profaner

profaner

v.t.
1. Violer le caractère sacré de : Profaner un temple.
2. Litt. Dégrader par un mauvais usage ; avilir : Profaner la justice déshonorer

profaner


Participe passé: profané
Gérondif: profanant

Indicatif présent
je profane
tu profanes
il/elle profane
nous profanons
vous profanez
ils/elles profanent
Passé simple
je profanai
tu profanas
il/elle profana
nous profanâmes
vous profanâtes
ils/elles profanèrent
Imparfait
je profanais
tu profanais
il/elle profanait
nous profanions
vous profaniez
ils/elles profanaient
Futur
je profanerai
tu profaneras
il/elle profanera
nous profanerons
vous profanerez
ils/elles profaneront
Conditionnel présent
je profanerais
tu profanerais
il/elle profanerait
nous profanerions
vous profaneriez
ils/elles profaneraient
Subjonctif imparfait
je profanasse
tu profanasses
il/elle profanât
nous profanassions
vous profanassiez
ils/elles profanassent
Subjonctif présent
je profane
tu profanes
il/elle profane
nous profanions
vous profaniez
ils/elles profanent
Impératif
profane (tu)
profanons (nous)
profanez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais profané
tu avais profané
il/elle avait profané
nous avions profané
vous aviez profané
ils/elles avaient profané
Futur antérieur
j'aurai profané
tu auras profané
il/elle aura profané
nous aurons profané
vous aurez profané
ils/elles auront profané
Passé composé
j'ai profané
tu as profané
il/elle a profané
nous avons profané
vous avez profané
ils/elles ont profané
Conditionnel passé
j'aurais profané
tu aurais profané
il/elle aurait profané
nous aurions profané
vous auriez profané
ils/elles auraient profané
Passé antérieur
j'eus profané
tu eus profané
il/elle eut profané
nous eûmes profané
vous eûtes profané
ils/elles eurent profané
Subjonctif passé
j'aie profané
tu aies profané
il/elle ait profané
nous ayons profané
vous ayez profané
ils/elles aient profané
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse profané
tu eusses profané
il/elle eût profané
nous eussions profané
vous eussiez profané
ils/elles eussent profané

PROFANER

(pro-fa-né) v. a.
Traiter avec irrévérence les choses de la religion.
Puisque, en tant que créatures, ils [les baptisés] doivent se tenir dans l'ordre des créatures et ne pas profaner le lieu qu'ils remplissent, et qu'en tant que chrétiens.... [PASC., Lett. à Mme Perier, 1er avr. 1648]
On verra de David l'héritier détestable Abolir tes honneurs, profaner ton autel [RAC., Ath. V, 6]
Va profaner des dieux la majesté sacrée [ID., Andr. IV, 5]
Cette église a été profanée, il s'y est commis un meurtre, un assassinat, une action criminelle. Par extension.
La royauté a été profanée, et les princes sont foulés aux pieds [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Le fruit de l'adultère Profane insolemment le trône d'Angleterre [P. LEBRUN, Marie St. III, 4]
Il signifie quelquefois rendre un objet sacré à un usage profane. Pour pouvoir réparer les vases sacrés, il faut d'abord les profaner. Le premier coup de marteau profane un calice.
Fig. Dégrader, avilir une chose rare et précieuse.
Mais l'amitié demande un peu plus de mystère ; Et c'est assurément en profaner le nom Que de vouloir le mettre en toute occasion [MOL., Mis. I, 2]
Et ne profanez pas des transports si charmants [RAC., Phèdre, III, 4]
Fig. et dans le discours ordinaire, faire un mauvais usage (emploi qui vieillit).
Il ne faudrait point d'autre recommandation, et c'est profaner le pouvoir que vous avez sur moi l'un et l'autre, que de vous mettre en jeu, quand il est question de protéger une pareille probité [SÉV., à M. et Mme de Guitaut, 4 août 1679]
Belle Rochebonne, grondez-le pour moi [Mme de Grignan] ; j'aimerais mieux qu'elle coquetât avec M. de Vardes, comme vous me le mandez, que de profaner une santé qui fait notre vie à tous [ID., 20 oct. 1677]
Se profaner, v. réfl. Faire un mauvais usage de soi-même (emploi qui vieillit).
Retenez cette plume qui va si vite et si facilement.... ne vous amusez point à répondre sur des nouvelles ; ne vous profanez point [SÉV., à Mme de Grignan, 17 mars 1680]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ou sinon, contre toy je tourneray mes armes, Profanant ma valeur sur tes fresles gendarmes [DESPORTES, Rodomont.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. profanare, de profanus, profane.

profaner

PROFANER. v. tr. Abuser des choses de la religion, les traiter avec irrévérence, avec mépris, les employer à des usages profanes. Profaner les vases sacrés. Profaner un temple, une église. Il profane les choses les plus saintes. Profaner la parole de Dieu.

Cette église a été profanée, Il s'y est commis un meurtre, un assassinat, une action criminelle; elle a été souillée par une présence impie.

PROFANER signifie figurément Faire un mauvais usage de ce qui est rare, précieux, respectable, le dégrader, le traiter avec trop peu de respect. Lire de si belles choses devant un homme qui n'y entend rien, c'est les profaner. C'est profaner son talent que de l'employer à de pareilles besognes. Profaner la beauté, l'innocence.

profaner

Profaner, Se servir en commun usage des choses consacrées, Profanum facere, Profanare.

Profaner la maison de l'Evesque, Religionem e domo pontificis tollere.

Profaner les oreilles de son pere, dire en sa presence choses execrables, mechantes et abominables, Conscelerare aures paternas.

Synonymes et Contraires

profaner

verbe profaner
1.  Violer le caractère sacré de.
polluer, violer -littéraire: blasphémer.
2.  Faire un mauvais usage de.
Traductions

profaner

חילל (פיעל), טימא (פיעל), טִמֵּא, חִלֵּלprofane, desecrateprofanarvanhelligeentweihenβεβηλώνωprofanare, violare (pʀɔfane)
verbe transitif
violer ce qui est sacré profaner un lieu de culte

profaner

[pʀɔfane] vt
[+ tombes, sépultures] → to desecrate
(fig) → to debase