quartaine

QUARTAINE

(kar-tè-n') adj. f.
Usité seulement dans cette locution : fièvre quartaine, fièvre quarte.
Si c'était mal de saint, ou de fièvre quartaine [RÉGNIER, Sat. IV]
Il ne se dit guère que par imprécation.
Si vous y manquez, votre fièvre quartaine ! [MOL., l'Et. IV, 8]
Que la fièvre quartaine puisse serrer bien fort le bourreau de tailleur ! [ID., Bourg. gent. II, 7]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Je me excusai vers li pour une quartaine [fièvre] que je avoie lors, et li priai que il me vousist souffrir [JOINV., 299]
  • XVe s.
    Le prestre : Il m'a dit que presentement Vous confesse, et que payerez Très bien, et si me baillerez Argent pour dire une douzaine De messes. - Le pelletier : Sa fievre quartaine ! [, le Nouveau Pathelin]
  • XVIe s.
    Tes fortes fiebvres quartaines, vieux fol, sot mal plaisant que tu es [RAB., III, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. quartana, cartana : du lat. quartana (febris), de quartus, quatrième (voy. QUART 1).

quartaine

QUARTAINE. adj. f. Il n'est plus usité que dans cette locution populaire : Fièvre quartaine, qu'on dit quelquefois par imprécation. Que la fièvre quartaine te serre!