prolongation

prolongation

n.f.
1. Action de prolonger dans le temps : La prolongation d'une réunion prolongement, rallongement ; raccourcissement
2. Temps ajouté à la durée normale de qqch : Obtenir la prolongation d'un sursis extension
3. En sports, chacune des deux périodes accordées à deux équipes à la fin du temps réglementaire pour leur permettre de se départager : Jouer les prolongations.

PROLONGATION

(pro-lon-ga-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action de prolonger, d'accorder un surcroît de temps, de durée ; le résultat de cette action.
Tout le royaume faisait des vœux pour la prolongation de ses jours [BOSSUET, le Tellier.]
ôtez la justice éternelle et la prolongation de mon être après cette vie, je ne vois plus dans la vertu qu'une folie à qui l'on donne un beau nom [J. J. ROUSS., Lett. à M. l'A. de ***, Corresp. t. I, p. 91, dans POUGENS.]
Louis XI, ayant fait son traité avec Édouard, signa avec le roi d'Aragon une prolongation de trêve [DUCLOS, Œuv. t. III, p. 82]
Terme de musique. Position d'une note qui, faisant partie d'un accord, se continue sur un ou plusieurs des accords suivants.

SYNONYME

  • PROLONGATION, PROLONGEMENT. Ces deux mots ne diffèrent que par la finale ; mais l'usage actuel leur assigne des emplois différents : prolongation se dit du temps ; prolongement, de l'espace. Autrefois cette distinction n'existait pas ; prolongement et prolongation se confondaient.
    Il [Maraldi] travailla sous M. Cassini, en 1700, à la prolongation de la fameuse méridienne jusqu'à l'extrémité méridionale du royaume [FONTEN., Maraldi.]
    Quelques feuilles sèches qu'on remarquait autour du nœud indiquaient qu'elles tenaient auparavant à cette enveloppe, qu'elles n'en étaient qu'une prolongation [BONNET, Us. feuill. plant. 5e mém.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Les utilités de la prolongation [prolongement] et de l'involucion des boiaus sont... [H. DE MOND., f° 26, verso.]
    À tels ezcusans respondrayje Briefment, sans prolongation [J. BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 15]
  • XVIe s.
    La superstitieuse prolongation et repetition des prieres nous est defendue de nostre Seigneur [CALV., Instit. 708]
    Entendant que le conseil ne luy vouloit pas ottroyer la prolongation de son gouvernement qu'il demandoit... [AMYOT, Pomp. 83]

ÉTYMOLOGIE

  • Prolonger ; prov. prolongacio ; espagn. prolungation ; ital. prolongazione.

prolongation

PROLONGATION. n. f. Action de prolonger, d'accorder un surcroît de durée; Résultat de cette action. Après la prolongation de la trêve. Il a obtenu une prolongation de six mois. Prolongation de congé. Prolongation de terme.

prolongation

Prolongation, ou Prolongement, Prolongatio, Prolatio, Productio, Protractio, Propagatio, Pertractio, Prorogatio.

prolongation


PROLONGATION, s. f. PROLONGER, v. act. [Prolonga-cion, longé; 2e lon. 3e é fer. au 2d.] Prolonger, c'est rendre de plus longue durée. Prolongation, action de prolonger. "Prolonger une trève, le terme d'un paiement, la vie, les jours de quelqu'un, les maux, les misères, la guerre. "Prolongation de terme, de la trève, etc.
   PROLONGER, est aussi, étendre, continuer. "Prolonger une ligne, une avenûe, etc.Prolongation ne s'emploie pas dans cette seconde acception. — Le Gendre a dit prolongeable, (qui peut être prolongé.) "Le tems, qui est sans dificulté prolongeable à l' infini, ne peut être divisible à l'infini.

Synonymes et Contraires

prolongation

nom féminin prolongation
Traductions

prolongation

prolongationאריכה (נ), הארכה (נ), היארכות (נ), הימשכות (נ), המשכה (נ), הִמָּשְׁכוּתverlengingπαράτασηprolungazioneErweiterungразширение擴展확장 (pʀɔlɔ̃gasjɔ̃)
nom féminin
1. action de faire durer plus longtemps prolongation d'un contrat de travail
2. temps supplémentaire de jeu, au football, au rugby

prolongation

[pʀɔlɔ̃gasjɔ̃]
nf
[débat, séjour] → prolongation
[délai, billet, rue] → extension prolongations
nfpl (FOOTBALL)extra time sg