protégé, ée

PROTÉGÉ, ÉE

(pro-té-jé, jée) part. passé de protéger
Un homme dont la fortune protégée du ciel ne connaît pas les disgraces [BOSSUET, le Tellier.]
Athène par mon père accrue et protégée [RAC., Phèd. II, 2]
Substantivement.
Comme il ne voulait que des protégés et des adulateurs, il n'attirait chez lui que des gens faits pour l'être [MARMONTEL, Cont. mor. Connaiss.]