promenoir

promenoir

n.m.
1. Anc. Partie d'une salle de spectacle où l'on pouvait circuler ou se tenir debout.
2. Lieu couvert destiné à la promenade : Le promenoir d'un hôpital.

PROMENOIR

(pro-me-noir) s. m.
Partie d'un édifice libre et couverte ou d'un jardin destinée à la promenade.
Madame la princesse, après avoir admiré cette magnificence, voulut aller voir les promenoirs, en attendant l'heure du souper [VOIT., Lett. 10]
Tout était grand dans ces édifices : les salles, les vestibules, les galeries, les promenoirs, le trône du roi et le tribunal où il rendait la justice [BOSSUET, Hist. II, 4]
L'on entendra parler d'une capitale d'un grand royaume [Paris], où il n'y avait ni places publiques, ni bains, ni fontaines, ni amphithéâtres, ni galeries, ni portiques, ni promenoirs, qui était pourtant une ville merveilleuse [LA BRUY., Disc. sur Théophr.]
Fig.
Il fait ses galeries et ses promenoirs de Paris en Guyenne ou en Dauphiné [BALZ., le Prince, ch. 14]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Et si j'ay quelque chose à despescher par la ville, je prens cela pour mon pourmenoir et pour mon exercice [LANOUE, 201]
    L'importunité des fanges rabat du plaisir des longs promenoirs de la plaine [O. DE SERRES, 17]
    Tout lieu retiré requiert un promenoir [MONT., III, 289]

ÉTYMOLOGIE

  • Promener.

promenoir

PROMENOIR. n. m. Lieu destiné à la promenade dans un édifice clos, tel qu'un hôpital, une prison. Cette galerie sert de promenoir en temps de pluie.

Il se dit spécialement de la Partie de certains théâtres où l'on se tient debout et où l'on peut changer de place. Un billet de promenoir.

Traductions

promenoir

[pʀɔm(ə)nwaʀ] nm
(dans un couvent, une prison)covered walkway
(dans un théâtre) part of theatre where spectators stood, and could walk around