pucelle

pucelle

n.f. et adj. f. [ du lat. pullicella, de pullus, petit d'animal ]
Fam. Fille vierge.
La Pucelle ou la pucelle d'Orléans,
Jeanne d'Arc.

PUCELLE1

(pu-sè-l') s. f.
Terme familier. Vierge.
S' [si] elle a force ducats, elle est toute pucelle [RÉGNIER, Sat. III]
Votre petit Allemand.... est beau comme un ange, et doux et honnête comme une pucelle [SÉV., 7 oct. 1676]
Je découvre enfin deux pucelles, ou, pour mieux dire, deux filles de cinquante ans [LESAGE, Diable boit. 10]
Si les neuf Muses sont pucelles, Les trois Grâces ne le sont pas [VOLT., Épît 29]
La Pucelle d'Orléans, Jeanne d'Arc qui délivra la France (en cet emploi, pucelle n'est pas du style familier). Dans la poésie badine, les doctes pucelles, les neuf Muses.
Il se dit quelquefois simplement pour jeune fille.
Le coton pris en leurs rives, Que leurs pucelles captives En nos maisons fileront [MALH., VI, 28]
On choisit cent pucelles, Toutes sachant broder, aussi sages que belles [LA FONT., Filles de Minée.]
Espèce de poire, dite aussi chat-brûlé, et intermédiaire entre le messire Jean et le martin sec.

HISTORIQUE

  • Xe s.
    Buona pulcella fut Eulalia [, Eulalie]
  • XIe s.
    Et des pulceles et des gentilz oixurs [femmes] [, Ch. de Rol. LXIII]
  • XIIe s.
    Si l'amad tant forment [fortement] qu'il enmaladid ; kar grevuse chose lui semblad à mustrer à la pulcele nule descunvenue [, Rois, 162]
  • XIIIe s.
    Or à mari autre que vous n'aurai ; Pucele ainçois tousjours ainsi vivrai [, Romancero, p. 72]
    Encor [je] te commant et encharge, Que tenir te faces por large [généreux] à la pucele [servante] de l'ostel [, la Rose, 2571]
  • XVe s.
    Tous chevaliers doivent aider, à leur loyal pouvoir, toutes dames et pucelles dechassées et deconfortées, à leur besoin, mesmement quand ils en sont requis [FROISS., I, I, 16]
  • XVIe s.
    Les lits se font : les trois pucelles de Marolles [qui n'étaient plus pucelles] se couchent, et les maris après [DESPER., Contes, V]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. piucela, pieucela ; anc. espagn. puncella ; ital. pulcella, pulzella ; du bas-latin pullicella, diminutif de pulla (qui avait donné polle, jeune fille, dans le Chant d'Eulalie), du lat. pullus, jeune enfant, jeune animal (voy. POULE). Le masculin pullicellus a donné puceau.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. PUCELLE. Ajoutez :
    Nom d'un papillon de nuit, noctua puella.

PUCELLE2

(pu-sè-l') s. f.
Un des noms vulgaires de la feinte, poisson qui ressemble à l'alose.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. PUCELLE. Ajoutez :
    Les poissons [de mer] qui appartiennent au troisième groupe, donnent une chair médiocre, sèche ou grêle ; ce sont la vive, l'ange, l'orphie, la pucelle [A. HUSSON, les Consommations de Paris, p. 254]

pucelle

PUCELLE. n. f. Femme qui n'a point connu d'homme. Une jeune pucelle. Il est familier excepté dans cette expression : La Pucelle d'Orléans, Jeanne d'Arc, qui délivra la ville d'Orléans, assiégée par les Anglais.

pucelle

PUCELLE. n. f. Poisson qui ressemble à l'alose, mais qui est moins estimé.

pucelle

Pucelle, Semble qu'il vient de Puella.

Pucelle, Virgo.

Pucelle gresle et gente, Iuncea virgo.

Une pucelle mariable, Virgo matura viro, Nubilis.

La pucelle est trop aagée pour attendre, Non manet aetas virginis meam negligentiam.

Vaincre une pucelle par dons et autres moyens, Puellae pudicitiam expugnare.

Traductions

pucelle

Jungfrau

pucelle

virgin

pucelle

virgulino

pucelle

szűz

pucelle

处女

pucelle

pulcella

pucelle

[pysɛl] adj f
être pucelle → to be a virgin