prunelle


Recherches associées à prunelle: prunelle des yeux

1. prunelle

n.f. [ de prune ]
1. Fruit du prunellier.
2. Liqueur, eau-de-vie faite avec ce fruit.

2. prunelle

n.f. [ de 1. prunelle ]
Pupille de l'œil : Avoir les prunelles dilatées.
Tenir à qqch comme à la prunelle de ses yeux,
le considérer comme ce qu'on a de plus précieux.

prunelle

(pʀynɛl)
nom féminin
pupille de l'œil des prunelles dilatées

PRUNELLE1

(pru-nè-l') s. f.
Prune sauvage, d'une extrême âpreté, fruit de l'épine noire ou prunellier. Fig. et familièrement. Du jus de prunelle, vin fort mauvais et fort âpre.
Genre de plantes labiées, où l'on distingue le prunella vulgaris, L. dit par Tournefort brunelle, que Linné changea en prunelle (voy. BRUNELLE).
Sel de prunelle, nitrate de potasse impur, mêlé à du sulfate de potasse. Pierre de prunelle, nitrate de potasse tabulaire.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ançois en iert [sera] mainte froide cervele, Et traïnans en iert mainte bouele [boyau], Que je loi lais vaillant une parnele [, Raoul de C. 48]
  • XVe s.
    Je croy que c'est vin de pruneles : Où a-il esté sy forgy ? [, Mir. de Ste Genev]
  • XVIe s.
    Suc de prunelles, espine vinette, sumac [PARÉ, XVIII, 66]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de prune ; wallon, purnall, s. f. ; Berry, peurnell, preunelle.

PRUNELLE2

(pru-nè-l') s. f.
Pupille de l'œil.
Le feu sort à travers ses humides prunelles [BOILEAU, Épître IV]
Il est nécessaire pour la perfection de l'organe de la vue, que le trou de la prunelle diminue ou augmente à proportion que les objets sont plus ou moins éclairés [MALEBR., Rech. vér. Éclairc. sur l'opt. t. IV, p. 452, dans POUGENS]
Il y avait trois ou quatre ans que je n'avais pleuré, et je comptais bien que mes vieilles prunelles ne connaîtraient plus cette faiblesse, jusqu'à ce qu'elles se fermassent pour jamais [VOLT., Lett. Mme Denis, 9 juill. 1753]
Gonflez un peu trop certains muscles de ses joues [d'une belle femme], et la voilà colère ; fixez la prunelle, et la voilà bête ; donnez du feu à cette prunelle fixe, et la voilà impudente [DIDER., Lett. à Mlle Voland, 2 sept. 1762]
Il se dit pour regard.
Voyant une femelle... il baissait la prunelle [LA FONT., Herm.]
J'assénai une prunelle étincelante sur le premier président et le grand banc [SAINT-SIMON, 515, 84]
Jouer de la prunelle, jeter des œillades, faire quelque signe des yeux, particulièrement entre homme et femme.
Mon baladin muet se retranche en un coin, Pour mieux faire jouer la prunelle de loin [CORN., la Veuve. I 4]
Vous n'avez toujours fait qu'avoir les yeux sur elle. Rouge, tout interdit, jouant de la prunelle [MOL., l'Ét. IV, 5]
Tandis que le frère jouait de la guitare, la sœur jouait de la prunelle [HAMILT., Gramm. 8]
Un tourneur de prunelle, un homme qui joue de la prunelle.
Oui, ce beau fils, ce tourneur de prunelle [LA FONT., Je vous prends sans vert, sc. 1]
Fig. La prunelle de l'œil, chose très précieuse.
La cour, qui se sentit touchée à la prunelle de l'œil, obligea M. le duc d'Orléans d'aller au palais [RETZ, II, 111]
Elle a une mère qui vous chérira comme la prunelle de ses yeux, vous et tous vos enfants [LESAGE, Guzm. d'Alf. v, 5]
Conserver une chose comme la prunelle de l'œil, comme la prunelle de ses yeux, la conserver soigneusement, précieusement.
Si le Seigneur cesse un moment de veiller sur eux... de les garder comme la prunelle de son œil [MASS., Carême, Fautes légères.]
Quelle grandeur ! quelle générosité ! ô que nous sommes petits devant lui ! conserve ce précieux ami comme la prunelle de ton œil [J. J. ROUSS., Hél. I, 61]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Si alcuns crieve l'oil à l'altre et si la purnelle y est remese [restée]... [, Lois de Guill. 21]
  • XIIe s.
    Les dous [deux] purneles de ses uiz [yeux] [il] Ne gardout pas plus cherement, Qu'il gardout lui [l'enfant] son escient [BENOIT, II, 12724]
    Qui vus het, e mei het e contre mei revele ; Qui vus fiert [frappe], e mei fiert en l'oil en la purnele ; Cil qui mesfait as clers, Deus le het et querele [, Th. le mart. 74]
  • XIIIe s.
    De teuz [tels] qui ont ver toi orguel, M'agarde com plouele d'uel [prunelle d'œil] [, Psaumes en vers, dans Liber psalm. p. 271]
  • XVIe s.
    Nous voyons noz yeulx reluisans dedans les prunelles de ceulx de nos prochains [AMYOT, Comment ouïr, 8]
    Encore qu'il fasse sa prunelle toute blanche en la tournant aux voutes de l'eglise [, Sat. Mén. p. 186]
    Les collyres qui sont comme des onguens, servent à la prunelle des yeux [PARÉ, XXV, 34]

ÉTYMOLOGIE

  • Prunelle, petite prune noire, par comparaison ; Berry, preunelle.

PRUNELLE3

(pru-nè-l') s. f.
Espèce d'étoffe de laine ou de soie.
Prunelle en soie ; prunelle en soie et laine en chaîne ; prunelle en laine, [, Tableau annexé aux lett. pat. du 27 juill. 1780, Amiens]

ÉTYMOLOGIE

  • Prunelle 1 ; à cause de la couleur noire de cette étoffe, qui servait d'ordinaire à faire des chaussons de femme.

prunelle

PRUNELLE. n. f. Sorte de petite prune sauvage et âpre.

Il se dit aussi d'une Liqueur faite avec ce fruit.

prunelle

PRUNELLE. n. f. Ouverture, qui paraît noire, dans le milieu de l'oeil et par laquelle passent les rayons lumineux qui vont impressionner la rétine. La prunelle de l'oeil. Une taie qui couvre la prunelle de l'oeil. La dilatation de la prunelle.

Fam., Jouer de la prunelle, Jeter des oeillades, faire quelque signe des yeux. Il se dit ordinairement en parlant des Signes qu'un homme et une femme se font l'un à l'autre, quand ils sont d'intelligence.

Fig. et fam., Conserver une chose comme la prunelle de ses yeux, La conserver soigneusement, précieusement. Il y tient comme à la prunelle de ses yeux.

prunelle

PRUNELLE. n. f. Sorte d'étoffe de laine.

prunelle

Une prunelle, Spineolus.

¶ Prunelle, ou l'herbe au charpentier, Prunella.

¶ La prunelle de l'oeil, Pupilla, siue Pupula.

Prunelles, ou fourdrines, quasi prunula.

prunelle


PRUNELLE, s. f. [Prunèle: 2eè moy. 3e e muet.] L'ouverture, qui parait noire au milieu de l'oeuil et par où les rayons pâssent pour être peints sur la retine. "La prunelle de l'oeuil. = Fig. st. famil. Jouer de la prunelle, jeter des oeuillades, faire quelque signe des yeux, en parlant d'un homme et d'une femme, qui sont d'intelligence. "Agathe trouva plus de dix fois le moment de jouer de la prunelle sur moi. Mairv. = Aimer ou conserver comme la prunelle de l'oeuil; aimer tendrement, conserver avec soin.

Traductions

prunelle

pupil, sloe

prunelle

prunelo

prunelle

瞳孔

prunelle

тёрн

prunelle

prugnola

prunelle

[pʀynɛl] nf
(ANATOMIE)pupil (= œil) → eye
tenir à qch comme à la prunelle de ses yeux
Il tient à elle comme à la prunelle de ses yeux → She is the apple of his eye.
(BOTANIQUE)sloe
(= eau de vie) → sloe gin