râle


Recherches associées à râle: râlement, râler

1. râle

n.m. [ de râler ]
Oiseau échassier, très estimé comme gibier.

2. râle

n.m. [ de râler ]
1. Bruit anormal, caractéristique de certaines affections pulmonaires, perçu à l'auscultation.
2. Respiration d'une personne qui agonise ; râlement.

RÂLE1

(râ-l') s. m.
Nom d'un genre d'échassiers, dont une espèce est appelée râle d'eau ou râle aquatique, rallus aquaticus, L. Râle de genêt, râle rouge, anciens synonymes désignant la gallinule de genêt, rallus crex, L.
Le seul râle de terre habite dans les prairies ; et c'est du cri désagréable ou plutôt du râlement de ce dernier oiseau que s'est formé dans notre langue le nom de râle pour l'espèce entière [BUFF., Ois. t. XV, p. 223]
Râle noir, nom porté par la gallinule noire. Dans le genre râle on distingue encore le râle porzane, dit petit râle d'eau, filassier, coquant, girardine, hermi, marouette porzane, rallus porzana, L.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'en peut voler aux raales des champs qui sont roux [, Ménagier, III, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard (St-Valery), reille ; allem. Ralle ; angl. rail ; bas lat. rallus. Diez, après Buffon, y voit le verbe râler, à cause du cri de cet oiseau ; et Scheler cite à l'appui que le râle est dit en provençal ronfle, du verbe ronfla, ronfler, et en allemand Wiesenschnarcher, le ronfleur des prés ; cependant il faut noter qu'au XIVe s. le mot est raale ; il faut noter aussi que Regnard le nomme rafle : Poules de Caux, pluviers, une demi-douzaine de rafles (suivant certaines éditions), de lapins de garenne, le Bal, sc. 11.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. RÂLE. - HIST. XIVe s. Ajoutez :
    Li raalles est uns oyseaux Es ayves entre les ruisseaux [MACÉ, Bible en vers, f° 33, 2e col.]

RÂLE2

(râ-l') s. m.
Bruit qui, chez les moribonds, est produit par le passage de l'air à travers les mucosités accumulées dans le larynx, la trachée-artère ou les grosses divisions des bronches.
Terme de médecine. Bruits anomaux qui se développent dans les voies aériennes, et qui, se mêlant au murmure respiratoire, l'obscurcissent ou le remplacent complétement. Râle muqueux, râle produit par le passage de l'air à travers un liquide d'une certaine ténacité, formant des bulles qui varient de grosseur et de nombre. Râle caverneux, râle muqueux ayant lieu dans une excavation des poumons. Râle sonore, son qui, léger, ressemble au roucoulement du pigeon, et, plus fort, au ronflement. Râle de retour, le râle qui se fait entendre dans les points hépatisés du poumon, quand la résolution commence.

ÉTYMOLOGIE

  • Mot d'origine germanique ; angl. rattle ; flam. ratelen ; haut-allem. rasseln, faire du bruit.

râle

RÂLE. n. m. Genre d'échassiers. Râle d'eau. Râle de genêt ou Râle rouge.

râle

RÂLE. n. m. Action de râler; Bruit qu'on fait en râlant. Le râle de l'agonie.

En termes de Médecine, il se dit particulièrement de Certains bruits anormaux que l'on perçoit, à l'auscultation, dans les voies respiratoires.

râle


RâLE, s. m. RâLEMENT, s. m. RâLER, v. n. [1re lon. 2e e muet aux 2 prem. é fer. au 3e.] Râle est 1°. une sorte d'oiseau bon à manger, qui est un peu plus grôs qu'une câille, et qui court fort vîte. Il a le plumage rougeâtre.
   2°. Râle et Râlement, l' action de râler, de rendre en respirant un son enroué, causé par la dificulté de la respiration. Ils se disent proprement des agonisans. "Le râle, ou le râlement de la mort. "Sa poitrine s'emplit, il comence à râler: on l'entend râler de l'antichambre. — Il y a des persones qui râlent en dormant. = Suivant M. l'Abé Roubaud, le mot râle exprime le bruit qu'on fait en râlant: et celui de râlement, la crise qui fait qu'on râle. Un agonisant a le râle, et il est dans le râlement: vous entendez le râle; et vous voyez la poitrine opressée, la gorge embarrassée, {C351a~} l'expiration troublée par le râlement. Extr. des Synon. Fr.

Traductions

râle

rail, groan

râle

rantolo

râle

[ʀɑl] nm
[mourant] → death rattle
râle d'agonie → death rattle
[blessé] → groan