prudence


Recherches associées à prudence: prudent

prudence

n.f.
Attitude d'une personne qui agit de manière à éviter toute erreur, tout risque inutile : Elle conduit toujours avec prudence sagesse, vigilance ; négligence circonspection, précaution ; imprudence

PRUDENCE

(pru-dan-s') s. f.
Vertu qui fait connaître et pratiquer ce qui convient dans la conduite de la vie.
Et c'est toujours prudence en un péril funeste D'offrir une moitié pour conserver le reste [CORN., Tois. d'or, I, 2]
La sagesse est dans les vieillards, et la prudence est le fruit de la longue vie [SACI, Bible, Job, XII, 12]
J'en veux un peu à la prudence humaine ; je me souviens de quelques tours qu'elle a faits, dignes de risée ; la voilà décriée pour jamais [SÉV., 341]
Ce que peut dans les maisons la prudence tempérée d'une femme sage.... [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Nous mourons tous, disait cette femme dont l'Écriture a loué la prudence [ID., Duch. d'Orl.]
Alors, quand les malheurs nous ouvrent les yeux.... nous ne savons plus par où excuser cette prudence présomptueuse qui se croyait infaillible [ID., Reine d'Anglet.]
Juste ciel ! c'est ainsi qu'assurant ta vengeance, Tu romps tous les ressorts de ma vaine prudence [RAC., Iphig. I, 5]
Toutefois il [Joad] devrait garder plus de prudence [ID., Athal. IV, 5]
Où manque la prudence, trouvez la grandeur si vous le pouvez [LA BRUY., XII]
Il y en aurait eu beaucoup [de traits hardis], si on n'avait été obligé, à quatre-vingt et un ans, de sacrifier à cette sotte vertu qu'on appelle prudence [VOLT., Lett. La Harpe, 31 mars 1775]
Dans l'incertitude de la vie humaine, évitons surtout la fausse prudence d'immoler le présent à l'avenir [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Sa prudence était trop éclairée pour ressembler à la finesse [D'ALEMB., Éloges, Dangeau.]
Terme de jurisprudence. S'en rapporter à la prudence, abandonner une décision à une autorité sans rien lui demander expressément. Dans le style de l'Écriture, prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, l'habileté dans les affaires du monde. Prudence chrétienne, celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu. Avoir la prudence du serpent, être très prudent (locution qui ne se dit que dans le style familier, et qui provient de la subtilité attribuée par la Bible au serpent).
Que le ciel vous donne la force des lions et la prudence des serpents ! [MOL., Bourg. gent. IV, 6]
Les chers frères ont la force des lions quand ils écrivent ; mais il faut qu'ils aient la prudence des serpents quand ils agissent [VOLT., Lett. Damilaville, 1er juin 1764]

PROVERBE

    Prudence est mère de sûreté.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Prudence est cil habiz par cui l'on puet conseiller à veraie raison entor les bones et les mauvaises choses de l'ome [BRUN. LATINI, Trésor, p. 298]
    Vertus moral est devisée en quatre membres, ce sont prudence, atemprance, force et justise [ID., ib. p. 345]
  • XVIe s.
    Les sciences ne peuvent que nous enseigner la prudence, la preud'hommie et la resolution [MONT., I, 151]
    Je n'ay gueres d'art.... pour dresser et conduire par prudence les choses à mon poinct [ID., III, 47]
    La memoire des choses passées est la prudence de ce qui est à advenir [PASQUIER, Lett. t. III, p. 683]
    On donne les offices et promotions, et non prudence et discretion [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 360]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et ital. prudenza ; du lat. prudentia, de prudens, prudent.

prudence

PRUDENCE. n. f. Qualité qui permet d'apercevoir et d'éviter les dangers et les fautes, qui fait connaître et pratiquer ce qui est convenable dans la conduite de la vie. Agir, se conduire avec prudence. La prudence doit être la règle de toutes nos actions. Il n'y a pas de prudence à en user de la sorte. Il a bien manqué de prudence dans cette occasion. Une prudence consommée. Ce magistrat s'est conduit avec beaucoup de prudence. Ce général a donné des marques d'une grande prudence dans toutes ses campagnes. Je m'en remets, je m'en rapporte à votre prudence. Je me repose sur votre prudence. Sa prudence s'est trouvée en défaut. J'admire la prudence de votre conduite, de vos discours. La prudence est une des quatre vertus cardinales.

Prov., Prudence est mère de sûreté. Dans le style de l'Écriture sainte, Prudence mondaine, prudence de la chair, prudence du siècle, Habileté dans la conduite, lorsqu'elle ne regarde que les choses du monde et qu'elle n'a point de rapport à celles du ciel; par opposition à Prudence chrétienne, Celle qui apprend à discerner ce qui conduit à Dieu de ce qui en éloigne, et qui fait préférer l'un à l'autre.

Fig. et fam., Avoir la prudence du serpent, Être très prudent.

prudence

Prudence, quand quelqu'un sçait que c'est de bien et de mal, Prudentia.

Tout ce qu'il a de prudence, il l'a apprinse par mes amours, Quicquid sapit, meo amore sapit.

prudence


PRUDENCE, s. f. PRUDENT, ENTE, adj. [Prudance, dan, dante: 2e lon. 3e e muet.] La Prudence est une vertu, qui fait conaitre et pratiquer ce qui convient dans l'usage de la vie. Prudent, qui a de la prudence. "Agir: se conduire, avec prudence, suivant les règles de la prudence. Voy. SAGESSE. "Un homme fort prudent: une femme très-prudente. "Conduite, action, réponse prudente.

Traductions

prudence

Umsicht, Vorsichtprudence, caution, discretion, generalship, warinessvoorzichtigheid, omzichtigheid, beleidזהירות (נ), זְהִירוּתbeleidsingardemocircunspección, prudencia, tino, cautelakebijaksanaanprudência, cautelacautela, prudenzaحَذَرopatrnostforsigtighedσύνεσηvarovaisuusoprez注意조심varsomhetostrożnośćосторожностьförsiktighetการตักเตือนönlemsự thận trọng小心 (pʀydɑ̃s)
nom féminin
comportement qui vise à éviter les dangers

prudence

[pʀydɑ̃s] nfcaution
par prudence → as a precaution
avec prudence [conduire] → carefully; [avancer] → cautiously