provende

(Mot repris de provendes)

PROVENDE

(pro-van-d') s. f.
Terme familier. Provision de vivres.
Il avait vu sortir gibier de toute sorte ... Régiments de dindons, enfin bonne provende [LA FONT., Fabl. IV, 16]
Ils [les Talleyrand] avaient en guise de maître d'hôtel une sorte de maître Jacques qui s'en allait tous les jours chercher leur provende à la desserte des tables royales [DECOURCHAMP, Souv. de la marquise de Créquy, t. I, ch. VIII]
Terme d'économie rurale. Mélange de divers aliments très nutritifs, propre à engraisser les bestiaux.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    À tuz ces chevals truverent furre [paille] e provende, ù ke fust li reis [, Rois, p. 240]
    Cil me dona, et Diez li rende, à Baiex une provende [WACE, dans DU CANGE, praebenda.]
  • XIIIe s.
    Qui argent porte à Rome, assés. tot provende a ; On ne les donne mie si com Diex commenda [RUTEB., 234]
  • XIVe s.
    Ainsi furent lonc temps en la cité de pris, Sans yssir de leans ne sans estre assaillis ; Et ainsi leur provende apetissoit tousdis [, Guesclin. 1241 variante]
  • XVIe s.
    Pour distribuer la provende aux pigeons à leurs meilleures heures, ce sera le matin et le soir [O. DE SERRES, 398]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, preuvenne, quantité de grain nécessaire à un cheval. Les exemples de Wace et de Rutebeuf prouvent que provende et prébende sont le même mot (voy. PRÉBENDE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PROVENDE. - ÉTYM. Ajoutez : M. Boucherie (Revue des langues romanes, t. IV, p. 311) le tire de promentarius, promentarium, formes tout à fait inconnues que révèle un ms. de Pollux (publié par M. Boucherie) ; ces mots se rattachent à promus, cellerier, promum, cellier, dépense, de promere, tirer. Ceci, curieux à noter, n'infirme pas l'identité de prébende et provende.

provende

PROVENDE. n. f. Provision de vivres. Bonne provende. Songeons à la provende. Il faut aller à la provende. Il est familier et peu usité.

Il se dit, en termes d'Économie rurale, d'un Mélange de divers aliments très nourrissants qu'on donne aux bestiaux.

provende


*PROVENDE, s. f. [Provande: 2e lon. 3e e muet.] Provisions de vivres. Vieux mot, employé par La Fontaine.
   Veaux de lait, agneaux et brebis,
   Régiment de dindons, enfin bonne provende.
Le Rich. Port. dit qu'il est du style famil. l'Acad. le met sans remarque et sans en doner d'exemple.

Traductions

provende

profenda