prosélyte

(Mot repris de prosélytes)

prosélyte

n. [ du gr. prosêlutos, étranger domicilié ]
1. Personne récemment gagnée à une cause, une doctrine et qui la prône : L'ardeur des prosélytes néophyte
2. Nouveau converti à une foi religieuse.

PROSÉLYTE

(pro-zé-li-t') s. m. et f.
Païen qui a embrassé la religion judaïque.
Du temps de Salomon, il se trouva plus de cent cinquante mille prosélytes dans la terre d'Israël [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XIII, 2e part. p. 151, dans POUGENS.]
Les prosélytes de la porte, ceux qui, refusant de se soumettre à la circoncision, n'étaient admis que dans la cour antérieure du temple. Les prosélytes de justice, ceux qui, se soumettant à toutes les lois de Moïse, étaient considérés comme entièrement régénérés.
Nouveau converti à une foi religieuse.
On en remplissait les prisons [de quakers] ; mais les persécutions ne servent presque jamais qu'à faire des prosélytes [VOLT., Dict. phil. Quakers.]
Son supplice [d'Anne du Bourg] fit plus de prosélytes [au protestantisme] en un jour, que les livres et les prédications n'en avaient fait en plusieurs années [ID., Hist. parl. XX]
Par extension, un converti, un homme gagné à une doctrine.
Si l'illustre auteur des Maximes eût été tel qu'il a tâché de peindre tous les hommes, mériterait-il nos hommages et le culte idolâtre de ses prosélytes ? [VAUVENARGUES, Max. CCXCIX.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il [Luc l'évangéliste] sot [sut] bien le langage de Grece, et aucun dient qu'il fu proselites [BRUN. LATINI, Trésor, 76]

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, nouveau venu, du grec, vers, et du grec, venir.

prosélyte

PROSÉLYTE. n. des deux genres. Terme emprunté du grec, qui signifie proprement Étranger, nouveau venu dans un pays, mais que l'Écriture et les écrivains ecclésiastiques emploient pour désigner une Personne qui a passé du paganisme à la religion judaïque. Un nouveau prosélyte. Les Juifs et les prosélytes.

Il se dit aussi, dans le langage courant, d'une Personne nouvellement convertie à la foi catholique. Ce missionnaire fit beaucoup de prosélytes parmi les musulmans.

Il se dit, par extension, des Partisans qu'on gagne à une secte, à une opinion. Cette doctrine a fait beaucoup de prosélytes. La persécution multiplie les prosélytes.

prosélyte


PROSÉLYTE, subst. [Prozélite: 2e é fer. dern. e muet. = Richelet écrit proselite, sans accent sur le 1er e: c'est une mauvaise ortographe, qui induit à une mauvaise prononciation.] En grec, il signifie étranger; dans l'Écriture et chez les Écrivains Éclésiastiques, il se dit de celui, de celle qui a passé du Paganisme à la Religion Judaïque. On le dit aussi de celui, de celle, qui est nouvellement converti ou convertie à la Foi Catholique; et par extension, des partisans qu'on gâgne à une secte, à une opinion. Rousseau dit aux Incrédules, sur le ton du sarcasme:
   Que tardez-vous? ces tendres nourrissons
   Déja du coeur dévôrent vos leçons...
   Vous les verrez, glorieux néophites,
   Faire à leur tour de nouveaux prosélytes.

Synonymes et Contraires

prosélyte

nom prosélyte
Personne gagnée à une idée.
Traductions

prosélyte

proselyte

prosélyte

[pʀɔzelit] nmfproselyte, convert