qu'es-aco ou qu'es-aquo

QU'ES-ACO ou QU'ES-AQUO

(kè-za-ko)
Mots provençaux qui s'emploient pour qu'est-ce ?
Le tout embrassé d'une soutanelle doublée de gazettes, et surmonté d'un bonnet carré, avec cette légende à la houppe : Qu'es-aco, Marin ? [BEAUMARCH., 4e mémoire]
Et qu'es-aco, de par le diable, est-ce ici la journée des tapes ? [ID., Mar. de Fig. V, 8]
Le fameux qu'es-aco, qui termine le portrait satirique du gazetier devint le sobriquet du nom de Marin [il était Provençal], qu'il caractérisait plaisamment en rappelant à la fois son mot favori et sa prédilection pour la langue de sa province [MICHAUD, Biographie, Marin.]
Bonnet à la qu'es-aco, sorte de coiffure de femme.
Les procès de Beaumarchais avaient amené les bonnets à la qu'es-aco [FEUILLET DE CONCHES, Caus. d'un cur. t. II, p. 297]
À la qu'es-aco, qui eut sa vogue pendant que Marie-Antoinette était encore Dauphine, succéda le pouf au sentiment.... [ID., ib. p. 256]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. que, que, es, est, aco ou aquo, ceci.