois de charpente] fu prisé à dix milles livres et plus [JOINV., 223]
    Pour ce que en [on] prise si pou les excommuniements hui et tous les jours.... [ID., 200]
  • XVe s.
    Et à ce temps là les Escots aimoient et prisoient assez peu les Anglois, et encore font-ils à present [FROISS., I, I, 34]
    Tant vaut l'homme comme on le prise [VILL., Ball.]
  • XVIe s.
    C'est.... elle seule [la majesté divine] qui peult estimer de soy quelque chose, et à qui nous desrobbons ce que nous nous comptons et ce que nous nous prisons [MONT., II, 150]
    Chose accoutumée, rarement prisée [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 271]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, préhî, prihî ; provenç. prezar, catal. presar ; ital. prezzare ; du lat. pretiare, de pretium, prix (voy. PRIX).

PRISER2

(pri-zé) v. n.
Aspirer par le nez de la poudre de tabac. Avoir l'habitude de priser.

ÉTYMOLOGIE

  • Prise.

priser

PRISER. v. tr. Évaluer une chose, en faire l'estimation. Combien prisez-vous cette étoffe? On a choisi deux libraires pour priser les livres de cette bibliothèque.

Fig., Il prise trop sa marchandise, se dit d'un Homme qui estime trop ce qui lui appartient et veut trop le faire valoir.

PRISER signifie figurément Estimer. On prise beaucoup ce prédicateur. Ce que le vulgaire prise le plus n'est pas toujours fort estimable. C'est un homme qui se prise beaucoup et qui ne prise guère les autres.

priser

PRISER. v. tr. Aspirer par le nez. Le tabac qu'il prisait en quantité. Absolument, Il a l'habitude de priser. Il prise beaucoup.

priser

Priser et mettre à pris, Pretium facere.

Priser et estimer, AEstimare, AEstimationem facere.

Priser et estimer aucun, Commendare.

Estimer et priser ses amis selon, etc. Pensare amicos factis.

Priser quelqu'un sur tous les autres, Primas alicui dare, vel palmam.

Tu sçais bien combien je l'ay prisé et estimé, Non ignoras quanti illum fecerim.

Fort priser et estimer, Magnificare, Magnifacere.

On prise et estime on l'escorce pour faire medecines, Corricis ad medicamenta pretium est.

Laquelle chose je prise ou estime fort, Quod mihi plurimi est.

Se priser, Mirari se.

Se priser beaucoup, Magnifice se circunspicere.

Se priser peu, Abiicere se.

Se faire priser et estimer, Faire parler de soy, Celebrare seipsum.

Estre prisé et loué, In gloria esse, Honore affici, In numero aliquo haberi, vel esse, In pretio esse, In honore esse apud aliquem, Authoritatem apud aliquos habere.

Estre le plus prisé, Palmam ferre.

N'estre plus prisé ne hanté d'aucun, Iacere in cordibus.

Estre aucunement prisé et estimé, Haberi aliquo, vel in aliquo numero.

Estre prisé et estimé, Censeri.

Les riches sont aussi prisez que les plus gens de bien, Exaequat omnium dignitatem pecunia.

Ce vin la n'est point prisé hors le pays des Gaules, Consistit authoritas illi vino intra Gallias.

Qui n'est point prisé ne honoré, Inhonoratus.

Estimé et prisé pour sa grandeur, Conspicuus magnitudine.

Choses qui estoyent à priser en Luculle selon l'estimation du peuple, Quae populari gloria decorari in Lucullo debuerant.

Prisé, Indicatus, AEstimatus.

Les heritages ne sont point prisez, ne de requeste, Iacent pretia praediorum.

Chose moult prisée, Res antiquae laudis.

Synonymes et Contraires

priser

Traductions

priser

achten

priser

price, prize, value

priser

[pʀize]
vt
[+ tabac] → to take
(= estimer) → to prize
vi → to take snuff
tabac à priser → snuff