pulvérin

PULVÉRIN

(pul-vé-rin) s. m.
Ancien terme militaire. Fourniment qui contenait de la poudre. On disait aussi poulvérin.
Adieu mon poulvérin, adieu ma poudre entière, [, Crève-cœur du soldat, pièce de 1623]
Aujourd'hui, poudre pulvérisée employée pour la confection des artifices. Le pulvérin ne doit pas être confondu avec le poussier ; ils ne jouissent pas du tout des mêmes propriétés. Espèce de poire où l'on met cette poudre.
Se dit d'une espèce de poudre d'eau, c'est-à-dire d'une multitude de petites gouttes presque imperceptibles, qui se font sentir près des chutes d'eau.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Soubise, qui voulut donner cet assaut, commença par quatre sergens avec chacun quinze hommes qui firent brusler le poullevrin, puis fit donner Glandage à bon escient [D'AUB., Hist. I, 334]
    Ce fut là où brusla le premier poulevrin de ceste guerre [ID., ib. III, 162]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. polverino, de polvere, poussière (voy. POUDRE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    PULVÉRIN. Ajoutez :
    Poussière de poudre de guerre.
    Toute solution de continuité [entre le paratonnerre et le sol] donnant lieu à une étincelle, le pulvérin qui voltige et se dépose partout dans l'intérieur et même à l'extérieur de ces bâtiments [magasins à poudre et poudrières] serait enflammé et pourrait propager son inflammation jusqu'à la poudre [GAY-LUSSAC, Instruction sur les paratonnerres, p. 42]

pulvérin

PULVÉRIN. n. m. Poudre à canon écrasée et passée au tamis, dont on se servait pour amorcer, pour faire des traînées, pour la composition des pièces d'artifices, etc.

Il se disait aussi d'une Sorte de poire où l'on mettait cette poudre.

pulvérin


PULVÉRIN, subst. m. [Pulvé-rein.] 1°. Poûdre à canon, plus menûe que la poûdre ordinaire, et qui sert à amorcer les armes à feu. = 2°. Espèce de poire, où l'on met cette sorte de poûdre.