profession

profession

n.f. [ lat. professio, de profiteri, déclarer, enseigner ]
1. Activité régulière exercée pour gagner sa vie : Il est sans profession. La profession de plombier carrière, métier
2. Ensemble des personnes qui exercent le même métier : La profession viticole dénonce une baisse des prix. Une récompense pour le meilleur pain, décernée par la profession l'ensemble des boulangers
De profession,
de métier : Elle est informaticienne de profession ; fig., par habitude : Un médisant de profession.
Faire profession de,
déclarer ouvertement ; professer : Il fait profession de modestie, de mépriser les honneurs il proclame que
Profession de foi,
affirmation publique de ses opinions religieuses, philosophiques, de ses idées.

PROFESSION

(pro-fè-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Déclaration publique d'un sentiment habituel, d'une manière d'être habituelle.
Ils reconnurent le Dieu véritable qu'ils faisaient profession de ne pas connaître [SACI, Bible, Sagesse, XII, 27]
Eux qui faisaient profession d'une sagesse si austère [MOL., Tart. Préface]
Moi, votre ami ! rayez cela de vos papiers ; J'ai fait jusques ici profession de l'être ; Mais.... [ID., Mis. I, 1]
L'Église ne peut subsister sans la profession de la vérité [BOSSUET, 3e avert. 19]
La profession du christianisme suffit pour faire partie du corps de l'Église, ce qu'il [Jurieu] avance contre M. Claude, qui ne compose le corps de l'Église que de véritables fidèles [ID., 3e avert. 2]
Vivre comme des impies sans aucune profession de culte [MASS., Avent, Noël.]
Ils [les sociniens] sont encore en grand nombre en Pologne, quoiqu'ils aient perdu la liberté de faire une profession ouverte de leurs sentiments [VOLT., Mœurs, 189]
Faire profession d'une religion, l'exercer ouvertement. On dit de même : faire profession d'une doctrine. Familièrement. Faire profession d'une chose, s'en piquer particulièrement.
Que s'il [celui qui ne s'inquiète pas d'une autre vie] est avec cela tranquille, qu'il en fasse profession, qu'il en fasse vanité [PASC., Pens. IX, 1, édit. HAVET.]
La Providence, dont je devrais adorer tous les arrangements, faisant profession, comme je fais, d'être sa très humble servante [SÉV., 27 janv. 1692]
Il faut finir avec le même honneur et la même probité dont on a fait profession toute sa vie [ID., 15 nov. 1684]
On avait déclaré les épicuriens incapables d'être initiés aux mystères, parce que c'étaient des gens qui faisaient profession de s'en moquer [FONTEN., Oracles, I, 3]
Profession de foi, formule qui contient les principes de religion auxquels on est attaché.
Il [M. de Voltaire] donna à cet abbé Gaultier, qui la lui demanda, une profession de foi écrite tout entière de sa propre main, et par laquelle il déclare qu'il veut mourir dans la religion catholique où il est né [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 1er juill. 1778]
Profession de foi du vicaire savoyard, profession de déisme que fait Rousseau dans son Emile, et qu'il met dans la bouche d'un vicaire savoyard. Par extension, profession de foi, écrit qui renferme les opinions politiques et sociales d'un candidat à la députation ou de tout autre. Profession de foi, ou, simplement, profession monarchique, républicaine, etc.
État, emploi, condition. La profession d'avocat, de médecin.
Un père et un frère qui ont fait profession des mathématiques [DESC., Dioptr. 1]
Le voilà reçu dans la profession qu'il doit faire [SÉV., 470]
Je ne suis ni lettré ni un homme de finances, et j'aurais mauvaise grâce de chercher de la gloire et des avantages par des choses qui ne sont pas de ma profession [VAUBAN, Dîme, p. 2]
Son père eut sur lui les vues communes des pères : il le fit étudier pour le mettre dans sa profession [FONTEN., Hartsoeker.]
L'Europe serait aujourd'hui aussi ignorante, ou même elle serait à peine sortie de la barbarie, si les professions avaient continué d'être héréditaires et exclusives [CONDIL., Hist. anc. III, 97]
Tout homme a plus ou moins les vices de sa profession ; La Mettrie, dont vous me parlez, n'avait point ceux de la sienne ; car en vérité il n'était pas du tout médecin ; il cherchait seulement à être athée : c'était un fou, et sa profession était d'être fou ; mais ceux qui vous ont dit qu'il était mort repentant, sont de la profession des menteurs [VOLT., Lett. Bertrand, 4 sept. 1759]
Il n'y a point de profession qui n'exige un homme tout entier [DUCLOS, Consid. mœurs, 12]
De profession, par la profession qu'on exerce. Tailleur de profession. Érudit de profession.
Les poëtes romains faisaient mettre les monologues en musique par des musiciens de profession [CONDIL., Conn. hum. II, I, 5]
Fig. De profession, qui a l'habitude invétérée de.
Et de profession je ne suis point galant [MOL., Éc. des mar. I, 6]
Rien n'est trop hardi pour des calomniateurs de profession [PASCAL, Prov. XVI]
Je ne comprends pas bien l'amour de profession [SÉV., 202]
Des chrétiens de profession, mais qui, n'en ayant que le nom et que l'apparence, raisonnent sur l'autre vie comme des épicuriens [BOURD., 15 Dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 449]
Il était Suisse de nation, empoisonneur de profession [HAMILT., Gramm. 3]
Acte qui consiste à faire solennellement les trois vœux de religion, qui sont pauvreté, obéissance et chasteté ; il suit le noviciat, et alors on est profès.
Marie-Angélique Arnauld, par un usage qui n'était que trop commun en ces temps-là, en fut faite abbesse, n'ayant pas encore onze ans accomplis ; elle n'en avait que huit lorsqu'elle prit l'habit, et elle fit profession à neuf ans [RAC., Hist. Port-Royal, dans POUGENS]
Anciennement. Action de professer, professorat.
M. Grevius a reçu ses patentes d'historiographe du roi d'Angleterre, et, ayant demandé une diminution de travail académique.... on lui a donné un adjoint dans la profession des belles-lettres, qui fera la moitié des leçons de M. Grevius [BAYLE, Lett. à M. ***, 7 mars 1697]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Sovenir vos devreit de la professiun Qu'offristes sur l'autel à vostre enunctiun [, Th. le mart. 80]
  • XIIIe s.
    Une dame prist robe de religion, ne n'i entra pas, ne ne fist profession, et puis geta l'abist et se maria [, Liv. de jost. 193]
  • XVIe s.
    Il renonce en ses œuvres le Seigneur, lequel il confesse de bouche, et par ainsi n'est chrestien que de titre et profession [CALVIN, Instit. 603]
    Un homme de ma profession [condition] [MONT., I, 17]
    Cesar parle des offices de sa pr ofession, de la vaillance et conduicte de sa milice [ID., I, 57]
    La religion de quoy vous faictes profession [ID., I, 128]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. professio ; espag. profession ; ital. professione ; du lat. professionem, qui vient de professus, qui a exposé, déclaré (voy. PROFÈS).

profession

PROFESSION. n. f. Déclaration publique d'un sentiment habituel. Je fais profession d'être votre obligé, j'en fais une profession publique, une profession solennelle. Les sentiments dont il fait profession. Il fait profession de principes fort sévères, fort relâchés. Il fait profession publique d'athéisme. Il fait hautement profession de vous être attaché.

Faire profession d'une chose, Y mettre de la prétention, s'en piquer particulièrement. Il fait profession d'être sincère, de tenir sa parole. Il fait profession de haine et de mépris pour le genre humain. Il fait profession de bel esprit.

Faire profession d'une religion, L'exercer, la pratiquer ouvertement. On dit aussi Faire profession d'une doctrine.

Profession de foi, Formule qui contient les principes de religion auxquels on déclare publiquement adhérer. Par extension, il se dit d'un Écrit où un candidat à la députation ou à quelque siège électif expose ses opinions politiques et sociales. Il signifie encore, d'une façon générale, Déclaration de principes philosophiques, sociaux, littéraires, artistiques.

PROFESSION désigne encore, en termes ecclésiastiques, l'Acte par lequel un religieux ou une religieuse fait les voeux de religion, après que le temps de son noviciat est expiré. Assister à la profession d'un religieux, d'une religieuse. Il a fait profession dans tel ordre. Un religieux, une religieuse ne peuvent faire profession qu'à un certain âge. Depuis sa profession. Il a trente années de profession.

PROFESSION se dit aussi des Différents états et emplois de la vie civile ou militaire. De quelle profession est-il? Quelle est sa profession? Embrasser une profession. Choisir une profession. Vivre selon sa profession. La profession d'avocat, de médecin. La profession des armes. Exercer une profession. Il a une profession fort honorable. Il est habile dans sa profession. Il s'y trouva des gens de toutes sortes de professions. Il est ingénieur de profession.

Un savant de profession, un érudit de profession, Un homme qui se consacre à l'étude des sciences, à l'érudition.

Un dévot de profession, Un homme qui affecte de passer pour dévot. Un athée de profession, Un homme qui affiche l'athéisme.

Un joueur, un ivrogne, un libertin de profession, Un homme qui est dans l'habitude de se livrer au jeu, à l'ivrognerie, au libertinage.

profession

Profession, Professio.

Faire profession de quelque chose et s'en mesler publiquement, Aliquid profiteri.

Profession de bien parler, Bene dicendi professio.

La profession et art dont se mesle l'orateur, Vis et facultas oratoris.

Profession de religion, Hierodulia. B.

Faire profession de religion, Verba sese deuouentis effari, Verba solennia sese sacris peristyliis deuouentium effari praeeunte hetaeriarcha, vel adigente antistite, In manum conuenire antistitis, In mancipio antistitis esse coepisse, Sacramento sodalitio dicere, Sacramentum sacrae sodalitatis inire. B.

Synonymes et Contraires

profession

nom féminin profession
Métier exercé.
Traductions

profession

Beruf, Profession, Gewerbeprofession, occupation, vocationberoep, bedrijf, broodwinning, belijdenis, verklaring, vak, professieהתעסקות (נ), מקצוע (ז), משלח יד (ז), עיסוק (ז), מִקְצוֹעַ, הִתְעַסְּקוּתbedryf, beroepprofessióstilling, professionprofesioprofesiónammattifoglalkozás, hivatásprofessioneyrke, fagprofissãoyrke, profession, meslekεπάγγελμαحِرْفَةprofeseprofesija職業직업zawódпрофессияอาชีพnghề职业 (pʀɔfesjɔ̃)
nom féminin
1. métier exercer une profession sans profession
2. ensemble de personnes qui ont le même métier entrer dans la profession

profession

[pʀɔfesjɔ̃] nf
occupation
quelle est votre profession? → what do you do for a living?, what work do you do?
les professions libérales → the professions
de profession → by profession
(ADMINISTRATION)occupation
"sans profession" (sur formulaire) (= au chômage) → "unemployed"; [femme mariée] → "housewife"
[opinion, religion] faire profession de → to profess
profession de foi nf (lit, fig)profession of faith