prostituer

(Mot repris de prostitua)

prostituer

v.t. [ du lat. prostituere, exposer en public, de stare, se tenir debout ]
1. Livrer à la prostitution.
2. Litt. Dégrader en utilisant pour des tâches indignes ou à des fins vénales : Prostituer son talent avilir, vendre

se prostituer

v.pr.
1. Se livrer à la prostitution.
2. Avilir son talent ; s'abaisser, se vendre.

prostituer


Participe passé: prostitué
Gérondif: prostituant

Indicatif présent
je prostitue
tu prostitues
il/elle prostitue
nous prostituons
vous prostituez
ils/elles prostituent
Passé simple
je prostituai
tu prostituas
il/elle prostitua
nous prostituâmes
vous prostituâtes
ils/elles prostituèrent
Imparfait
je prostituais
tu prostituais
il/elle prostituait
nous prostituions
vous prostituiez
ils/elles prostituaient
Futur
je prostituerai
tu prostitueras
il/elle prostituera
nous prostituerons
vous prostituerez
ils/elles prostitueront
Conditionnel présent
je prostituerais
tu prostituerais
il/elle prostituerait
nous prostituerions
vous prostitueriez
ils/elles prostitueraient
Subjonctif imparfait
je prostituasse
tu prostituasses
il/elle prostituât
nous prostituassions
vous prostituassiez
ils/elles prostituassent
Subjonctif présent
je prostitue
tu prostitues
il/elle prostitue
nous prostituions
vous prostituiez
ils/elles prostituent
Impératif
prostitue (tu)
prostituons (nous)
prostituez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais prostitué
tu avais prostitué
il/elle avait prostitué
nous avions prostitué
vous aviez prostitué
ils/elles avaient prostitué
Futur antérieur
j'aurai prostitué
tu auras prostitué
il/elle aura prostitué
nous aurons prostitué
vous aurez prostitué
ils/elles auront prostitué
Passé composé
j'ai prostitué
tu as prostitué
il/elle a prostitué
nous avons prostitué
vous avez prostitué
ils/elles ont prostitué
Conditionnel passé
j'aurais prostitué
tu aurais prostitué
il/elle aurait prostitué
nous aurions prostitué
vous auriez prostitué
ils/elles auraient prostitué
Passé antérieur
j'eus prostitué
tu eus prostitué
il/elle eut prostitué
nous eûmes prostitué
vous eûtes prostitué
ils/elles eurent prostitué
Subjonctif passé
j'aie prostitué
tu aies prostitué
il/elle ait prostitué
nous ayons prostitué
vous ayez prostitué
ils/elles aient prostitué
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse prostitué
tu eusses prostitué
il/elle eût prostitué
nous eussions prostitué
vous eussiez prostitué
ils/elles eussent prostitué

PROSTITUER

(pro-sti-tu-é) v. a.je prostituais, nous prostituions, vous prostituiez ; que je prostitue, que nous prostituions, que vous prostituiez.
Livrer à l'impudicité.
Dis-lui qu'à tout le peuple on va l'abandonner ; Tranche le mot enfin, que je la prostitue [CORN., Théod. II, 7]
Prostituer son honneur, en parlant d'une femme, se livrer à l'impudicité.
Fig. Mettre dans un avilissement comparé à la prostitution, déshonorer par un indigne usage. Un juge accessible à la corruption prostitue sa dignité.
Nous ne faisons jamais de serments, pas même en justice : nous pensons que le nom du Très Haut ne doit pas être prostitué dans les débats des hommes [VOLT., Dict. phil. Quakers, I]
Ceux qui.... Ont prostitué l'âme aux vils baisers du corps [LAMART., Socr. 351]
Se prostituer, v. réfl. Se livrer à l'impudicité.
Votre femme se prostituera dans la ville, vos fils et vos filles périront par l'épée [SACI, Bible, Amos, VII, 17]
Justinien avait pris sur le théâtre une femme qui s'y était longtemps prostituée ; elle gouverna avec un empire qui n'a point d'exemple dans les histoires [MONTESQ., Rom. XX]
On sait que dans l'Assyrie il y avait des temples de Vénus où les femmes allaient se prostituer par dévotion [BAILLY, Hist. astr. anc. p. 504]
Fig. Se mettre dans un avilissement comparé à la prostitution. Cet homme se prostitue à la faveur, à la fortune, il est bassement dévoué aux volontés des hommes puissants. Cet écrivain se prostitue, il écrit, mentant à sa conscience, selon ce qui convient aux gens puissants, à leurs intérêts, à leurs passions.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Aucuns par grande abusion prostituent et deshonorent moult de dignes choses [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Si un prince commandoit à un sien sujet de lui prostituer sa femme [LANOUE, 218]
    Ceux qui sont en sujettion doyvent estre advertis de ne prostituer pas leur obeissance à des commandemens manifestement iniques [ID., 226]
    Depuis que ce prince [Henri III] s'estoit prostitué à l'amour contre nature.... [D'AUB., Hist. II, 439]
    [Les hommes de guerre] s'exposent et prostituent à l'épreuve d'un canon ou artillerie qui n'espargne ni grands ni petits [EST. PASQUIER, Recherches, II, 16]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. prostituere, prostituer, proprement exposer, de pro, en avant, et statuere, placer (voy. STATUE).

prostituer

PROSTITUER. v. tr. Livrer à la débauche. Il se dit d'une Personne qui, par intérêt, oblige ou engage une femme ou une fille à se livrer à la débauche publique. Elle a prostitué elle-même sa fille. Elle l'a prostituée pour de l'argent à un vieillard dépravé. Elle s'est prostituée dès son plus jeune âge. Elle s'est prostituée à ce misérable.

Fig., Cet écrivain se prostitue, Il vend sa plume.

PROSTITUER s'emploie figurément, en parlant des Choses qu'on ravale, que l'on déshonore par l'usage indigne qu'on en fait. C'est prostituer son honneur que d'agir aussi bassement. Un juge accessible à la corruption prostitue la justice, la magistrature, prostitue sa dignité.

Le participe passé s'emploie adjectivement. Une femme, une fille prostituée. Il s'emploie plus ordinairement comme nom. Une prostituée.

Dans le langage religieux, Babylone la grande prostituée, La Rome païenne.

prostituer

Prostituer, Prostituere.

Prostitué, Prostitutus.

prostituer


PROSTITUER, v. act. PROSTITUTION, s. fém. [Prostitu-é, tu-cion: dern. é fer. au 1er: devant l'e muet l'u est long: il prostitûe: au futur et au conditionel cet e muet se mange et ne se prononce pas: il prostituera, prostituerait: pronon. prostitûra, prostitûrè, en 4 syllabes.] Au propre, ils expriment l'action de livrer à l'impudicité. "Une mère qui, après avoir vécu dans la prostitution, prostitûe elle-même sa fille. = S. f. Une prostituée, une femme ou une fille abandonée à l'impudicité, vivant dans la prostitution. = Ces deux mots sont fort usités au figuré. Que d'hommes prostituent leur honeur, leur dignité, la justice, la Magistratûre. "Homme vendu à l'iniquité, prostitué à la faveur. "Plume vénale et prostituée. "La prostitution de la Justice, des lois. "Ô vous qui consumez le tems dans l'indolence, qui le prostituez à de vils plaisirs. Thomas.
   Et vil client de la fierté,
   À~ de méprisables idoles
   Prostituer la vérité.
       Gresset.
"Quand on a ou qu'on croit avoir cette force, pourquoi faire aux mots de raison, de justice, de lois, l'afront de les prostituer ainsi? Linguet. "Quelle étrange prostitution des titres et de la gloire. Id.

Synonymes et Contraires

prostituer

verbe prostituer

prostituer (se)

verbe pronominal prostituer (se)
1.  Littéraire. Utiliser indignement son talent.
2.  Se livrer à la prostitution.
-argotique: michetonner -populaire: faire le tapin, faire le trottoir, tapiner.
Traductions

prostituer

huren, prostituierenprostituteprostituerenπορνεύωprostituiprostituir売春婦にprostituir (səpʀɔstitɥe)
verbe pronominal
avoir des rapports sexuels contre de l'argent