propos

propos

n.m.
1. (Souvent pl.) Ensemble de paroles dites dans une conversation : Nous avons échangé quelques propos mot déclaration
2. Sout. Ce qu'on se propose de faire ou de dire : Tel n'est pas mon propos intention, volonté le sujet ; dessein
À propos,
de façon opportune, au bon moment : Elle est arrivée à propos pour nous aider.
À propos !,
au fait : À propos, quel est le résultat ?
À propos de,
au sujet de : Avez-vous des informations à ce propos ?
À tout propos,
sans cesse, en n'importe quelle occasion : Il parle à tout propos de ses enfants.
Hors de propos,
sans rapport avec ce dont il est question : Cette remarque est hors de propos inopportune
Mal à propos,
de façon inopportune : Vous avez agi mal à propos.

PROPOS

(pro-pô) s. m.
Résolution.
Je vous demande si.... vous voulez vous convertir d'une volonté forte, pleine, sincère, qui ne forme pas des propos vagues et éloignés de changement [MASS., Carême, Confess.]
Les sacrements nous laissent toutes nos passions, parce que nous les avions toutes portées au tribunal sacré sans aucun propos réel de les finir [ID., Carême, Pâques.]
Je ne puis vous donner l'absolution, que vous n'ayez fait un ferme propos de ne travailler de votre vie au Journal de Trévoux [VOLT., Facéties, Appar. jés. Bertier.]
Sujet, but, motif.
Un mot assez plaisant qui vient à mon propos [RÉGNIER, Sat. IX]
Il [Simonide] se jette à côté, se met sur le propos De Castor et Pollux.... [LA FONT., Fabl. I, 14]
Le loup donc l'aborde humblement, Entre en propos.... [ID., ib. I, 5]
Laissant à part les autres débats qui ne font rien à notre propos [BOSSUET, Lett. 53]
Mais, pour borner enfin tout ce vague propos [BOILEAU, Sat. X]
Chacun sait son métier ; Suivons notre propos [ID., ib. x.]
Entre Leclerc et son ami Coras.... N'a pas longtemps, s'ourdirent grands débats Sur le propos de leur Iphigénie [RAC., Épigr. III]
Discours qu'on tient dans la conversation.
Mais changeons de propos, on vient d'ouvrir la porte [MAIR., Solim. V, 3]
J'espère à mon retour Ne vous entretenir que de propos d'amour [CORN., Hor. III, 3]
Dans le moment qu'ils tenaient ces propos, Le lion sort et vient d'un pas agile [LA FONT., Fabl. VI, 2]
C'est la louange, Iris ; vous ne la goûtez point ; D'autres propos chez vous récompensent ce point : Propos, agréables commerces, Où le hasard fournit cent matières diverses [ID., ib. x, 1]
Je ne doute pas que mon jaloux fâcheux ne soit toujours présent, et n'empêche tous les propos que nous pourrions avoir ensemble [MOL., le Sicil. 10]
La papauté devait tomber dans peu de temps, mais seulement par le souffle de la prédication de Luther, pendant qu'il tiendrait de doux propos au coin de son feu avec son cher Melanchthon [BOSSUET, 5e avert. 4]
Le Parnasse surtout, fécond en imposteurs, Diffame le papier par ses propos menteurs [BOILEAU, Épit. IX]
Un libertin.... qui.... Tient que ces vieux propos de démons et de flammes Sont bons pour étonner des enfants et des femmes [ID., Sat. IV]
De propos en propos on a parlé de vers [ID., ib. III]
Propos de table, traits de gaieté et de familiarité qui échappent dans un repas [VOLT., Dict. phil. Table.]
L'évêque a le propos galant [J. J. ROUSS., Hél. II, 14]
Ton père avait rejeté avec mépris cette proposition, et c'était là-dessus que les propos commençaient à s'échauffer [ID., ib. I, 62]
S'il passait près de nous quelque paysan retournant au travail, ses outils sur l'épaule, je lui réjouirais le cœur par quelques bons propos [ID., Ém. IV]

PROVERBE

    Changement de propos réjouit l'homme.
Vain discours, médisances. On a tenu des propos sur son compte.
Notre commun repos Me doit mettre au-dessus de tous les vains propos [LA FONT., Filles de Minée.]
Et, pour ne vous point mettre aussi dans le propos [MOL., F. sav. IV, 3]
Dans les grandes villes, les propos sont vifs, mais ils ne sont point de durée [COMTE DE CAYLUS, Palais des idées, Œuv. t. IX, p. 53, dans POUGENS]
Tous ces gens redoutés, Fameux par les propos et par les faussetés, Vus de près ne sont rien [GRESSET, Méch. V, 4]
Il s'emporte d'abord ; Il me tient des propos.... et devant George encor ! [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. II, 5]
Marquise enfin des plus sévères ; Elle nargue les sots propos [BÉRANG., Enf. de bon. mais.]
Terme de jeux. Propos interrompus, amusement dans lequel, tous les joueurs étant rangés en cercle, chacun fait une réponse à son voisin de droite et adresse une question à celui de gauche : puis répète la question faite, et la réponse qu'il a reçue, comme si elles se correspondaient ; ce qui produit une incohérence qui fait rire. Fig. Jouer aux propos interrompus, se dit quand plusieurs interlocuteurs, ne se comprenant pas, parlent de choses différentes. On dit aussi propos rompus.
L'éloignement cause nécessairement ces propos rompus [SÉV., 177]
Fig. Propos interrompu, discours, conversation sans suite et sans liaison.
Insinuation faite sur quelque matière, pourparler, proposition. Jeter des propos d'accommodements.
C'est toujours par quelque changement [échange de charges] que l'on entre en propos avec ce ministre [Louvois] [SÉV., 29 sept. 1680]
À propos, loc. adv. Convenablement au lieu, au sujet, etc.
Voyez qu'un bon génie à propos nous l'envoie [CORN., Hor. I, 1]
Il [le renard] leur applique un mot qu'un buste de héros Lui fit dire fort à propos [LA FONT., Fabl. IV, 14]
Qu'admira-t-on davantage, ou de ce que ce secours vint si à propos, ou de ce qu'il vint d'une main dont on ne l'attendait pas ? [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Elle ne s'embarrasse jamais, parce qu'elle fait chaque chose à propos [FÉN., Tél. XXII]
Voilà ce que c'est que de venir au monde à propos : si le cardinal de Retz reparaissait aujourd'hui, il n'ameuterait pas dix femmes de Paris [VOLT., Dict. phil. Sociniens.]
Tout à propos, même sens.
Le sort tout à propos me l'offre à ce passage [ROTR., Bélis. I, 2]
L'abbé Arnauld arriva hier tout à propos pour me dire adieu [SÉV., 423]
À propos s'emploie aussi adjectivement au sens de convenable.
Présumez avec moi Qu'il est plus à propos qu'il vous cèle pourquoi [CORN., Poly. I, 3]
J'aurai soin de ne pas troubler votre repos, Et de ne rien souffrir qui ne soit à propos [MOL., Tart. V, 4]
Mais ils pourraient ici découvrir ma venue, Qu'il est à propos de cacher [ID., Amph. I, 3]
La parole d'une sainte est à propos sur ce sujet : qu'il ne faut pas.... [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 9]
Narbal ne jugea pas à propos, pendant la vie de Pygmalion, de faire venir Baléazar [FÉN., Tél. VIII]
S. m. L'à-propos (en cet emploi il s'écrit avec un trait d'union), ce qui est à propos.
Mon expérience à la cour m'a appris que rien n'y était plus rare que l'à-propos [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 21 déc. 1700]
Une infinité d'allégories fines sur les mœurs du temps [dans la Princesse d'Élide, de Molière], et des à-propos qui font l'agrément de ces fêtes, mais qui sont perdus pour la postérité [VOLT., Louis XIV, 25]
Il n'y a rien tel que l'à-propos [ID., Lett. Thiriot, 16 août 1743]
On augmente même par l'éducation ce sang-froid, cet à-propos de courage chez les animaux [BUFF., Nature des animaux.]
Le tact de l'à-propos, le soin des convenances [DELILLE, Convers. III]
Un poëte a personnifié l'à-propos.
Le père du commerce aimable, Dieu qu'à tort oublia la fable, Le sage, le prompt à-propos [LAMOTTE, dans DESFONTAINES]
À propos de, loc. prép. Au sujet de.
On plaint ce pauvre genre humain qui s'égorge dans notre continent à propos de quelques arpents de glace en Canada [VOLT., Lett. Moncrif, 27 mars 1757]
À propos de, se dit, lorsque, à l'occasion de quelque chose dont il a été parlé, on vient à dire quelque chose qui y a rapport.
À propos de goût et de génie, l'Éloge de M. de Montesquieu par M. d'Alembert est un ouvrage admirable ; il y a confondu les ennemis du genre humain [VOLT., Lett. Briasson, 13 févr. 1756]
Absolument. à propos, vous parliez de nouvelles, il vient d'en arriver d'importantes. À propos s'emploie absolument aussi, lorsque à l'occasion d'une chose on se souvient subitement de quelque autre chose qui s'y rapporte, ou même, dans la conversation familière, ne s'y rapporte pas du tout.
À propos, j'oubliais de vous dire.... Ah ! madame, à propos, vous avez quelque accès Auprès du rapporteur que j'ai dans mon procès ; Écrivez-lui, de grâce, un mot pour mon affaire [REGNARD, le Distr. II, 6]
À propos, monsieur Memnon, pourquoi avez-vous perdu un œil ? et elle passa sans attendre la réponse [VOLT., Memnon.]
À propos, dit Candide, pensez-vous que la terre ait été originairement une mer, comme on l'affirme dans ce gros livre qui appartient au capitaine du vaisseau ? [VOLT., Candide, 21]
À propos de rien, sans aucun rapport à ce qui a précédé ; sans sujet. Il se fâche toujours à propos de rien.
Il ne sera jamais à propos de lui dire je vous aime, à moins qu'on ne le lui dise à propos de rien [MARIVAUX, le Legs, sc. 3]
Familièrement. À propos de bottes, sans raison.
À propos de bottes, nous ne sommes pas loin de la maison de Florinde, [, Comédies des Prov. I, 1 (1636)]
Après une visite qu'elle nous a faite à propos de bottes [Mme D'ÉPINAY, Mém. t. II, p. 157, dans POUGENS]
À ce propos, au sujet de ce dont il s'agit.
Écoutez à ce propos le profond raisonnement non d'un philosophe qui dispute dans une école.... [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
On dit, à ce propos, qu'un jour ce dieu bizarre.... [BOILEAU, Art p. II]
À quel propos ? à propos de quoi ? pour quel sujet ? pour quelle cause ?
À quel propos me traitez-vous ainsi ? [CORN., Médée, II, 2]
À quel propos toute cette éloquence ? [LA FONT., Court.]
Depuis quelque temps, de sourds et tristes pressentiments me troublaient, sans que je susse à propos de quoi [J. J. ROUSS., Conf. X]
Avec monsieur je viens d'avoir une querelle. - Quoi ! vous ! à quel propos, madame ? [COLLIN D'HARL., Vieux célib. IV, 7]
10° À tout propos, loc. adv. à chaque instant.
Dans sa possession [de l'empire] j'ai trouvé pour tous charmes.... Mille ennemis secrets, la mort à tous propos [CORN., Cinna, II, 1]
Vois-tu rien de plus impertinent que les femmes qui rient à tout propos ? [MOL., Bourg. gent. III, 9]
Le pédant et l'instituteur disent à peu près les mêmes choses ; mais le premier les dit à tout propos, le second ne les dit que quand il est sûr de leur effet [J. J. ROUSS., Ém. IV]
11° Mal à propos, loc. adv. Hors de ce qui est convenable.
Si la rime Allait mal à propos m'engager dans Arnheim, Je ne sais pour sortir de porte qu'Hildesheim [BOILEAU, Ép. IV]
Sans raison, sans sujet.
Que cette peur s'évanouisse ; Vous la prenez mal à propos [MALH., II, 4]
Ah ! que mal à propos Dans un malheur si grand tu parles de repos ! [CORN., Cid, III, 3]
M. de Charost est revenu un moment pour se justifier de cent choses que M. de Lauzun a dites assez mal à propos [SÉV., 510]
Ces gens qui font tout mal à propos fatiguent par leurs soins, et ne disent pas un mot qui ne soit un fade compliment [Mme RICCOBONI, J. Catesby, Œuv. t. I, p. 234, dans POUGENS]
12° Hors de propos, sans raison, sans sujet.
Vous m'interrompez par des histoires hors de propos [PASC., Prov. VI]
Un homme désagréable ressemble à un discours hors de propos [BOSSUET, Polit. V, I, 15]
Les Italiens appellent une chose dite hors de propos un sproposito ; ce mot manque à notre langue [VOLT., Dict. phil. à propos.]
13° De propos délibéré, loc. adv. Avec dessein. il a fait cela de propos délibéré.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    S'ainsinc le faites, n'en doutés, Jà n'en serés arrier boutés, Ains vendrés [viendrez] à vostre propos [, la Rose, 7831]
  • XIVe s.
    [Pour les philosophes].... N'estoit riens, tant fut doutable, Qu'il n'amassent [aimassent] miex [mieux] recevoir, Que ce qu'on peüst parcevoir Que leur bon propos variassent, Ne que verité declinassent [MACHAUT, p. 94]
    C'est une matiere estrangiere de nostre present propos [ORESME, Eth. 244]
    Et à ce propos presque semblable dit saint Pol que.... [ID., ib. Prol.]
  • XVe s.
    Là eut aucuns chevaliers et escuyers d'Angleterre qui volontiers se fussent avancés de courir jusques à ceux que ils veoient chevaucher, qui ne leur eust rompu leur propos [FROISS., II, II, 15]
    Et puis par ordre je continuerai mon propos jusques à.... [COMM., Prol.]
    Mais c'estoit sans propos [mais il n'en était rien] [ID., I, 2]
    Je me suis mis en ce propos, parce que j'ai veu beaucoup de tromperies .... [ID., I, 10]
    À tous propos ont une loy au bec [les clercs] [ID., II, 6]
    Et quant il sembla au roy que nostre homme fut en bon propos [qu'il était en état d'exécuter la commission donnee] [ID., IV, 7]
    Comme elle et d'autres de ses voysynes jouoient au propos, il se vint seoir auprès d'elle, et advint son tour que ainsy qu'il parloit à elle à l'oreille pour luy dire son mot et proposer dessus.... [, Aresta amorum, p. 232, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    L'on mect toute la peinne que l'on peult pour qu'il y ait un pape au propos [au gré] de l'empereur [, Lettres de Louis XII, t. IV, p. 61, dans LACURNE]
    Une mesme chose, selon que le propos [intention] sera divers, lui sera quelquefois agreable et quelquefois lui desplaira [à Dieu] [CALV., Instit. 1010]
    Les autres diversitez qu'ils taschent de monstrer entre la circoncision et le baptesme, sont du tout ridicules et sans propos [ID., ib. 1076]
    Plutarque dict, à propos de ceulx.... [MONT., I, 21]
    Très mal à propos [ID., I, 37]
    Hors de propos [ID., I, 98]
    Amy, tu tiens sans propos beaucoup de bons propos [AMYOT, Lyc. 42]
    Il fault que la religieuse [vestale] afferme par serment, que la rencontre soit casuelle, et non point faicte à propos [ID., Numa, 18]
    La seule intelligence et cognoissance de l'acte vertueux, tout soudain luy apporte un instinct et un propos deliberé de faire le semblable [ID., Péric. I]
    De bouche en bouche en vergongne semée.... Fable de tous, des tables le propos [RONS., 641]
    À propos truelle, bon jour maçon [COTGRAVE, ]
    À propos truelle, pourquoi est-ce que... ? [RAB., I, 39]
    À propos de bottes, combien l'aune de fagots ? [OUDIN, Curios. franç.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. prepô ; Berry, propous, perpos ; du lat. propósitum, chose proposée, dessein, de pro, en avant, et positus, placé (voy. POSITION).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PROPOS.
    Ajoutez :
  • Être en propos, avoir l'intention.
    J'avais été en propos de ne vous rien écrire des États [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]
  • 14° Un à-propos, une pièce qui se fait à propos d'un anniversaire ou de toute autre circonstance.
    La pièce [Molière à Auteuil].... dépasse les proportions de ce qu'on est convenu d'appeler un à-propos, puisqu'elle dure près d'une heure,... en général, quand un de ces à-propos d'anniversaire conquiert d'emblée le public, comme a fait celui-là, on le joue quinze fois, vingt fois de suite... [ALPH. DAUDET, Journ. offic. 24 janv. 1876, p. 720, 3e col.]

propos

PROPOS. n. m. Paroles échangées dans la conversation. Propos agréable. Propos fâcheux. Ils ont tenu d'étranges propos. Propos de table. Vous tenez là des propos un peu trop libres. Tenir de joyeux propos. Changeons de propos. Revenons à notre propos. De propos en propos, nous sommes tombés sur ce sujet, sur ce chapitre. Il lui est échappé un propos indiscret, hasardé.

Propos interrompu, Discours, conversation sans suite, sans liaison. C'est aussi le nom d'un Petit jeu de société. Jouer aux propos interrompus.

PROPOS, employé absolument, signifie souvent Paroles en l'air, médisances. Je me moque des propos. Tenir des propos. Se permettre des propos. On a tenu des propos sur son compte.

Il signifie encore Résolution formée. Il vint là avec un ferme propos, avec un propos déterminé de contredire tous ceux qui parleraient. Avoir un ferme propos de s'amender. Se confesser de ses péchés avec le ferme propos de n'y plus retomber. Avoir le ferme propos.

À PROPOS, loc. adv. Convenablement au sujet, au lieu, au temps, aux personnes, etc. Parler à propos. Vous venez à propos. Il arrivera à propos. Nous avions besoin de vous, vous venez bien à propos.

Mal à propos se dit dans le sens contraire. Il parle toujours mal à propos. Vous venez bien mal à propos.

Mal à propos signifie aussi Sans raison, sans sujet. C'est mal à propos qu'on vous a dit cela.

À PROPOS est aussi une façon de parler dont on se sert lorsque, à l'occasion d'une chose dont il a été parlé, on vient à dire quelque autre chose qui a plus ou moins de rapport avec elle et qui parfois n'en a aucun. À propos, vous parliez de votre ami : donnez- nous-en des nouvelles. À propos, dites-nous donc ce que vous savez de cette affaire.

Il est encore une Manière de dire dont on se sert dans le discours familier lorsqu'on vient à parler de quelque chose dont on se souvient subitement. À propos, j'allais oublier de vous dire...

À PROPOS tient quelquefois lieu d'adjectif et signifie Convenable. On n'a pas jugé qu'il fût à propos, on n'a pas jugé à propos de faire telle chose. J'ai jugé à propos que vous vinssiez ensemble. C'est un homme qui ne dit jamais rien de raisonnable, rien d'à propos. Il est à propos de faire cela. Il n'est pas à propos d'aller si vite.

En ce sens il s'emploie aussi substantivement; on l'écrit alors avec un trait d'union. Il a eu dans son allocution le mérite de l'à- propos. Je ne vois pas l'à-propos de cette plaisanterie. Le grand mérite de ce qu'il dit tient à l'à-propos. Voilà un fort joli à-propos. L'esprit d'à-propos.

Un à-propos, Une oeuvre composée à l'occasion d'un événement. Un à-propos en vers.

À PROPOS DE, loc. prép. Au sujet de. Cela est arrivé à propos d'un tel. À propos de ce que vous disiez, j'ai appris que...

À propos de rien, Sans raison, sans motif raisonnable. Il est venu nous dire cela à propos de rien. Il s'est fâché à propos de rien.

Fig. et pop., À propos de bottes a le même sens. Il est venu me quereller à propos de bottes.

À quel propos? À propos de quoi? Pour quel sujet? Pour quelle cause?

À TOUT PROPOS, loc. adv. En toute occasion, à chaque instant. Il se met en colère à tout propos.

DE PROPOS DÉLIBÉRÉ, loc. adv. À dessein, exprès. Il a fait cela de propos délibéré.

HORS DE PROPOS, loc. adv. Mal à propos, sans raison, sans sujet. Il a parlé de cela hors de propos. Cela est hors de propos. Il ne faut pas s'échauffer hors de propos.

propos

Propos, Vient du Latin, Propono, et signifie ores conference de paroles entre deux ou plusieurs, Sermo, Oratio, Conlocutio, comme, Ils ont propos ensemble de mes affaires, Sermonem habent de rebus meis. Par son propos j'ay entendu, Ex eius oratione cognoui. Propos aussi signifie intention, comme, A quel propos faites vous cela? c'est à dire, à quelle intention à quelle fin, Quorsum isthuc facis? Propos aussi signifie, commodité, opportunité et aptitude à quelque chose, comme, Vostre arrivée m'est bien venuë à propos, Aduentus tuus peropportunus mihi fuit. Cette somme de deniers vient bien à propos, Commodum hoc argentum obuenit. Ce fueillage ne vient pas à propos à ce hanap, Non apte quadrat. Si mieux n'aimez dire, que A propos soit un adverbe composé, pour opportunéement, commodément, seamment.

Devis et propos, ou conte, soit vray ou faux, Fabula.

Propos ambigus, Ambages.

Propos de rencontre et de mocquerie, Dicacitas.

Un propos bien long, Bene longus sermo.

Propos advisez, Verba consulta.

Un propos continué et sans interruption, Perpetua oratio.

Un propos qui n'est point interrompu, Continens oratio.

Un propos demenant bien au long la matiere subjecte, Copiosa disputatio.

Un propos qui n'est point continué, et ne s'entretient point avec ceux de devant, Abruptia oratio.

Propos fascheux, et qui ne sont pas fort plaisans, Squalidae materiae.

Propos legers, et qui se changent incontinent, Muliebris sententia.

Propos amoureux, Amatorius sermo.

Un propos qu'on tient au banquet, Epularis sermo.

Propos de mourir, Destinatio mortis.

Ce propos ne convient point mal à mon profit, Non abhorret ab vtilitate mea haec oratio.

Ce propos ne s'entretient point, Non cohaeret haec oratio.

Le propos est long, Multi sermonis sunt ista.

Mon propos n'est plus ferme, Labat consilium meum.

Le propos est passé legerement, et n'a point arresté, Euolauit oratio.

Le propos s'esgare, Aberrat ad alia oratio.

Tout son propos est de, etc. Omnis eius oratio est de summo bono.

Quand propos luy faillit, Vbi friget, huc euasit.

Jaçoit qu'il y ait plus de propos de te, etc. Etsi magis est quod gratuler tibi, etc.

Quand on se destourne d'un propos, Declinatio.

A propos, c'est opportunément, commodément, aptement, voyez Propos.

Ayant ferme propos, Obstinatus.

Qui demeure en son propos, Constans.

Il est tousjours en ce propos, Stat sententia. B. ex Liu.

Nostre propos dura si long temps que le jour estoit ja bien avant, Multus sermo ad multum diem.

Issuë hors de propos, Excursus, huius excursus.

Arrester quelque propos, Statuere.

Assopir quelque propos, Opprimere mentionem aliquam.

Assopir le propos d'aucun, Opprimere orationem alicuius.

Avoir divers propos, Agitari diuersum.

Changer de propos, Mutare consilium.

J'ay changé propos, De sententia sum deiectus. B. ex Cic.

Il ne se peut faire, si tu ne change ces propos là, Non potest, nisi retexueris illa.

Il a changé de propos, pourtant que j'avoy aussi changé, Id mutauit, quoniam me immutatum videt.

Qui a changé de propos, Auersus a proposito.

Changement de propos, Digressio a proposito.

Choses hors de propos, Egressus, et egressiones, Excursus, et excursiones, Procursiones. B.

Cercher un propos de bien loing et de bien haut, Ex alto aliquid repetere.

Commencer et tenir propos avec aucun, Sermonem instituere.

Commencer propos par quelque chose, Sermonem ducere a re quapiam.

Conclurre et mettre fin à un propos, Concludere ac definire orationem.

Conferer ses propos ensemble, Conferre et fabulari.

Contredire et empescher le propos d'aucun, Obrogare.

Dire un propos preparatif de ce que nous debvons dire par apres, Praefari.

Je devisoy de divers propos, Ego in varios sermones incidebam.

Entendre aux propos de quelqu'un, Sermonibus alicuius vacare.

Entretenir long temps en propos, Contextu longiore loqui.

Faire entresuyvir un propos, Verba de verbis trahere.

Que veux tu dire par ce propos? Quorsum haec spectat oratio?

Faire laisser quelque sot propos, Aliquem deiicere de sermone aliquo inani.

Tu me fais perdre mon propos, Orationem ex ore tu quidem mihi eripis.

Faire venir à propos les fables des Poëtes, et s'en aider, Fabulas Poëtarum ad ea quae dicimus accommodare.

Faisons que nostre propos revienne au poinct dont il s'estoit esgaré, Redeat vnde aberrauit oratio.

Faire servir et venir à propos, Accommodare rem aliquam.

Faire cesser quelque propos, Opprimere mentionem aliquam.

Je finiray ma lettre par le propos que j'ay accoustumé, Vtar ea clausula qua soleo.

Laisse moy tous ces longs propos, et me dy en peu de paroles ce que je te demande, Ambages mitte, atque hoc age.

On a laissé le propos et advis qu'on avoit prins de naviger en Egypte, Nauigandi in AEgyptum omissum est consilium.

Mettre en propos, Impellere in sermonem.

Pour mettre fin à nostre propos, Ne in infinitum abeamus.

J'ay ouy fort volontiers ton propos, Nimium lubenter audiui sermonem tuum.

Passer plus outre en propos, Progredi longius.

Porter le premier propos de faire rappeler aucun, et mettre son affaire en bon train, Iacere fundamenta salutis alterius.

Recueillir le propos d'aucun, Sermonem aliquorum excipere.

Recueillir quelque propos, et le redire à autruy, faisant semblant d'avoir charge de ce faire, Sermone aliquo arrepto, pro mandato abuti.

Rentrons à nostre propos, Redeat vnde aberrauit oratio nostra.

Retourner à son propos, Redire ad propositum.

Retourne à ton premier propos, Illud redi quo coepisti, Ad rem redi.

Pour retourner à mon propos, Vt ad me redeam.

Rompre le propos d'aucun, Interpellare sermonem, Intercipere, vel Incidere, aut Abrumpere, Interfatione aliqua obturbare.

Il m'a tout soudain rompu mon propos, Abrupit mihi sermonem.

Soustenir, et estre ferme en son propos, Obfirmare animum.

Semer quelque propos parmi le commun peuple, Mentionem alicuius rei serere ad, vel in vulgus.

Cecy sert à son propos, Haec res ab illo facit.

Puis qu'il sert à ton propos, Quoniam ita tibi quadrat. B. ex Cic.

Saillir ou sortir hors de son propos, Diuertere, Aberrare, Excurrere.

Je sortoy fort hors de son propos si, etc. Labebar longius, nisi me retinuissem.

Tenir propos avec aucun, In sermonem alicui venire, Sermonem vel orationem cum aliquo habere, Sermocinari cum aliquo, Verba facere de re aliqua.

Tenir propos les uns parmy les autres, Serere sermones.

Tenir long propos, Verba multa facere, In sermone longo aliquem retinere.

Nous tenons trop long propos en choses cleres, In rebus apertis nimium longi sumus.

Tenir souvent propos de quelque chose, Rem sermonibus iactare.

Tenir long propos d'aucun, Multum sermonem habere de aliquo.

Tenir propos d'aucun en mauvaise partie, Sinistris sermonibus carpere aliquem.

Je ne veux pas tenir plus long propos, Longior esse nolo.

Tenir quelque propos, et le continuer longuement et disputer, Disserere.

Tenir propos furieux et enragez, où il n'y a ne rime ne raison, Voces furiales mittere.

Il ne tient autre propos que de ses labours et vignes, Sulcos et vineta crepat mera.

On ne tient autre propos que de nous, Nos fabulae sumus.

Ne te souvient il point du propos que tu me tins quand ce vint à commencer pour, etc. Meministin'olim vt fuerit tua oratio in re incipiunda ad defendendam noxiam?

Il nous tint propos d'aller si bon nous sembloit, Egit nobiscum, vt si nobis videretur, adiremus ad eorum senatum, B. ex Cic.

Tomber en propos d'aucun, In nomen alicuius incidere.

Tomber sur quelque propos, Delabi in aliquem sermonem.

Tomber en un mesme propos, Reuolui eo, vel eodem.

Il tombe aucunesfois sur ce propos de dire que, etc. Delabitur interdum vt dicat, etc.

Nous tombasmes sur ce propos, In eum sermonem incidimus.

D'adventure je tombey en propos, et fi mention d'eux, Casu in eorum mentionem incidi.

Comment on tombe d'un propos à autre! Vt aliud ex alio incidit!

Tourner son propos à parler de quelque autre chose, Conferre orationem ad rem aliquam.

Troubler et mettre hors de son propos, Conuellere de statu.

Faire tant qu'on tire aucun de son propos, et qu'on luy face faire chose contraire à ce qu'il avoit accoustumé, Deducere de statu vitae aliquem.

Nous vinsmes à propos de parler que, etc. In eum sermonem incidimus, plures, etc.

Elle m'est moleste à tout propos, Mihi molesta est quoquo modo, In horas, Identidem, Ex omni occasione.

A quel propos dis-tu cecy? Où tend ce propos? Quorsum istuc? Quorsum haec spectat oratio?

Ce n'est rien à propos, Nihil ad hanc rem.

Ce n'est point à propos pour faire nopces, Non conueniunt haec nuptiis.

Il ne m'en chaut pas beaucoup à quel propos tu as fait telle response, Quorsum recidat responsum tuum, non magnopere laboro.

Parler bien à propos, Commode verba facere.

C'est bien à propos, Commode.

Dire fort à propos pour persuader, Apposite dicere ad persuasionem.

Venant bien à propos, Accommodate.

L'argent luy est bien venu à propos, Pecunia illi in vsum fuit, Liu. lib. 23.

Mal à propos, Incommode.

Fort mal à propos, Perincommode.

En propos communs, et devis, In sermonibus.

Sans propos, Insequenter, Praeter propositum.

De propos deliberé, Consulto, Studio.

¶ Tout à propos, Composito, Ex composito.

De propos deliberé mettre peine à faire quelque chose, De industria aliquid facere, Studio habere aliquid.

propôs


PROPôS, s. m. [Propô et devant une voyèle propôz: l'ô est long] 1°. Discours, entretien. "Propôs, agréable, ou fâcheux. "Les propôs de table. "Tenir des propôs. "Mettre certains propôs sur le tapis. "Changeons de propôs. = Se mettre sur le propôs de, expression de la Fontaine.
   Il se jette à côté, se met sur le propôs
   De Castor et Pollux.
L'usage de cette locution est tout au moins douteux. = 2°. Proposition: Jeter des propôs d'acomodement. = 3°. Résolution. "Faire un ferme propôs de s'amender.
   À~ propôs; adv. se dit ou sans régime: parler à propôs; convenablement au sujet, au lieu, aux persones: il arriva à propôs, tout à propôs, extrêmement à propôs. = On dit, dans un sens contraire, mal à propôs et hors de propôs. "Il est venu bien mal à propos. "Cela est hors de propôs. = Ou avec la prép. de, devant les noms; et alors il se met quelquefois à la tête de la phrâse, et sert de transition d'une période à l'aûtre, mais seulement dans le style familier. "Il est toujours bien mieux de savoir ce qu'on fait, que de vivre en aveugle, en sourd et en muet. "À~ propôs de sourd, je vous prie que M. le Chevalier craigne autant que moi cette sorte de mal de famille. À~ propôs encôre de famille. M. de Lamoignon a la survivance de la charge de M. Nesmond. Sév. Il ne faut pas en mettre plusieurs de suite: s'il y en avait un 3e, il serait ridicule. — Il se dit aussi, en ce sens sans régime. "À~ propôs j' oubliai de vous dire l'autre jour que... Alors il est relatif à la pensée et non pas au discours précédent de celui qui parle. "À~ propôs, vous parliez de nouvelles, il y en a une très-intéressante: alors, quoique sans régime, il a raport au sujet, dont on s'entretenait. = Il régit aussi de au milieu de la phrâse. "Il s'est fâché à propôs de rien, sans sujet. Et proverbialement. "Il est venu me quereller à propôs de bottes. = Avec le v. être impersonel, à propôs est une espèce d'adjectif, et signifie convenable. Il régit de et l'infinitif. "Il est souvent à propôs de se tenir en garde contre les récits des Grecs. = Remarquez au reste qu'on doit dire, ce qu'il est à propôs de faire, et non pas ce qui est à~ propôs de faire, comme disent certains. Ainsi l' on dit ce qu'il vous plaira, ce qu'il convient de faire, et non pas ce qui vous plaira, ce qui convient, etc. = Avec juger à propôs, on met ce régime de l'infinitif, quand le verbe régi se raporte au sujet de la phrâse; et que avec le subjonctif, quand il ne s'y raporte pas. "Il juge à propos d'y aller lui-même. "Il jugea à propos que j'y allasse avec lui. = On fait quelquefois d'à propôs un substantif. "Ce sont de ces vers de société, qui hors de l'à propôs n'ont plus de sel, et qui dans l' à propôs même en manquent le plus souvent. Ann. Litt. "Il y a loin de ces petites productions, dont l'à propôs fait souvent le succès, aux grands ouvrages vraiment estimables, qui honorent une Nation. Linguet. — L'Acad. ne le met point comme substantif, et il parait que dans cet emploi, c' est un néologisme. Du moins on ne l'employait guère qu' en conversation, et ce n'est guère que depuis peu de tems qu'il a pâssé dans les livres.
   À~ tout propôs, à chaque instant. "Les apostrophes ne donent de la chaleur au style que lorsqu'elles sont bien placées, et elles le refroidissent, quand elles afectent de se montrer à tout propôs et sans propôs. JOURN. DE MONS. Le second adverbe n'est guère usité: mais il fait fort bien ici, associé et en contraste avec le premier.
   De propôs délibéré: à dessein, de dessein formé. "Il l'a fait de propôs délibéré.

Synonymes et Contraires
Traductions

propos

Absicht, Äußerung, Plan, Ausspruchintention, plan, meaning, point, discussion, insinuation, intent, proposal, purpose, utterance, subject, talkvoornemen, bedoeling, doel, plan, strekking, toeleg, woord, zeggen, zin, gepraat, woorden, praatjeאומר (ז), ארשת שפתיים (נ), דיבור (ז), אוֹמֵר, דִּבּוּרbedoeling, planhensigtλόγος, κουβένταdiro, intencointención, propósitoaikomusintenzione, propositointençãoamaç (pʀɔpo)
nom masculin
1. paroles tenir des propos médisants
2. au fait À propos, as-tu pensé à les prévenir ?
3. au sujet de Je souhaite vous voir à propos de votre demande.
4. à n'importe quel moment

propos

[pʀɔpo]
nm
(= sujet) à quel propos? → what about?
à propos de → about
C'est à propos de la soirée de vendredi → It's about the party on Friday.
à tout propos → constantly
à ce propos → on that subject
à propos (= au fait) → by the way
À propos, quand est-ce que tu viens? → By the way, when are you coming?
être hors de propos [arguments, inquiétudes] → to be out of place
très à propos → very opportunely
trouver très à propos de faire qch → to consider it opportune to do sth
voir aussi à-propos
mal à propos → inopportunely propos
nmpl (= paroles) → sentiments
des propos racistes → racist sentiments
tenir des propos racistes → to express racist sentiments