réservation

réservation

n.f.
Action de retenir une place, une table, une chambre : Annuler une réservation.

RÉSERVATION

(ré-zèr-va-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action par laquelle on réserve. Droits qu'on s'est réservés dans un acte.
Le roi comprit que le traité d'échange vérifié ne portait que sur les terres données en échange, sur l'érection d'Albret de Château-Thierry en duché-pairie, sur la réservation du simple domaine utile de Bouillon.... [SAINT-SIMON, 280, 56]
Particulièrement. Droit que le pape se réserve de conférer certains bénéfices dans les pays d'obédience, lorsqu'ils viennent à vaquer.
Cet abus, qu'on nommait réservation, privait du droit d'élection ou de nomination ceux à qui il appartenait légitimement [DUCLOS, Œuv. t. II, p. 131]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et usoit Clement de reservations, donnoit graces expectatives aux cardinaux [JUVÉNAL DES URSINS, Charles VI, 1381]
  • XVIe s.
    Les privileges qu'ils s'attribuent quant aux reservations [cas réservés] [CALV., Instit. 911]
    Avecques prealable reservation de leurs anciennes libertez [CARL., IV, 14]
    Le seigneur qui a reçu son vassal en foi sans aucune reservation, ne peut saisir le fief pour les droits par lui pretendus [LOYSEL, 603]
    [Il fault joindre la raison à la foi] mais tousjours avecques cette reservation, de n'estimer pas que ce soit de nous qu'elle despende [MONT., II, 140]

ÉTYMOLOGIE

  • Réserver ; prov. reservatio ; espagn. reservacion ; ital. rizervazione

réservation

RÉSERVATION. n. f. Action par laquelle on réserve. Il se dit particulièrement du Droit en vertu duquel le pape, dans les pays d'obédience, se réserve la nomination, la collation de certains bénéfices, lorsqu'ils viennent à vaquer.

Il se dit aussi, en termes de Procédure, des Droits qu'on s'est réservés dans un acte. Sans préjudice de ses autres demandes et réservations.

réservation


RÉSERVATION , RÉSERVE, s. f. RÉSERVER, v. act. [Rézêrva-cion, ve, vé: 1re é fer. 2e ê ouv. 3e e muet au second, é fermé au 3e.] Réserver, c'est, 1°. retenir quelque chôse du total. "Il a vendu les fruits de son jardin, et il s'est réservé vingt arbres. "Il a résigné son bénéfice, et s'est réservé une pension. "Dieu se réserve la vengeance. — Le pronom se est au datif. = Il se réserve de l'exercer ou à l'exercer dans l'aûtre vie. "Le Roi de Sardaigne se réservait de prendre, quand il voudrait, d'autres mesures. Volt. = 2°. Garder pour un aûtre tems, pour un aûtre usage. "Réserver un discours, un Sermon pour une aûtre ocasion. "Réserver de l'argent pour les besoins imprévus. "Les Dieux... nous réservoient à d'aûtres dangers. Télém.
   À~ quels mortels regrets ma vie est réservée.
       Phèdre.
  RÉSERVÉ, ÉE, partic. et adj. Câs réservés, péchés dont il n'y a que le Pape ou l'Évêque qui puisse absoudre. = Circonspect, discret. "Il est réservé en paroles. "Il faut être fort réservé avec ces gens-là: cette femme est fort réservée. = S. m. et fem. Faire le réservé, la réservée, est aûtre chôse qu'être réservé, réservée. Celui-ci est une vertu, la prudence: l'aûtre est un vice, l'hypocrisie.
   RÉSERVE a les deux sens, du verbe et du participe. 1°. Action de réserver. "Dans ce contrat, il a fait plusieurs réserves. = Les chôses réservées. Les réserves de sa terre montent plus haut que ce qui est afermé. = En réserve, adv. À~ part, à quartier. "Il a mis mille écus en réserve. = Sans réserve, sans exception. = À~ la réserve, excepté. "À~ la réserve de deux ou trois. = On dit, n'avoir rien de réservé, ou n'avoir point de réserve, ou aucune réserve pour quelqu'un; avoir en lui une entière confiance. Il n'y avoit que le seul Mentor, pour qui il n'avoit aucune réserve. Télém. Se tenir sur la réserve; être réservé; sur ses gardes. "Convaincu par ces détours de la mauvaise foi de, il se tint sur la réserve. Me. Tronchet. L'Acad. ne le met pas.
   Rem. Vaugelas avait remarqué deux Ecrivains d'une certaine Province, qui disaient à la réservation, au lieu de dire, à la réserve. — Dans Trév. on trouve réservé que, pour, à la réserve que, conjonction, excepté que. C'est contre l'usage actuel.
   2°. Réserve, ou corps de réserve; les troupes que le Général d'armée réserve un jour de bâtaille, pour les faire combatre, quand il le jugera à propos. On a toujours dit le second; mais le premier est déja ancien. On disait, il y a plus de cinquante ans, M. de Belle-Isle comande la réserve sur le Bâs-Rhin.
   3°. Discrétion, circonspection, retenûe. "User de réserve. "En user avec plus de réserve. Parler avec beaucoup de réserve.
   RÉSERVATION, action par laquelle on réserve. Il ne se dit que dans le Droit, des bénéfices, dont le Pape se réserve la nomination dans les pays d'obédience, et des droits qu'on s'est réservé dans un acte. "Il a résigné son bénéfice à la réservation d'une pension. Hors de-là, on dit, avec réserve d'une pension, à la réserve de, faire une réserve, etc.

Traductions

réservation

booking, reservationשריון (ז)reservering, bespreking, boeking, twijfelprenotazioneتـَحَفُّظ, حَجْزrezervace, výhradareservationBuchung, Vorbehaltκράτησηreservaepäily, varausrezervacija予約, 懸念예약bestilling, reservasjonrezerwacjareservaзаказbokningการจอง, การจองล่วงหน้าkuşku, rezervasyonsự đặt chỗ, sự e dè保留, 预约резервация預訂 (ʀezɛʀvasjɔ̃)
nom féminin
fait de retenir, de louer la réservation d'une chambre d'hôtel

réservation

[ʀezɛʀvasjɔ̃] nf (hôtel, restaurant, train)reservation, booking (Grande-Bretagne)