quémand, ande

QUÉMAND, ANDE

(ké-man, man-d') s. m. et f.
Terme vieilli. Celui, celle qui mendie, qui gueuse.
Plus que pauvre et quémande on voit la poésie [RÉGNIER, Sat. IV]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Un homme querant et demandant l'aumosne, qui estoit vestuz d'un manteau tout plain de paleteaulx, comme un coquin ou caimant [DU CANGE, coquinus.]
  • XVe s.
    Hola, hola, soupir, on vous oit bien ; Vous vous cuidez embler trop coyement, Contrefaisant ung peu le cayement [CH. D'ORL., Chans. 36]
    Il fist semer par cayemans et par tavernes faulses mençonges de la royne et du duc d'Orleans [VIRIVILLE, Geste des nobles, p. 109]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue. Le mot est de trois syllabes, comme on le voit par le vers de Charles d'Orléans. Les étymologies, si on en rencontre, doivent satisfaire à cette condition.