protée

protée

n.m. [ du lat. Proteus, nom d'un dieu marin qui se métamorphosait à volonté ] Litt.
1. Personne qui change continuellement de rôle, d'opinions ; girouette : Ce diplomate est un protée caméléon
2. Chose qui se présente sous différentes formes : Ce virus informatique est un véritable protée il est protéiforme

PROTÉE

(pro-tée) s. m.
Terme du polythéisme. Divinité de la mer qui, lorsqu'on la saisissait endormie pour lui faire prédire l'avenir, se changeait en toute sorte de formes effrayantes ; c'était le pasteur des animaux marins (Protée avec une majuscule).
Tel que le vieux pasteur des troupeaux de Neptune, Protée, à qui le ciel, père de la fortune, Ne cache aucuns secrets, Sous diverse figure, arbre, flamme, fontaine, S'efforce d'échapper à la vue incertaine Des mortels indiscrets [J. B. ROUSS., Ode au comte de Luc.]
Ce Protée dont la fable raconte tant de merveilles n'était qu'un de leurs danseurs qui, par la rapidité de ses pas et la force de son expression, semblait à chaque instant changer de forme [CAHUSAC, Dans. anc. et mod. I, III, 2]
Fig. Homme qui joue toutes sortes de personnages (protée avec une minuscule).
Vous [Alcibiade] êtes un protée qui prenez indifféremment toutes les formes les plus contraires, parce que vous ne tenez à aucune [FÉN., Dial. des morts anc. XVII]
Le ministre ou le plénipotentiaire est un caméléon, est un protée [LA BRUY., X.]
On prétend qu'il [Mélanchthon] changea quatorze fois de sentiment sur le péché originel et sur la prédestination ; on l'appelait, dit-on, le protée de l'Allemagne [VOLT., Mél. litt. Lett. au prince de ***, VI]
Fig. Il se dit des choses qui se présentent sous des formes diverses.
Je conviens qu'il y a dans la substance une première détermination essentielle ; mais c'est là un protée qui prend plaisir à se présenter à moi sous mille formes différentes, et qui me défie de le saisir sous aucune [CONDIL., Traité des syst. 10]
Terme d'alchimie. Protée des philosophes, le mercure, ainsi dit à cause de sa fluidité merveilleuse et de ses différentes préparations.
Terme de zoologie. Genre de reptiles batraciens. Genre d'animalcules infusoires, dit aujourd'hui genre amibe.
S. f.Terme de botanique. Genre de plantes, type de la famille des protéacées, et dans lequel on distingue la protée argentée, dite arbre d'argent, bois d'argent, parce que ses jeunes pousses ont des feuilles blanches et comme argentées.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La marine est plus arrestée [qu'une dame infidèle], Et du ciel les hauts mouvements ; Bref, tout ce qu'on lit de Protée Ne s'egale à ses changemens [DESPORTES, Amours diverses, XXIX, Chanson.]

ÉTYMOLOGIE

  • Du grec, proprement le premier-né, le vieux de la mer ; comparez le grec, nom d'une néréide.

protée

PROTÉE. n. m. Nom d'un Personnage mythologique, qui, dans le langage courant, désigne un Homme qui change continuellement de manières, d'opinions, qui joue toutes sortes de rôles. Cet homme est un vrai protée.

protée


PROTÉE, s. m. [Proté-e: 2eé fer. et long, 3e e muet.] Dieu de la Fâble, qui, quand il voulait, changeait continuellement de formes. On le dit d'un homme qui joûe toute sorte de personages. "Cet homme est un protée.

Synonymes et Contraires

protée

nom masculin protée
Littéraire. Personne changeante.
Traductions

protée

Proteus

protée

Proteus