provignement

PROVIGNEMENT

(pro-vi-gne-man) s. m.
Action de provigner.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Des arbres n'est pas ainsi, pour la difficulté de les renouveller par provignement [O. DE SERRES, 191]

ÉTYMOLOGIE

  • Provigner.

provignement

PROVIGNEMENT. n. m. T. d'Agriculture. Action de provigner.

En termes de Grammaire, il signifie Création de mots nouveaux à l'aide de suffixes. Règle donne par provignement Règlement, réglementer.

provignement

Provignement, Propagatio.

provignement


*PROVIGNEMENT, s. m. PROVIGNER, v. act. et n. PROVIN, s. m. [Provig-neman, ; pro-vein: mouillez le g: 3ee muet au 1er, é fer. au 2d.] Provigner, coucher en terre les brins d'un cep de vigne afin qu'ils prènent racine et qu'il s'en forme d'autres ceps. "Provigner une vigne pour la regarnir. = V. n. Multiplier. "Ce plant a bien provigné. = Figurément. "Cette famille a bien provigné. "La foi ou l'hérésie a beaucoup provigné dans ce pays-là. = Cette expression figurée est tout au plus du style médiocre. — M. Linguet l'emploie volontiers et activement. "Les Apôtres dangereux, qui le provignent (le suicide) sont toujours trop adroits, trop lâches même pour prendre leurs principes à la lettre; mais les têtes novices, qu'ils séduisent, tiènent à des mains ardentes, qui pâssent bientôt de la conviction à l'exécution. "Ma maniere de penser se provigne. — Ce réciproque est une nouveauté.
   Provignement a un sens actif: c'est l'action de provigner. "Le provignement de la vigne. Provin, au contraire, a le sens pâssif: C'est le rejeton d'un cep de vigne, qui a provigné. "Les provins ne raportent pas la première année. = Provignement est de Danet: Le Rich. Port. le met sans remarque. L'Acad. ne le met pas.