pur, ure

PUR, URE

(pur, pu-r') adj.
Qui est sans mélange. Du vin pur. Il vomit du sang pur.
Médée.... Prépare de l'eau pure et des herbes sans force [CORN., Médée, I, 1]
Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé ? [RAC., Athal. III, 7]
L'eau pure ne suffirait pas aux hommes de travail pour maintenir leurs forces [BUFF., Suppl. à l'hist. nat. Œuv. t. XI, p. 129]
Le violet pur règne sur la tête, le cou et tout le dessus du corps [ID., Ois. t. VI, p. 63]
De festons d'un blanc pur leurs têtes se couronnent [DELILLE, Én. VI]
Fleur pure, fleur qui n'est point panachée, qui est toute d'une couleur. Fig. La démocratie pure dégénère quelquefois en anarchie.
Il se dit de la race, du sang. Une race pure. L'espèce de l'aigle commun est moins pure que celle du grand aigle.
Que je meure au combat, ou meure de tristesse, Je rendrai mon sang pur comme je l'ai reçu [CORN., Cid, I, 9]
Tous [vos aïeux] avec moi vous parlent à genoux Pour le plus pur du sang qu'ils ont transmis en nous [RAC., Baj. V, 6]
C'est le pur sang du dieu qui lance le tonnerre [ID., Iphig. V, 4]
Fig. Le plus pur du sang, ce qu'on a de plus cher.
Pourquoi, moi-même enfin me déchirant le flanc, Payer sa folle amour [de Ménélas] du plus pur de mon sang ? [RAC., Iph. IV, 4]
Faut-il, pour t'affermir dans ce funeste rang, T'abandonner encor le plus pur de mon sang ? [VOLT., Oreste, V, 3]
Terme hippique. Pur sang, voy. SANG.
Que rien ne vicie, n'altère, ne corrompt. Un air pur.
Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur [RAC., Phèdre, IV, 2]
Mille petits ruisseaux d'une onde pure arrosaient ces beaux lieux [FÉN., Tél. XIX.]
Une lumière pure, une clarté pure, un jour pur, une lumière, une clarté que rien n'altère, n'obscurcit.
Une lumière pure et douce se répand autour des corps de ces hommes justes [dans les champs Élysées] [FÉN., Tél. XIX.]
Un ciel pur, un ciel sans nuage. Fig. Un ciel pur, une vie, une condition heureuse et calme.
Il se dit des choses qui ne font pas contracter des souillures selon les préceptes de certaines religions. Des victimes pures.
Il me semble que les choses ne sont en elles-mêmes ni pures ni impures [MONTESQ., Lett. pers. XVII]
Au sens moral, qui est sans mélange. Aimer Dieu d'un amour pur. Une félicité pure.
L'homme est né pour penser.... mais les pensées pures, qui le rendraient heureux s'il pouvait toujours les soutenir, le fatiguent et l'abattent [PASC., Pass. de l'amour.]
Adieu, monsieur, adieu, madame ; parlez-moi de votre joie, et si elle vous a coûté bien des craintes ; on ne les a guère toutes pures [les joies] [SÉV., à Guitaut, 26 mai 1681]
Elle [ma fille] se porte mieux ; mais comme un bien n'est jamais pur en ce monde.... [ID., 20 juill. 1679]
Vous qui goûtez ici des délices si pures [RAC., Esth. Prologue.]
Les destins n'ont jamais de faveurs qui soient pures [A. CHÉN., l'Aveugle.]
Fig. Qui est sans tache, sans souillure, sans corruption.
Ah ! que n'as-tu des yeux à lire dans mon âme, Et voir les purs motifs de ma nouvelle flamme ! [CORN., Médée, III, 3]
Je garde à Curiace une amitié trop pure [ID., Horace, I, 3]
Aurions-nous bien le cœur et les mains assez pures Pour présider ici sur les honneurs divins, Et prêtres vous offrir les vœux des pèlerins ? [LA FONT., Phil. et Baucis.]
Il est écrit que rien n'est pur sur la terre, et que celui qui dit qu'il ne pèche pas, se trompe lui-même [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Ames pures et innocentes, âmes vierges, comme les appelle saint Jean [ID., ib.]
Une gloire si pure, une si belle réputation est un parfum précieux qui réjouit le ciel et la terre [ID., ib.]
Mais pour lui conserver [à Britannicus] une foi toujours pure, Prince, je me dévoue à ces dieux immortels Dont ta vertu t'a fait partager les autels [RAC., Brit. V, 8]
Jéhu.... N'a pour servir sa cause et venger ses injures [de Dieu] Ni le cœur assez droit, ni les mains assez pures [ID., Athal. III, 6]
Et, comme tout est pur à ceux qui sont purs, tout devient souillé à celui qui l'était déjà par sa transgression [MASS., Carême, Prosp. temp.]
Il se dit aussi des personnes. C'est un homme pur.
Saint Louis, toujours pur et toujours saint dès son enfance [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Des aveux, des remords quel confident plus sûr ? Il [le prêtre] écoute le vice et reste toujours pur [DELILLE, Imag. VIII]
Particulièrement. Chaste. Vierge très pure.
Dieu veuille que son mari la trouve aussi belle et aussi pure que Fatima ! [MONTESQ., Lett. pers. 71]
En théologie, l'état de pure nature, l'état où était Adam avant le péché. En philosophie, l'état de pure nature, l'état de l'homme tel qu'on le suppose antérieurement à toute civilisation.
Voilà l'état de la pure nature [VOLT., Mondain.]
Familièrement et par plaisanterie. Être en état de pure nature, être sans vêtement. En métaphysique, esprit pur, l'esprit considéré sans égard à son union avec la matière.
[Suivant Porphyre] Le dieu suprême.... étant un esprit pur, tout ce qui est matériel est impur pour lui [VOLT., Dict. phil. Reliques.]
Raison pure, l'intelligence qui perçoit les vérités nécessaires.
Mathématiques pures, celles qui considèrent la grandeur sans aucune application astronomique ou physique.
10° Terme de jurisprudence. Obligation pure et simple, promesse pure et simple, mainlevée pure et simple, démission pure et simple, obligation, promesse, mainlevée, démission sans aucune condition, sans aucune restriction.
La faculté d'élire qui était restreinte et conditionnelle, devint pure et simple [MONTESQ., Espr. XXXI, 17]
11° En parlant de style, du langage, correct, exact, régulier. Style pur. Une latinité pure. Le peuple de la Toscane parle l'italien le plus pur.
Selon que notre idée est plus ou moins obscure, L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure [BOILEAU, Art p. I]
Ô ciel ! ô puissances éternelles ! mon oiseau parle le pur chaldéen ! [VOLT., la Princ. de Babyl. 3]
Ce n'est pas seulement sa douceur qui me touche ; C'est qu'elle a de la grâce, un choix de termes purs [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. IV, 5]
Il se dit aussi des écrivains. Il est peu de poëtes aussi purs que Racine. En termes de dessin, correct, exact, élégant. Un dessin pur. Des formes pures. En termes de musique, d'une exécution exacte, parfaite. Voix pure et suave. Exécution pure et brillante. Accords purs, accords brillants et gracieux.
12° Terme de blason. Qui n'a que l'émail du champ de l'écu, sans aucune pièce héraldique. Il porte d'argent pur, de gueules pur. On dit aussi plein dans le même sens.
13° Pur de, dépourvu de ce qui gâterait, souillerait. Une liqueur pure de tout mélange.
Près de la borne où chaque Etat commence, Aucun épi n'est pur de sang humain [BÉRANG., Ste Alliance.]
Fig.
Ce saint homme [Tobie].... sut non-seulement se conserver pur des idolâtries de ses frères, mais encore pratiquer la loi [BOSSUET, Hist. II, 4]
Pouvait-il faire à Dieu un plus beau sacrifice, que de lui offrir une âme pure de l'iniquité de son siècle, et dévouée à son prince et à sa patrie ? [ID., le Tellier.]
De tous péchés rends-nous purs à tes yeux [RAC., Hymnes, le Lundi à matines.]
Le jugement que j'en forme est pur de toute prévention [MARIVAUX, dans DESFONTAINES]
Jusqu'ici ma plume, hardie à dire la vérité, mais pure de toute satire, n'a jamais compromis personne [J. J. ROUSS., Lett. à l'archev. de Paris.]
14° Pur placé devant le substantif a le sens de uniquement, exclusivement, ne.... que.
Sachant bien que c'est pure faveur que vous m'avez faite [BALZ., liv. I, lett. 4]
Tu veux rendre, Asdrubal, par une pure fable, Le coupable innocent et l'innocent coupable [MAIRET, Mort d'Asdr. II, 3]
Mais par un pur effet de générosité.... [CORN., Théod. IV, 6]
J'avouerai, s'il le faut, que c'est un pur caprice, Un pur aveuglement qui leur fait injustice [ID., Œdipe, I, 3]
Il [Montaigne] est pur pyrrhonien ; sur ce principe roulent tous ses discours [PASC., Entret. avec M. de Saci.]
Gardez-vous d'y toucher [à vos lettres], vous en feriez des pièces d'éloquence ; cette pure nature dont vous parlez est précisément ce qui est bon, ce qui plaît uniquement [SÉV., 6 juin 1672]
M. le chancelier [d'Aligre] est mort de pure vieillesse [ID., 27 oct. 1677]
Paul de Samosate.... enseigna son opinion judaïque sur la personne de Jésus-Christ, qu'il ne faisait qu'un pur homme [BOSSUET, Hist. I, 10]
Puisque les assemblées de la réforme les plus ecclésiastiques sont composées d'anciens, c'est-à-dire de purs laïques plus que de ministres [ID., Déf. Var. 1er disc. 32]
Si nous étions, comme les anges, de purs esprits, toutes nos vertus devraient se ressentir de la condition et de l'excellence de cet état [BOURDAL., 6e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 1]
Je ne suis chargée de rien ; c'est une pure question que je vous fais [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 18 oct. 1695]
Quand César voulut imiter les rois d'Asie, il désespéra les Romains pour une chose de pure ostentation [MONTESQ., Esp. X, 14]
C'est le pur hasard qui m'a procuré le seul artiste qui travaille à ces petits prodiges [les montres en bague] [VOLT., Lett. d'Aranda, 20 déc. 1771]
L'habitude de mettre pur en ce sens avant le substantif n'était pas prise anciennement.
On vous a rapporté, dites-vous, que je vais au prêche des calvinistes ; c'est une calomnie très pure [DESCARTES, Lett. 33]
C'est un miracle pur que le cours de sa vie [CORN., D. Sanche, IV, 1]
En cet emploi, quand pur est accompagné de tout, il se met après son substantif.
Voilà sans doute le semi-pélagianisme tout pur dans les luthériens [BOSSUET, 2e avert. 13]
Nous suivons seulement la raison toute pure [QUIN., Pausan. I, 4]
Le reste est l'ouvrage tout pur du tempérament et de la nature [MASS., Confér. Zèle contre les vices]
Racine n'a pas écrit plus correctement ; c'est Despréaux tout pur [DIDER., Lett. sur les sourds et muets]
15° S. m. Les purs, les vrais fidèles, nom qu'ont pris divers sectaires.
16° À pur et à plein, entièrement, sans réserve. Un compte soldé à pur et à plein. Être absous à pur et à plein.
J'ai demandé à M. de Louvois le régiment de Sanzei à pur et à plein, en cas que le pauvre Sanzei fût mort [SÉV., 26 août 1675]
Car d'acheter l'enseigne à pur et à plein, et que le guidon nous demeure sur les bras, ce n'est pas une chose possible [ID., 1er déc. 1675]
17° En pur don, se dit d'un don fait sans condition.
18° En pure perte, se dit d'une perte qui n'est compensée par aucun avantage. Cela tombe en pure perte pour lui. Fig. Inutilement, vainement. Vous vous tourmentez en pure perte.
19° Anciennement. En pur chef, tête nue.
Nous leur faisons faire amende honorable [aux condamnés] tête nue, ou, comme porte l'ancienne formule, en pur chef, qui est en un mot sans chaperon [GARASSE, Recherche des recherches, p. 570, dans LACURNE]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ensi comme de vin toz jors boivre tot pur.... ou toz jors aigue [eau] sans vin [, Machab. II, 15]
  • XIIIe s.
    Chasteé [chasteté] la nete, la pure [RUTEB., II, 54]
    Après [se] leva la lune et bele et claire et pure [, Berte, XLII]
    Je, Pierres, fes savoir à toz.... que je.... ai fait escange pur à pur et transmutation, à Jehan, c'est à savoir de tix [tels]heritages [BEAUMANOIR, XXXV, 21]
  • XIVe s.
    Et ignorance de telles choses peut estre pour quatre causes, aucunes foiz pour pure peresce et negligence.... [ORESME, Eth. 61]
    Terre tenue à pur et sans moyen [immédiatement] [BOUTEILLER, Somme rural, titre 82, p. 485, dans LACURNE]
    La maniere de faire hommage si est ceste : premierement l'homme mis au net, c'est à dire chaperon abbatu et sans couteau qui portast defense, et en pur le corps, c'est à dire sans manteau... [ID., ib. p. 478]
  • XVe s.
    Et me mettrai volontiers en pur ma chemise [Eust. de St Pierre], à nud chef, et la hart au col en la merci du roi d'Angleterre [FROISS., I, I, 321]
    [Édouard ordonne de faire évacuer Calais] hommes et femmes et enfans ; car je vueil la ville repeupler de purs Anglois [ID., I, I, 322]
    Ains est son intention, que vous vous mettez tous en sa pure volonté [le représentant d'Édouard aux assiégés] [ID., I, I, 320]
    Nous ne debvons pas seulement vouloir avoir les mains pures, mais aussi pures pensées, quand nous croyons la deité celeste estre presente à nos secretes cogitations [, Boucic. IV, 3]
    Illec le desarmerent, et il demeura en pur corps [, Lancelot du lac, t. I, f° 50, dans LACURNE]
    Se je ne boy que de l'eau toute pure, Bientost ainsi je finirai mes jours [BASSELIN, XXXI]
    Et en parlant subtillement, Le broc qui estoit d'eaue plain Lui changea à pur et à plain [VILLON, Repues franches]
  • XVIe s.
    Il afferme à pur et à plat qu'il y a des parties et des partages en Dieu [CALV., Inst. 91]
    Ce qu'on juge communement estre justice n'est que pure iniquité devant Dieu [ID., ib. 595]
    La volupté moins pure d'incommoditez et de traverses.... [MONT., I, 69]
    Les jugements sont payez à purs deniers comptants [ID., I, 119]
    Fascheuse suffisance qu'une suffisance pure livresque [ID., I, 163]
    J'avois apprins du latin tout aussi pur que mon maistre d'eschole le sçavoit [ID., I, 194]
    Sans aultre tiltre que celuy tout pur que nature donne à ses creatures [ID., I, 241]
    Il voulut que celuy qui auroit fait le meurtre, fust absoult à pur et à plein moyennant que.... [AMYOT, Publ. 21]
    Il leur dit, que des choses pures humaines, il n'en avoit jamais craint pas une ; mais que des divines il avoit tousjours fort redoubté la fortune [ID., P. AEM. 58]
    Recevoir en pur don [ID., Pyrrh. 45]
    Je la vis une fois [Catherine de Médicis] pour une après disnée escrire de sa main vingt pures [entières] lettres et longues [BRANT., Dames ill. p. 85, dans LACURNE]
    Riche en biens, aux honneurs avancé justement, Pur, sans ambition, qui marchoit droitement, Très fidelle à son prince [DESPORTES, Épitaphes, l'Aubespine.]
    Exploiter en pure perte le fief est jouir, par le seigneur, par ses mains, d'iceluy fief, selon et ainsi qu'en jouissoit le vassal, auparavant laditte main mise [, Coust. gén. t. I, p. 511]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. pur ; espagn. et ital. puro ; du lat. purus, racine sanscrite pu, laver, purifier.