pygmée

pygmée

adj. [ du gr. pugmaios, haut d'une coudée ]
Relatif aux Pygmées, populations nomades de petite taille vivant dans la forêt équatoriale africaine.

PYGMÉE

(pigh-mée) s. m.
Nom d'une nation fabuleuse dont le peuple n'avait, suivant les poëtes, que la hauteur d'une coudée, et qui guerroyait contre les grues.
Quoi ! repris-je, vous croyez aux Pygmées ? sont-ils encore en guerre avec les grues, comme ils l'étaient du temps d'Homère ? [BARTHÉL., Anach. ch. 64]
Croyez que ces auteurs dont votre âme est charmée Ont le cœur d'un Titan et les bras d'un Pygmée [BERNIS, Épît. III, Liberté.]
Au grand Corneille il [la Harpe] a fait avanie ; Mais, à vrai dire, on riait aux éclats De voir ce nain mesurer un Atlas, Et, redoublant ses efforts de Pygmée, Burlesquement raidir ses petits bras Pour étouffer si haute renommée [E. LEBRUN, Épig. I, 70]
En ce sens, il s'écrit avec un grand P.
Par extension, nom donné à quelques races d'hommes très petits.
Ce vaste pays [la Laponie], voisin du pôle, avait été désigné par Strabon sous le nom de la contrée des Troglodytes et des Pygmées septentrionaux [VOLT., Mœurs, 119]
Personne de très petite taille (avec un p minuscule).
Ses diables [de Milton] qui, de géants qu'ils étaient, se transforment en pygmées pour tenir moins de place au conseil [VOLT., Louis XIV, 34]
Le sort d'un pygmée qui veut faire le géant, est de paraître encore plus pygmée [D'ALEMB., Éloges, Lamotte, note 23]
On prétend qu'il existe dans les montagnes du Tucuman une race de pygmées de trente et un pouces de hauteur, au-dessus du pays habité par les Patagons [BUFF., Suppl. à l'Hist. nat. Œuv. t. I, p. 299]
Démon fantastique, dans les ténèbres elle [la renommée] ressemble à un géant ; à la lumière elle n'est plus qu'un pygmée [CHATEAUBR., Natch. II]
Fig. Homme sans mérite, ou sans crédit, qui attaque, comme les Pygmées attaquent les grues, quelqu'un d'illustre ou de puissant. Les pygmées de la littérature.
Espèce du genre de fucus. L'orang chimpanzé.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Par cette proportion [comparaison avec les gens de son temps] je me feusse trouvé grand et rare, comme je me treuve pygmée et populaire à la proportion d'aulcuns siecles passez [MONT., III, 51]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. pygmaeus, le grec signifie, mesure de 18 doigts, valant 338 millimètres, du grec, poing (voy. POING).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • PYGMÉE. - ÉTYM. Ajoutez :
    Tout autre serait l'origine de ce mot d'après M. Alb. Réville. Pygmées est un mot qui trahit son origine phénicienne ; car pugm est le nom d'un dieu phénicien ; mais en grec pygmé signifiait poing, et les Grecs en conclurent que les pygmées étaient des nains, gros comme le poing. Peut-être furent-ils fortifiés dans cette erreur par le pygmé que tout navire phénicien portait en guise de talisman sur son gaillard d'avant, [, Rev. des Deux-Mondes, 15 mai 1873, p. 385]

pygmée

PYGMÉE. n. m. Nom que l'antiquité donnait à un Peuple légendaire d'Afrique ou d'Asie, que l'on disait composé d'hommes d'une coudée de haut. Les anciens ont dit que les Pygmées combattaient contre les grues.

Par extension, il est le Nom donné par les explorateurs modernes à quelques tribus d'hommes de très petite taille, qui sont presque des nains. Les pygmées du Congo. Les pygmées de la Patagonie.

C'est un pygmée se dit d'un Nain, d'un fort petit homme.

PYGMÉE se dit aussi, figurément et par mépris, de Tout homme sans talent, sans mérite ou sans crédit, qui s'efforce vainement de nuire à quelqu'un d'illustre ou de puissant. Les pygmées de la littérature.

pygmée


PYGMÉE, s. m. [2e é fer. 3e e muet.] Au propre, et selon la Fâble, petit homme qui n'avait qu'une coudée de haut. "Le combat des Pygmées contre les grûes. = Parmi nous, on done ce nom, en style plaisant ou critique, à un nain, à un fort petit homme. "C'est un pygmée.

Traductions

pygmée

Pygmäe, Zwerg

pygmée

pigmy, pygmy

pygmée

pygmee, dwerg

pygmée

dwerg

pygmée

dværg

pygmée

pigmeo

pygmée

pigmeo

pygmée

dvärg

pygmée

pigmeo

pygmée

الأقزام

pygmée

Pygmy

pygmée

Pygmy

pygmée

[pigme] nmpygmy