quereller

(Mot repris de querellent)

quereller

[ kərɛle] v.t.
Litt. Faire des reproches à : Il les a querellés sur leur conduite gronder, houspiller

se quereller

v.pr.
S'adresser mutuellement des reproches : Ils se sont querellés au sujet des invitations se disputer

quereller


Participe passé: querellé
Gérondif: querellant

Indicatif présent
je querelle
tu querelles
il/elle querelle
nous querellons
vous querellez
ils/elles querellent
Passé simple
je querellai
tu querellas
il/elle querella
nous querellâmes
vous querellâtes
ils/elles querellèrent
Imparfait
je querellais
tu querellais
il/elle querellait
nous querellions
vous querelliez
ils/elles querellaient
Futur
je querellerai
tu querelleras
il/elle querellera
nous querellerons
vous querellerez
ils/elles querelleront
Conditionnel présent
je querellerais
tu querellerais
il/elle querellerait
nous querellerions
vous querelleriez
ils/elles querelleraient
Subjonctif imparfait
je querellasse
tu querellasses
il/elle querellât
nous querellassions
vous querellassiez
ils/elles querellassent
Subjonctif présent
je querelle
tu querelles
il/elle querelle
nous querellions
vous querelliez
ils/elles querellent
Impératif
querelle (tu)
querellons (nous)
querellez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais querellé
tu avais querellé
il/elle avait querellé
nous avions querellé
vous aviez querellé
ils/elles avaient querellé
Futur antérieur
j'aurai querellé
tu auras querellé
il/elle aura querellé
nous aurons querellé
vous aurez querellé
ils/elles auront querellé
Passé composé
j'ai querellé
tu as querellé
il/elle a querellé
nous avons querellé
vous avez querellé
ils/elles ont querellé
Conditionnel passé
j'aurais querellé
tu aurais querellé
il/elle aurait querellé
nous aurions querellé
vous auriez querellé
ils/elles auraient querellé
Passé antérieur
j'eus querellé
tu eus querellé
il/elle eut querellé
nous eûmes querellé
vous eûtes querellé
ils/elles eurent querellé
Subjonctif passé
j'aie querellé
tu aies querellé
il/elle ait querellé
nous ayons querellé
vous ayez querellé
ils/elles aient querellé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse querellé
tu eusses querellé
il/elle eût querellé
nous eussions querellé
vous eussiez querellé
ils/elles eussent querellé

QUERELLER

(ke-rè-lé) v. a.
Faire querelle à quelqu'un.
Il ne vous suffit que votre libelle me déchire en public ; vos lettres me viennent quereller jusque dans mon cabinet [CORN., Lett. apolog.]
C'est pour me quereller donc, à ce que je voi, Que vous avez voulu me ramener chez moi ? [MOL., Mis. II, 1]
Non, je n'ai de ma vie eu tant d'envie de quereller quelqu'un [MARIV., Sec. surpr. de l'am. II, 7]
S'emporter contre.
Querellez ciel et terre, et maudissez le sort [CORN., Hor. II, 4]
Et, de tous les soldats les âmes étonnées Craignant de voir contre eux retourner leurs coignées [coupant un bois sacré], Il [César] querelle leur crainte, il frémit de courroux [BRÉBEUF, Phars. III]
Surpris, je l'avouerai, de leur fureur commune, Querellant les amants, l'amour et la fortune, J'étais de ce palais sorti désespéré [RAC., Bajaz. III, 2]
Vous, qui, de l'Asie embrassant la conquête, Querellez tous les jours le ciel qui vous arrête [ID., Iphig. IV, 6]
Provoquer, entamer une querelle (sens vieilli).
Mais ce n'est pas ici qu'il faut le quereller [CORN., Ment. II, 4]
Quereller signifie aujourd'hui reprendre, faire des reproches, réprimander ; il signifiait alors insulter, défier et même se battre [VOLT., Comm. Corn. Rem. Ment. II, 4]
Terme d'ancienne coutume. Porter plainte en justice ; attaquer un testament, une convention. De là vient le sens de disputer à, sens qui a vieilli et n'est plus usité.
Ne lui querelle point un bien que tu possèdes [CORN., la Suiv. IV, 8]
Vous ne lui voulez pas quereller Célidée ? [ID., Galer. du Pal. V, 6]
Gronder, réprimander.
C'est toi, pendard, qui m'as bu mon vin d'Espagne, et qui as été cause que j'ai tant querellé la servante, croyant que c'était elle qui m'avait fait le tour [MOL., Scapin, II, 5]
Il se dit absolument, soit dans le sens de faire querelle, soit dans le sens de gronder.
Je ne querelle point [MOL., Mis. II, 1]
Argante : Laisse-moi un peu quereller en repos. - Scapin : Vous voulez quereller ? - Argante : Oui, je veux quereller. - Scapin : Hé ! qui, monsieur ? - Argante : Ce maraud-là [ID., Scapin, I, 6]
Oh bien ! querellez donc, si cela peut vous plaire [DESTOUCH., Phil. marié, II, 5]
C'est un amant qui querelle avec sa maîtresse ; n'allez pas prendre un moment d'humeur pour une rupture [DIDER., Claude et Nér. II, 5]
Se quereller, v. réfl. Disputer l'un contre l'autre avec des paroles aigres.
Se sont-ils querellés ? [CORN., Poly. III, 2]
Hé quoi ! toujours se quereller ! vous n'aurez pas la paix dans votre ménage ? [MOL., la Jalous. du Barb. 5]
Nous nous parlions quelquefois, mais pour nous quereller [MARIV., Pays. parv. 4e part.]
Avec ellipse du pronom personnel.
Et tant mieux ! j'aime à voir quereller les méchants, C'est un repos du moins pour les honnêtes gens [COLLIN D'HARLEVILLE, Vieux célib. V, 1]
Fig. (aussi avec ellipse du pronom personnel).
Ils ne savent jamais que se charger de chaînes.... Et faire quereller les sens et la raison [BOILEAU, Art p. II]

SYNONYME

  • QUERELLER, GRONDER. On querelle ceux qu'on n'a pas le droit de gronder ; on gronde ses amis, ses enfants, ses gens. Gronder suppose une sorte d'autorité, de supériorité, ou du moins de droit ; il faut que celui que l'on gronde soit au moins censé avoir tort. Pour quereller, il suffit d'avoir de l'humeur ; on querelle son égal et même son supérieur : " On querelle les malheureux, dit Vauvenargues, pour se dispenser de les plaindre. " Celui qu'on gronde ne peut répondre que par des excuses ; celui que l'on querelle peut quereller à son tour (GUIZOT).

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Cil qui mesfait as clers, Deus le het e querele [, Th. le mart. 74]
    Se clers de tenement volsist lai [laïque] quereler [faire procès à un laïque pour fief].... [, ib. 60]
    De mainte chose l'a li reis achaisuné [accusé], E il aveit le rei durement querelé [, ib. 115]
  • XVe s.
    Le roy luy restitua toutes ses terres et toutes celles qu'il querelloit [COMM., V, 15]
  • XVIe s.
    Pallas, querellant le patronage du païs d'Attique à l'encontre de Neptune, produisit l'olivier [AMYOT, Thém. 38]
    Il les encouragea jusques à ne pas ceder facilement la victoire, mais aussi à la debatre et quereller vertueusement [ID., Pélop. et Marcel comp. 3]
    ....Ainsi en prend à ceux Qui veulent quereller à gens plus vaillans qu'eux [RONS., 855]
    Quereller en mariage n'accroist grain, bien, n'heritage [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 379]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. querelhar ; espagn. querellar ; ital. querelare ; du lat. querelare, de querela (voy. QUERELLE).

quereller

QUERELLER. v. tr. Chercher querelle à quelqu'un. Il est venu nous quereller sans raison. Ne querellez personne.

Il signifie encore Gronder, réprimander. Son père l'a querellé. C'est un homme qui querelle toujours ses domestiques.

Il s'emploie quelquefois absolument. Cet homme aime fort à quereller. Ne querellons point.

SE QUERELLER signifie Disputer l'un contre l'autre avec des paroles aigres. Je me suis querellé avec lui. Ces gens se querellent toujours.

Synonymes et Contraires

quereller

verbe quereller
Littéraire. Faire des reproches.

quereller (se)

verbe pronominal quereller (se)
Traductions

quereller

kverelibantah, berbantahhadernpicotearse (səkəʀele)
verbe pronominal
se disputer Ils se sont querellés avant de partir.