purger

(Mot repris de purgeasse)

purger

v.t. [ lat. purgare, de purus, pur ]
1. Éliminer d'un récipient ou d'une enceinte fermée les gaz, les liquides ou les résidus indésirables : Purger un radiateur.
2. Vieilli Provoquer l'évacuation du contenu intestinal ; traiter par un purgatif : « On purge bébé » de Feydeau.
3. Éliminer d'un groupe les éléments jugés indésirables : Purger un parti des extrémistes épurer
4. Demeurer détenu pendant le temps d'une peine : Purger dix ans de prison.

purger


Participe passé: purgé
Gérondif: purgeant

Indicatif présent
je purge
tu purges
il/elle purge
nous purgeons
vous purgez
ils/elles purgent
Passé simple
je purgeai
tu purgeas
il/elle purgea
nous purgeâmes
vous purgeâtes
ils/elles purgèrent
Imparfait
je purgeais
tu purgeais
il/elle purgeait
nous purgions
vous purgiez
ils/elles purgeaient
Futur
je purgerai
tu purgeras
il/elle purgera
nous purgerons
vous purgerez
ils/elles purgeront
Conditionnel présent
je purgerais
tu purgerais
il/elle purgerait
nous purgerions
vous purgeriez
ils/elles purgeraient
Subjonctif imparfait
je purgeasse
tu purgeasses
il/elle purgeât
nous purgeassions
vous purgeassiez
ils/elles purgeassent
Subjonctif présent
je purge
tu purges
il/elle purge
nous purgions
vous purgiez
ils/elles purgent
Impératif
purge (tu)
purgeons (nous)
purgez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais purgé
tu avais purgé
il/elle avait purgé
nous avions purgé
vous aviez purgé
ils/elles avaient purgé
Futur antérieur
j'aurai purgé
tu auras purgé
il/elle aura purgé
nous aurons purgé
vous aurez purgé
ils/elles auront purgé
Passé composé
j'ai purgé
tu as purgé
il/elle a purgé
nous avons purgé
vous avez purgé
ils/elles ont purgé
Conditionnel passé
j'aurais purgé
tu aurais purgé
il/elle aurait purgé
nous aurions purgé
vous auriez purgé
ils/elles auraient purgé
Passé antérieur
j'eus purgé
tu eus purgé
il/elle eut purgé
nous eûmes purgé
vous eûtes purgé
ils/elles eurent purgé
Subjonctif passé
j'aie purgé
tu aies purgé
il/elle ait purgé
nous ayons purgé
vous ayez purgé
ils/elles aient purgé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse purgé
tu eusses purgé
il/elle eût purgé
nous eussions purgé
vous eussiez purgé
ils/elles eussent purgé

PURGER

(pur-jé. Le g prend un e devant a et o : purgeant, purgeons) v. a.
Nettoyer, purifier.
Le plomb entraîne le cuivre dans sa vitrification, et il rejette le fer sur les bords de la coupelle ; c'est par cette propriété particulière qu'il purge l'or et l'argent de toute matière métallique étrangère [BUFF., Min. t. V, p. 269]
Fig.
Cette manière de purger la métropole en infectant la colonie [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 35]
Purger les métaux, les dégager de tout mélange. Purger le sucre, le dépouiller de toutes ses impuretés et en faire couler le sirop non cristallisé. Terme de filature de soie. Purger le fil grége, le débarrasser de tout ce qui l'altère, nœuds, amas de bourre, etc. Terme de charpentier. Enlever l'aubier d'une pièce de bois. Terme de marine. Purger les œuvres mortes, gratter les ponts et les bordages.
Par extension, débarrasser de.
Il [Louis XIII] résolut.... de purger la cour de la honteuse domination qui s'établissait sur les ruines de la royauté [BALZ., le Prince, 17]
Éraste, voyez-vous, trêve de jalousie ! Purgez votre cerveau de cette frénésie [CORN., Mél. II, 2]
Mais purgez-moi l'esprit de ce petit souci [ID., l'Illus. com. II, 7]
Le premier soin, le premier devoir, quand on traite des matières importantes au bonheur des hommes, ce doit être de purger son âme de toute crainte, de toute espérance [RAYNAL, Hist. phil. I, Introd.]
Purgeons nos desserts Des chansons à boire [BÉRANG., Musique.]
Il se dit des lieux délivrés de ce qui nuit.
On ne fait point de tort à l'État de le purger d'un méchant homme [PASC., Prov. VII]
Il venait de purger les mers des pirates [BOSSUET, Hist. I, 9]
Reste impur des brigands dont j'ai purgé la terre ! [RAC., Phèdre, IV, 2]
D'un perfide ennemi j'ai purgé la nature [ID., ib. III, 5]
Les dissensions civiles l'avaient [la France] plus aguerrie et purgée de mauvais citoyens qu'épuisée [MASS., Or. fun. Louis le Grand.]
vous en viendrez à bout [de différentes réformes] plus aisément que vous n'avez extirpé les jésuites, et purgé le théâtre de petits-maîtres [VOLT., Dict. phil. Vénalité.]
On a souvent vu, dans les temps de cette espèce de fléau [la multiplication des mulots], les petits ducs [oiseaux de proie] arriver en troupe, et faire si bonne guerre aux mulots, qu'en peu de jours ils en purgent la terre [BUFF., Ois. t. II, p. 154]
Il se dit aussi de celui qui est chassé.
De ton horrible aspect purge tous mes États [RAC., Phèdre, IV, 2]
Rendre pur, en parlant des choses morales.
[Le baptême] Qui lave nos forfaits dans une eau salutaire, Et qui, purgeant notre âme et dessillant nos yeux, Nous rend le premier droit que nous avions aux cieux [CORN., Poly. I, 1]
Ah ! qu'il vaudrait bien mieux par de saints exercices Purger nos passions, déraciner nos vices ! [ID., Imit. I, 24]
On voit ces purs esprits [dans l'enfer du VIe livre de l'Énéide] branler au gré des vents, Ou noyés dans les eaux, ou brûlés dans les flammes ; C'est ainsi qu'on nettoie et qu'on purge les âmes [L'ABBÉ PELLEGRIN, dans VOLT. Dict. phil. Purgatoire]
Ma flamme De ces vices du temps pourra purger son âme [de Célimène] [MOL., Mis. I, 1]
Purger de péché une action, la rendre pure de péché.
Mais celui qui se juge, heureusement s'instruit à purger de péché ce qu'il fait, dit ou pense [CORN., Imit. I, 14]
Rendre pur de la tache de.
Il est entre vos mains des présents assez doux Qui purgeraient vos noms de toute ingratitude [CORN., D. Sanche, III, 4]
Purger une offense, la laver ; purger ses péchés, les expier.
Si mon deuil suffit à purger mon offense [RÉGNIER, Sonnet relig. I]
....toi seule as dans ta main De quoi du vieil Adam purger toute l'offense [CORN., Œuv. div. Louanges de la Vierge.]
La crainte qu'il [le père de Pascal] ne languisse pour quelque temps dans les peines qui sont destinées à purger le reste des péchés de cette vie [PASC., Lett. sur la mort de son père.]
Purger un défaut, une faute, s'en délivrer.
Je prétends t'obliger à purger tes défauts, tes vices corriger [RÉGNIER, Sat. X]
La négligence de purger ces fautes [vénielles] pouvant aller à un excès.... [BOSSUET, Médit. Cène, 1re part. 10]
Purger sa conscience, ne rien souffrir sur sa conscience ; et aussi se confesser.
Terme de poétique. Purger les passions, les modérer, les épurer.
La mort du comte [dans le Cid] peut mieux purger en nous cette sorte d'orgueil envieux de la gloire d'autrui, que toute la compassion que nous avons de Rodrigue et de Chimène ne purge les attachements de ce violent amour qui les rend à plaindre l'un et l'autre [CORN., 2e disc.]
Si quelqu'un est purgé par cette voie-là, à la bonne heure ; encore ne vois-je pas trop bien à quoi il peut être bon d'être guéri de la pitié [FONTEN., Réflex. sur la poés. XLV]
Je sais que la poétique du théâtre prétend faire tout le contraire, et purger les passions en les excitant ; mais j'ai peine à bien concevoir cette règle [J. J. ROUSS., Lett. à d'Alemb.]
Absolument.
La pitié qu'il prendra de lui n'ira point jusqu'à cette crainte qui purge.... [CORN., 2e disc.]
Purger une langue, en retrancher les expressions incorrectes, triviales. Purger un livre, en retrancher ce qui peut blesser la religion, la morale, la pudeur ; en ce sens on dit plutôt expurger. En un sens analogue.
Dans cette édition [1732], Lesage avait purgé l'Histoire de Guzman d'Alfarache des moralités superflues qu'y avait laissées en 1696 Gabriel Bremond, second traducteur [QUÉRARD, la France littéraire. t. V, p. 230]
Justifier.
Après avoir purgé la doctrine de saint Thomas des excès dont on la chargeait [BOSSUET, Coméd. 31]
Purger un bien de dettes, acquitter toutes les dettes qui le grèvent.
Les contrats translatifs de la propriété d'immeubles ou droits réels immobiliers, que les tiers détenteurs voudront purger de priviléges et hypothèques.... [, Code Nap. art. 2181]
Terme de jurisprudence. Purger les hypothèques, remplir les formalités nécessaires pour ôter les hypothèques. En matière criminelle, purger la contumace, se présenter pour se faire juger contradictoirement, après avoir été condamné par contumace.
Je ne vous célerai point que l'exemple de Calas effraye les Sirven.... il faut pourtant ou qu'ils perdent leur bien pour jamais, ou qu'ils purgent la contumace [VOLT., Lett. à M***, 19 avr. 1765]
Purger la mémoire d'un mort, le déclarer juridiquement innocent du crime pour lequel il avait été condamné. Terme de jurisprudence civile. Purger le défaut, se libérer, par une opposition, d'un jugement par défaut. Autrefois, purger le décret, se faire juger après un décret de prise de corps.
La loi qui ordonne de purger son décret et qui renvoie le jugement au parlement est trop précise pour qu'on puisse l'enfreindre [VOLT., Lett. Audra, 3 janv. 1769]
Je déterminerai Sirven à venir purger son décret, et à voir, sans mourir de peur, la place où Calas est mort [ID., ib.]
Purger une quarantaine, la compléter.
Terme de médecine. Faire sortir les impuretés du corps au moyen d'eaux, de médicaments, de régime.
Les eaux et la douche m'ont extrêmement purgée ; et, au lieu de m'affaiblir, j'en suis fortifiée [SÉV., 284]
Le bon abbé en prend [de l'eau de Vichy] pour purger tous ses bons dîners et se précautionner pour dix ans [ID., 16 sept 1677]
Particulièrement. Procurer des évacuations alvines. Le séné l'a purgé abondamment.
C'est signe que la maladie n'est pas dans le sang ; nous le ferons purger autant de fois [que nous l'avons saigné] pour voir si elle n'est pas dans les humeurs [MOL., Pourc. I, 8]
Je me suis assez bien trouvée de mes eaux, j'en ai bu douze verres ; elles m'ont un peu purgée [SÉV., 277]
Purger le cerveau, le dégager, le rendre plus libre. Son médecin l'a purgé, il lui a fait prendre une purgation. Cette drogue purge la bile, elle fait sortir la bile. Absolument. Donner un purgatif. Ce médecin n'aime pas à purger. En parlant des choses.
Ce remède terrible.... purge beaucoup plus doucement qu'un verre d'eau de fontaine [SÉV., 248]
10° Se purger, v. réfl. Devenir plus pur.
De même que le vin nouveau chasse tout ce qui lui est étranger et se purge lui-même par sa propre force.... [BOSSUET, 2e sermon, Visitation, 1]
Fig. La langue s'est purgée d'un reste de barbarie.
11° Se purger d'un crime, d'une accusation, se justifier d'un crime, d'une accusation.
Prusias : Purge-toi d'un forfait si honteux et si bas. - Nicomède : M'en purger ! moi, seigneur ! vous ne le croyez pas [CORN., Nicom. IV, 2]
Si j'ai commis quelque crime, je suis prêt à m'en purger au jugement d'un concile [dit Louis d'Outremer] [VOLT., Mœurs, 33]
Se purger par serment, se justifier devant les juges en jurant qu'on est innocent.
Dans les causes criminelles indécises, on se purgeait par serment [VOLT., Mœurs, 22]
Se justifier.
L'autre, pour se purger de sa magnificence, Dit qu'elle gagne au jeu l'argent qu'elle dépense [MOL., Éc. des femm. I, 1]
Sans doute elle [Votre Majesté] juge bien elle-même.... quel intérêt j'ai enfin à me purger de son imposture [d'un curé qui avait attaqué Molière] [ID., Tart 1er placet au roi.]
12° Prendre une purgation.
Je vins ici samedi, ma très chère et très belle, comme je vous l'avais mandé ; je me purgeai hier pour m'acquitter du cérémonial de Vichy [SÉV., 15 juin 1676]
Être débarrassé d'humeurs. Le corps se purge naturellement des humeurs superflues.

SYNONYME

  • PURGER, PURIFIER, ÉPURER. Ces trois mots ont le même radical ; mais ils n'ont en commun qu'une petite partie de leur signification. Dans cette partie, proprement, purger exprime l'action de débarrasser de ce qui fait un mélange non convenable à ce dont on a besoin ; purifier signifie rendre pur ; et épurer, rendre plus pur.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Sire, funt il, senz jugement Ne devez ceste ovre traitier, Dès que il s'en offre à purgier, L'ovre e le fait nie e desdit [BENOIT, II, 13516]
    Mult at pau [peu] en l'umaine lignie de ceaz [de ceux] ki soient purgiet de la sordheille [ordure] des temporeiz desiers.... [, Job, p. 477]
    Et la chambriere ki portiere eret et lo frument purgievet [, ib. p. 444]
    Si que li plantif plorement purgent tot ce ke li corages at par sa negligence out del delit [du plaisir] de pechiet [, ib. p. 459]
  • XIVe s.
    Il lui appartient aorner l'ame et purgier de vices, et à procurer et garder vertu, qui est santé de l'ame [ORESME, Eth. 29]
  • XVe s.
    Quand on a la maladie au chef, tous les membres s'en sentent, et convient que la maladie se purge par où que ce soit [FROISS., II, III, 74]
    D'une espingle je purgeray mes dents [, Petit Jehan de Saintré, p. 121, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Sa vertu [d'un Spartiate] avoit esté incitée du desir de se purger du reproche qu'il avoit encouru au faict des Thermopyles [MONT., I, 263]
    Aucunes [âmes] sont dedans la mer plongées ; Aucunes sont pai la flamme purgées ; Chacun de nous endure ses enfers [DU BELLAY, IV, 60, recto.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. purgar ; ital. purgare ; du lat. purgare, de purus, pur. Expurigatio de Plaute (Mercator, 960) fait supposer un primitif purigare.

purger

PURGER. v. tr. Purifier, nettoyer.

Il signifie particulièrement, en termes de Médecine, Ôter, faire sortir ce qu'il y a dans le corps d'impur, de superflu, de malfaisant, avec des remèdes pris ordinairement par la bouche. Purger un malade. Purger quelqu'un avec de l'huile de ricin, etc. Ce malade a été purgé. On l'a purgé deux jours de suite. Le corps se purge naturellement des humeurs superflues. Cet homme a besoin de se purger. Il s'est purgé hier. Absolument, Ce médicament purge trop, purge violemment, purge modérément.

Par analogie, Purger le cerveau, Dégager le cerveau.

PURGER s'emploie aussi, dans le langage courant, dans le sens de Débarrasser de ce qui altère, de ce qui est mauvais.

Purger les métaux, Les dégager de tout ce qu'ils ont d'impur et d'étranger. On dit de même : Purger le sucre.

Purger l'État, la contrée de voleurs, de vagabonds, Faire disparaître les voleurs, les vagabonds d'un État, d'un pays. Purger la mer de ses pirates, Délivrer la mer des pirates qui l'infestent. On dit de même : Hercule purgea la terre des monstres qui la désolaient. De tels hommes sont dangereux, on doit en purger la société.

Fig., Purger sa conscience, Ne rien souffrir sur sa conscience qu'on puisse se reprocher.

Il signifie aussi Se confesser.

Fig., Purger son esprit d'erreurs, de préjugés, Se défaire de ses erreurs, de ses préjugés.

Fig., Purger une langue, En retrancher les expressions barbares, triviales ou incorrectes.

Fig., Purger son bien de dettes, Acquitter toutes ses dettes, en sorte que ce qui reste du bien soit net.

En termes de Poétique, Purger les passions, Détruire, modérer, épurer ou diriger les passions. Aristote enseigne que l'effet du poème dramatique doit être de purger les passions.

PURGER s'emploie encore en termes de Jurisprudence et signifie Faire disparaître, effacer. Purger la mémoire d'un mort, Le déclarer juridiquement innocent du crime pour lequel il avait été condamné.

Se purger d'une accusation, se purger d'un crime, S'en justifier, faire connaître qu'on est innocent.

Purger les hypothèques, Remplir les formalités nécessaires pour qu'un bien cesse d'être grevé d'hypothèques.

Purger la contumace, Se constituer prisonnier pour se faire juger contradictoirement, après avoir été condamné par contumace.

Purger le défaut, Faire tomber, par une opposition, un jugement par défaut.

Purger sa peine, Accomplir la peine à laquelle on a été condamné.

purger

Purger, Purgare, Depurgare, Expurgare, Februare.

Purger quelque peché et offense, Piare, Expiare, Procurare, Lustrare.

On les a contraincts de se purger de ce qu'on leur mettoit à sus, Coëgerunt eos causam dicere. Cum purgari nequiuissent, pronuntiarunt, verba orationemque eos aduersus. Rempub. habuisse, quo coniuratio deserendae Italiae causa fieret. Liu. l. 23.

Purger les vieux fossez, Tergere fossas veteres.

Purger diligemment, Repurgare.

Purger tout à net, Perpurgare.

Se purger ou justifier par sept tesmoings, Cum septimo cognitore vitae suae rationem approbare, Cum septima manu sese purgare, Septem laudatores in iudicio excitare B.

Se purger de quelque crime, Depurgare crimen, vel diluere.

Se purger de quelques taches, Eluere labes et maculas animi.

Se purger de quelque blasme, Culpam a se amouere, Demoliri culpam de se.

Se purger d'aucun cas qu'on nous met à sus, Criminibus respondere.

S'excuser et purger envers aucun, Purgare se apud aliquem vel alicui de re aliqua.

Se purger par serment que l'on n'a point ce dont l'exhibition est demandée, Eiurare quod exhibendum petitur. B.

Qui se purge aiséement, Purgabilis.

La chose dequoy on usoit à se purger de quelque cas, Piamen siue Piamentum.

Qu'on ne peut purger, Inexpiabilis.

Purger une chose, et oster tout le superflu, Disputare.

¶ Medicament qui purge et evacuë, Catharticum medicamentum.

Toute chose qui purge et nettoye, Smegma, smegmatis.

Purgé, Purgatus, Expurgatus, Putus.

Synonymes et Contraires

purger

verbe purger
Débarrasser de ce qui nuit.
Traductions

purger

חיטא (פיעל), חִטֵּאaftappen, ontdoen (van), ontluchten, purgeren, reinigen, zuiverenpurgarbleed, purge, serveespurgare, purgare, scontarePurge (pyʀʒe)
verbe transitif
1. donner un médicament qui purge purger un malade
2. vider totalement qqch de l'air ou du liquide qu'il contient purger un radiateur
3. subir une peine de prison

purger

[pyʀʒe] vt
[+ radiateur] → to bleed
(MÉDECINE, POLITIQUE) → to purge
(DROIT) [+ peine] → to serve
purger une peine de prison → to serve a prison sentence