prophète

(Mot repris de prophete)

prophète

[ prɔfɛt] n.m. [ du gr. prophêtês ]
1. Dans la Bible, homme qui parle au nom de Dieu.
2. Personne qui annonce un événement futur : Un prophète de malheur personne qui ne prédit que des malheurs proverbe signifiant que personne n'est apprécié à sa juste valeur par son entourage
Le Prophète,
Mahomet, pour les musulmans.

PROPHÈTE

(pro-fè-t') s. m.
Celui qui, chez les Hébreux, inspiré de Dieu, prédisait l'avenir.
Il ne s'éleva plus dans Israël de prophète semblable à Moïse, à qui le Seigneur parlât comme à lui face à face [SACI, Bible, Deutéron. XXXIV, 10]
Pour montrer que l'Ancien Testament n'est que figuratif, et que les prophètes entendaient par les biens temporels d'autres biens.... [PASC., Pens. XVI, 5, éd. HAVET.]
On n'entend les prophètes que quand on voit les choses arrivées [ID., ib. XXV, 137]
Dieu a suscité des prophètes durant seize cents ans ; et, pendant quatre cents ans après, il a dispersé toutes ces prophéties, avec tous les Juifs qui les portaient, dans tous les lieux du monde ; voilà quelle a été la préparation à la naissance de Jésus-Christ [ID., ib. XVIII, 1]
Le prophète [Isaïe] y prédit la conversion des gentils par ces paroles : Ceux d'Occident craindront le nom du Seigneur, et ceux d'Orient verront sa gloire [BOSSUET, Hist. II, 7]
Les prophètes, au moins quelques-uns, ne laissaient pas d'être mariés ; et cette veuve dont Élie multiplia l'huile, était la veuve d'un prophète [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XXI, 2e part. p. 265, dans POUGENS.]
Une autre espèce de religieux, et bien plus considérable, étaient les prophètes ; il y en avait un grand nombre dès le temps de Samuel [ID., ib. p. 262]
Le prophète-roi, le roi-prophète, le prophète royal, David.
C'est ce qu'avait si bien compris le prophète royal [BOURDAL., Serm. 20e dim. après la Pentec. Domin. t. IV, p. 226]
Les quatre grands prophètes, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et Daniel, ainsi dits parce qu'ils ont laissé un plus grand nombre d'écrits. Les douze petits prophètes, les autres douze prophètes dont on a des prophéties dans l'Ancien Testament. Les faux prophètes, ceux qui se disaient prophètes, sans avoir l'inspiration divine.
Le temps approchait où la vengeance divine devait éclater sur les Juifs impénitents : le désordre se met parmi eux ; un faux zèle les aveugle et les rend odieux à tous les hommes ; leurs faux prophètes les enchantent par les promesses d'un règne imaginaire [BOSSUET, Hist. II, 7]
Fig. Voici la loi et les prophètes, se dit d'une autorité qui décide sans réplique (locution qui vient de ce que saint Jérôme et les autres Pères de l'Église donnent le nom de loi aux cinq livres de Moïse, et de prophètes aux livres des prophètes). On dit de même : Ce que je vous dis, c'est la loi et les prophètes.
On veut parier que la princesse d'Harcourt ne sera pas dévote dans un an, à cette heure qu'elle est dame du palais, et qu'elle remettra du rouge ; car ce rouge c'est la loi et les prophètes ; c'est sur ce rouge que roule tout le christianisme [SÉV., 181]
Chez les gentils, certains personnages inspirés par les dieux. Élie fit mourir les prophètes de Baal.
Des prophètes menteurs la troupe confondue [RAC., Athal. I, 1]
Faux prophètes, se dit aussi pour prophètes de Baal.
Celle [raillerie] dont elle [l'Écriture] se servit dans cette fameuse épreuve de l'impuissance des faux dieux d'Achab, en disant aux faux prophètes : Criez plus fort, car votre dieu est peut-être en chemin [FURETIÈRE, 3e factum, t. I, p. 320]
Les Grecs aussi avaient des prophètes.
Les prophètes exercent un ministère plus relevé : ils se tiennent auprès de la Pythie, recueillent ses réponses, les arrangent, les interprètent, et quelquefois les confient à d'autres ministres qui les mettent en vers [BARTHÉL., Anach. ch. 22]
Viens, prophète éloquent, aveugle harmonieux [Homère] [A. CHÉN., l'Aveugle.]
Titre donné à Mahomet par les musulmans.
Mahomet s'érigea en prophète [BOSSUET, Hist. I, 11]
Et tandis qu'elle montre au peuple épouvanté Du prophète divin l'étendard redouté.... [RAC., Baj. III, 1]
Le saint prophète ne savait ni lire ni écrire ; de là la haine des premiers musulmans contre toute espèce de connaissance [DIDER., Opin. des anc. philos. (Sarrasins).]
Fig. Celui qui agit comme un des prophètes de l'ancien temps.
Leur subtil conducteur [Cromwell], qui.... en faisant le docteur et le prophète, aussi bien que le soldat et le capitaine.... [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Le prophète Jurieu fut sifflé ; les prophètes des Cévennes furent pendus ou roués ; les prophètes qui vinrent du Languedoc et du Dauphiné à Londres furent mis au pilori.... [VOLT., Dict. phil. Prophètes.]
Fig. et familièrement. Celui qui annonce ce qui doit arriver, qui devine.
Il y en a une [prophétie] dans le Dante encore plus circonstanciée et plus clairement exprimée, c'est touchant la découverte des étoiles du pôle antarctique ; il suffirait de ces deux exemples pour prouver que les poëtes méritent en effet le nom de prophète [VOLT., Comm. Corn. Rem. Médée, V, 3]
Tout ce que j'ai prédit est arrivé ; au premier coup de fusil qui fut tiré, je dis : En voilà pour sept ans.... c'est parce que je ne suis plus dans mon pays que je suis prophète [ID., Lett. d'Argental, 28 sept. 1761]
J'ai été prophète sans le savoir, comme l'étaient tous les anciens prophètes [ID., ib. 24 janv. 1766]
Si le préopinant ne m'avait pas interrompu, il saurait déjà qu'il est plus simple d'écouter que de deviner, et qu'en général ce n'est pas un métier sûr que celui de prophète [MIRABEAU, Collection, t. III, p. 92]
Familièrement. Un prophète de malheur, un homme qui n'annonce que de mauvaises choses. Faux prophète, homme qui se trompe dans ses prédictions. Chapeau de prophète, chapeau pointu, ainsi dit parce que les devins sont souvent coiffés d'un tel chapeau.

PROVERBES

  • Nul n'est prophète en son pays, on a moins d'influence, de crédit en son pays qu'ailleurs.
    Je vous assure, ajouta-t-il [Jésus], qu'aucun prophète n'est bien reçu en son pays [SACI, Bible, Évang. saint Luc, IV, 24]
    Il va à Vals, parce qu'il est à Paris ; et M. d'Arles va à Forges ; tant il est vrai que jusqu'à ces pauvres fontaines, nul n'est prophète en son pays [SÉV., 31, août 1689]
    C'est un vieux licencié galicien, qui, dès sa première jeunesse, a quitté sa patrie, où il ne serait jamais devenu prophète [LESAGE, Estev. Gonz. 10]
    Ce divin Dante fut, dit-on, un homme assez malheureux ; ne croyez pas qu'il fût divin de son temps, ni qu'il fût prophète chez lui [VOLT., Dict. phil. Dante.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dès les apostres ne fut hom tel prophete [, Ch. de Rol. CLXIV]
  • XIIe s.
    Deus nostre sires dit : les meies leis [mes lois] guardez. Li prophetes redit : wai vus [malheur à vous] qui estorez Les leis de felunie.... [, Th. le mart. 80]
    David reis e prophetes purvit altrui muillier [vit la femme d'un autre] [, ib. 76]
  • XVIe s.
    Ce bon prophete [ce bon apôtre] le cardinal de Lyon, qui toute sa vie a esté ennemy mortel des François [, Hist. du chev. Bayard, p. 371, dans LACURNE]
    Esprit tout divin et prophete [DES ACCORDS, les Touches, p. 2, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. propheta ; espagn. et ital. profeta ; du latin propheta ; du grec, avant, et, je dis (comparez FABLE, FATAL).

prophète

PROPHÈTE. n. m. Celui qui prédit l'avenir. En parlant des Hébreux, il se dit de Ceux qui, par inspiration divine, prédisaient l'avenir, ou révélaient quelque vérité cachée aux hommes. Les prophètes ont annoncé le Messie. Dieu a parlé par la bouche des prophètes. Imiter le style des prophètes. Cet homme a le ton d'un prophète, parle d'un ton de prophète.

Le prophète roi, le prophète royal, David. Les quatre grands prophètes, Isaïe, Jérémie, Ézéchiel et Daniel. Les douze petits prophètes, Les autres douze prophètes dont on a les prophéties dans l'Ancien Testament.

Fig. et fam., Voici la loi et les prophètes, se dit en parlant des Livres, des écrits qui font autorité dans la question dont il s'agit. L'enseignement de ce maître, c'est la loi et les prophètes.

PROPHÈTE se dit aussi, dans toute autre religion, de Ceux qui annoncent l'avenir et se prétendent inspirés par leurs dieux.

Il est aussi le Titre que les musulmans donnent à Mahomet. Déployer l'étendard du Prophète. Faire un pèlerinage au tombeau du Prophète. Les mahométans disent : Allah est Dieu et Mahomet est son prophète.

Il se dit, figurément et familièrement, de Celui qui, par conjecture ou par hasard, annonce ce qui doit arriver. Vous avez été bon prophète. Je regrette d'avoir été si bon prophète. J'ai été prophète sans m'en douter.

Un prophète de malheur, Un homme qui prédit des choses désagréables.

Fig. et fam., Un faux prophète, Un homme qui se trompe dans les prédictions qu'il fait.

Prov. et fig., Nul n'est prophète en son pays, On a ordinairement moins de succès dans son pays qu'ailleurs; c'est parmi les siens qu'on a le moins de chances d'être cru, qu'on en impose le moins.

prophete

Prophete, Propheta, Vates.

prophète


PROPHèTE, s. m. PROPHÉTESSE, s. f. PROPHÉTIE, s. f. PROPHÉTIQUE, adj. PROPHÉTIQUEMENT, adv. PROPHÉTISER, v. act. et n. [Profète, fétèce, féci-e, tike, tikeman, tizé: 2e è moy. au 1er, é fer. aux aûtres; 3eè moy. au 2d; 4e e muet au 2d, 3e, 4e et 5e, é fer. au dern.] Prophétiser, c'est prédire l'avenir par inspiration divine. Prophétie, prédiction de l'avenir. Prophète, prophétesse, celui, celle qui prophétise. Prophétique, qui tient du Prophète. Prophétiquement, en prophète. "Les Patriarches ont prophétisé la venûe du Messie. "Le don de prophétie: l'acomplissement des prophéties. "Le Prophéte-Roi, ou Royal, David. Le Prophète Isaïe, etc. "Les oracles des prophètes. "Débora la prophétesse. Anne la prophétesse. "Esprit, discours, style prophétique. Il a parlé prophétiquement.
   Rem. Prophète, prophétie et prophétiser se disent dans le discours familier pour signifier une prédiction qu'on a faite par conjectûre. "J'ai été prophète. "Ta prophétie est acomplie. Gresset. "Je vous avais bien prophétisé que cela arriverait. = Le proverbe dit: nul n'est prophète en son pays: c'est un proverbe tiré de l'Évangile.
   Vous savez que nul n'est prophète
   En son pays: cherchons notre avanture âilleurs.
       La Font.
"Il faut que la force du proverbe soit bien violente, s'il est vrai que vous ne soyez pas prophète en votre pays. SÉV. à M. de Coulanges. "Canaples va aux eaux de Vals, parce qu' il est à Paris, et M. d'Arles va à Forges, parce qu'il est dans le voisinage de Vals: tant il est vrai que, jusqu'à ces paûvres fontaines, nul n'est prophète en son pays. ID. = Faux Prophète, homme, qui se trompe dans les prédictions qu'il fait. Prophète de malheur, qui ne prédit jamais que des chôses désagréables.
   PROPHÉTIQUE, se plait à suivre le substantif. En vers, il peut le précéder, mais il sone mal devant un monosyllabe. En prophétiques vers de Gresset, forme une inversion dûre.

Synonymes et Contraires

prophète

nom masculin prophète
1.  Interprète de la volonté divine.
clairvoyant, devin, oracle, vaticinateur, visionnaire, voyant -familier: augure.
2.  Littéraire. Personne qui devance l'avenir.
Traductions

prophète

(pʀɔfɛt) masculin

prophétesse

Prophetprophet, seerprofeet, voorspeller, voorzegger, zienerחוזה (ז), מג (ז), נביא (ז), נָבִיא, חוֹזֶהprofetaprorokprofetoprofetaprophetaprorokprofeta, videnteprorokprofet, siaremtumeπροφήτηςprofeta, vateПророк先知пророк (pʀɔfetɛs) féminin
nom
personne qui parle au nom d'un dieu

prophète

[pʀɔfɛt, fetɛs] nm/f → prophet*(prophetess)
nul n'est prophète en son pays → no-one is a prophet in his own land