prohibitif, ive


Recherches associées à prohibitif, ive: rédhibitoire

PROHIBITIF, IVE

(pro-i-bi-tif, ti-v') adj.
Qui interdit, qui restreint, qui empêche.
Qu'il [Socrate] était averti par une vertu prohibitive seulement [de son démon] [LAMOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Socrate]
La tradition constante des conciles... est d'interpréter ce verset [St Luc, VI, 35, sur l'intérêt] comme prohibitif du profit qu'on tire du prêt [BOSSUET, 2e instr. sur les passages, 17e pass.]
Ce n'est point par des lois prohibitives que l'on tiendra dans une sorte d'équilibre les fortunes des particuliers : il faut, autant qu'il est possible, introduire parmi eux l'esprit de désintéressement [BARTHÉL., Anach. ch. 62]
Qui a rapport à la prohibition. Régime prohibitif. Système prohibitif.
Ces mots réveillèrent l'antipathie de Turgot pour le système des lois prohibitives, il répondit que sur cet objet son opinion était invariable [MARMONTEL, Mém. XI]
Terme de grammaire. La particule prohibitive, la particule ne.
J'avoue que cette particule prohibitive paraît redondante en notre langue ; mais elle y est de temps immémorial [D'OLIVET, Rem. Racine, § 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. prohibitiu ; espagn. prohibitivo ; ital. proibitivo ; du lat. prohibitum, supin de prohibere, prohiber. Le XVIe siècle disait prohibitoire.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PROHIBITIF. Ajoutez : - HIST. XVIe s.
    Le statut prohibitif de faire cordeaulx moindres que de six filz [, Rec. des monum. inédits de l'hist. du tiers État, t. IV, p. 225]