réserver

réserver

v.t. [ lat. reservare ]
1. Mettre de côté en vue d'un usage particulier : Réserver une bouteille de champagne pour une fête garder
2. Préparer pour qqn à son insu : Je lui réserve une surprise. On ignore ce que la vie nous réserve destiner
3. Faire la réservation de : Réserver une table au restaurant retenir
4. Affecter spécialement à un usage : On réserve cette chambre aux invités.

se réserver

v.pr.
1. S'accorder qqch à soi-même : Elle se réserve deux semaines de congé à Noël.
2. Manger modérément afin de conserver de l'appétit pour un autre plat : Je ne veux plus de crudités, je me réserve pour le gigot.
Se réserver de (+ inf.),
envisager la possibilité de faire qqch au moment convenable : Je me réserve d'intervenir si besoin.

RÉSERVER

(ré-zèr-vé) v. a.
Retenir quelque chose d'un tout, ou un objet entre plusieurs. Réserver une part du butin.
Quand vous fîtes périr Maurice et sa famille, Il vous en plut, seigneur, réserver une fille [CORN., Héracl. I, 1]
Garder pour un autre temps, pour un autre usage, pour une autre occasion, pour un autre traitement.
Vous pouviez réserver cet avis à un autre temps, sans interrompre ce que j'ai à vous dire des maximes.... [PASC., Prov. VI]
Et ma jeunesse même écarte loin de moi Tous ceux qui dans le cœur me réservent leur foi [RAC., Brit. I, 4]
À quels mortels regrets ma vie est réservée ! [ID., Phèd. V, 6]
Lui [Épernon] qui empêcha que l'on ne tuât Ravaillac à l'instant qu'on le reconnut tenant son couteau sanglant, et qui voulait qu'on le réservât à la question et au supplice [VOLT., Henriade, Sur la mort de Henri IV]
À qui réserve-t-on ces apprêts meurtriers ? [C. DELAV., Messénienn. V]
Il se construit avec à et un infinitif.
Ayant vu notre contenance déterminée, ils [les voleurs] s'arrêtèrent et réservèrent à prendre mieux leur avantage [REGNARD, Voyage de Pologne.]
Les princesses lui apprirent en peu de paroles la violence qu'on leur avait faite, réservant à dire le reste avec un plus grand loisir [Mlle DE LA FORCE, Reine de Nav. 1re part. p. 69]
Au passif et impersonnellement.
Socrate vit et déplora les malheurs de sa patrie ; c'est à Thrasybule qu'il était réservé de les finir [J. J. ROUSS., Disc. vertu des héros.]
Au barreau, l'avocat a prié les juges de lui réserver la réplique, il leur a demandé le droit de répliquer quand il en sera temps. Se réserver la réplique, déclarer qu'on veut répliquer.
Destiner à.
Pour mériter les biens qui vous sont réservés [CORN., Nicom. I, 2]
Quelle sera donc enfin la punition que je lui réserve ? [SACI, Bible, Jérémie, V, 31]
Prince, l'heure fatale est enfin arrivée, Qu'à votre liberté le ciel a réservée [RAC., Baj. II, 1]
Les dieux, qui se jouent des desseins des hommes, nous réservaient à d'autres dangers [FÉN., Tél. I]
Se réserver, réserver pour soi, garder pour soi.
Il ne se peut pas dire qu'ils [les égoïstes] aient de mauvais desseins contre l'État, et qu'ils en désirent la ruine ; ils se réservent seulement leurs premières et leurs plus tendres affections [BALZ., De la cour, 4e disc.]
C'est par son désintéressement que M. de Lamoignon se réserva cette liberté d'esprit si nécessaire dans la place qu'il occupait [FLÉCH., Lamoignon.]
Dans leurs prospérités [de ses amis], il estima leur modération, et se réserva le droit de les avertir de leur orgueil [ID., Duc de Mont.]
[à Rome] les rois se réservèrent le jugement des affaires criminelles, et les consuls leur succédèrent en cela [MONTESQ., Esp. XI, 18]
Se réserver à faire quelque chose, ou de faire quelque chose, attendre, remettre à faire cette chose pour un temps, une occasion, un lieu qu'on jugera favorable.
Je me réserve à vous dire le reste quand vous serez de retour d'Italie [BALZ., liv. I, lett. 8]
Il se réserve de payer plus ou moins [PATRU, Plaidoyer III, dans RICHELET]
Je me réserve à vous faire un second discours où j'aurai une raison nécessaire de vous parler de la France et de ce grand conquérant [Louis XIV] qui.... [BOSSUET, Hist. III, 7]
Dieu, qui l'accorde [la paix] quand il lui plaît et comme il lui plaît, se réservait à la donner par l'entremise de notre princesse [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Se réserver, v. réfl. Faire la réserve de soi-même.
Quoi ! c'est donc pour mon fils que vous vous réservez ! [LAMOTTE, Inez, III, 3]
Se ménager pour un autre temps, pour une autre occasion. Il se réserve pour de plus grandes choses. Je ne danserai point de contredanse, je me réserve pour la valse. Je me réserve pour le rôti, pour le dessert. Absolument. Se réserver, se tenir à l'écart, afin de reparaître à son avantage.
Cachez-leur [aux Romains] pour un temps vos noms et votre vie ; Allez, réservez-vous.... [RAC., Mithr. V, 5]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    [Le comte de Foix] emprit la charge de ce gouvernement, et jura à tenir et à garder le pays en son droit contre tout nomme.... mais il reserva tant seulement la majesté royale du roi de France [FROISS., II, III, 12]
  • XVIe s.
    Il estoit fort retenu et reservé en son parler [AMYOT, Péric. 15]
    Il se jetta incontinent à pied, et lui amena [au consul blessé] son cheval, le priant de vouloir monter dessus, pour essayer de se reserver à la necessité de son païs [ID., Fab. 33]
    En ma nourriture [éducation] il [mon père] reserva plusieurs façons particulieres contre l'usage des colleges [MONT., I, 196]
    Pourquoi me reservéje à languir davantage ? [DESPORTES, les Am. d'Hipp. LX.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. reservar ; ital. riservare ; du lat. reservare, de re, et servare, garder.

réserver

RÉSERVER. v. tr. Garder, retenir quelque chose d'un tout, une chose entre plusieurs autres. Il a vendu la propriété de ce domaine, mais il s'en est réservé l'usufruit, la jouissance. Il a fait donation de ses biens à ses enfants, mais il s'est réservé une pension. L'évêque se réserve le pouvoir d'absoudre certains cas. Le ministre s'est réservé la connaissance de cette affaire.

Il signifie aussi Garder une chose pour un autre temps, pour un autre usage, la ménager pour une autre occasion. Il est bon de réserver quelque argent pour les besoins imprévus. Réserver ses forces. Réserver vos conseils pour un moment plus favorable. Réservez-moi vos bontés pour une autre occasion. Je réserve mon opinion. La Cour a jugé le principal et a réservé à faire droit sur les intérêts. Il réserve le reste de l'explication pour une autre conférence.

En termes de Procédure, Tous droits réservés. Toute prétention réservée. Tous dépens réservés.

En termes de Palais, Se réserver la réplique, Déclarer qu'on veut répliquer. On dit de même : L'avocat a prié les Juges de lui réserver la réplique, Il leur a demandé la permission, le droit de répliquer quand il sera temps.

Se réserver de faire quelque chose, Se proposer de faire une chose, remettre à la faire quand on le trouvera à propos, en temps et lieu. Je me réserve de lui en dire mon avis en temps et lieu. On dit, dans un sens analogue : Je me réserve pour une autre occasion. Il se réserve pour de plus grandes choses. Un tel n'a pas parlé aujourd'hui dans la discussion de cette loi, il se réserve pour demain. Se réserver pour le rôti, pour l'entremets.

RÉSERVER se dit aussi en parlant des Personnes. Le général réserva ses meilleures troupes pour une dernière attaque. Un homme discret réserve ses amis pour les occasions essentielles.

RÉSERVER signifie encore, figurément, Destiner. Les événements lui réservaient une fin glorieuse. Il a enfin reçu la punition que la justice divine lui réservait. Il était réservé à de grands dangers. Il s'emploie aussi impersonnellement. c'est à lui qu'il était réservé de terminer cette grande oeuvre.

Le participe passé RÉSERVÉ s'emploie adjectivement. Places réservées. Un wagon réservé.

Chasse réservée, Terrain où le droit de chasse n'appartient qu'au propriétaire et aux personnes dûment autorisées par le propriétaire.

Biens réservés, Ceux dont un testateur ne peut frustrer ses héritiers légitimes.

Cas réservés, Péché dont on ne peut être absous que par le pape ou l'évêque, ou par les prêtres qui ont reçu d'eux un pouvoir spécial.

reserver

Reserver, Reseruare.

Reserver jusques au retour, ou pour un autre temps, Seruare ad reditum, vel ad alia tempora.

Reserver quelque chose pour le temps advenir, In vetustatem aliquid reponere.

Reserver, prendre loisir pour faire quelque chose, Tempus sibi seponere ad rem aliquam.

Excepter et se reserver quelque chose quand on vend quelque heritage, terre, ou maison, Recipere.

Ne toucher point à quelque affaire, et le reserver au prince, Omnia integra principi seruare.

Reserver de n'encourir note d'infamie, Adimere ignominiae notam additamento clausulae receptitiae. B.

Cela est expressement reservé, Hoc nominatim cautum et exceptum. Budaeus.

Recours reservé, Anaphora. B.

Recours reservé contre qui il appartiendra, Ius saluum referendae, eiusdem rei nomine, quaestionis, ei ad quem res attinere videbitur, Ius subsidiariae actionis, et cum eo experiundi ad quem res pertinebit, seruandi sui causa. B.

Reservé, Excepté, Ce qu'on a excepté en vendant quelque chose, et si l'a on reservé, Receptitius.

Synonymes et Contraires

réserver

verbe réserver
2.  Préparer à l'insu de quelqu'un.

réserver (se)

verbe pronominal réserver (se)
S'accorder quelque chose.
Traductions

réserver

reservieren, vorbehalten, zurückbehalten, buchenreserve, book, earmarkreserveren, bespreken, boeken, openhouden, vrijhouden, bestemmenשריין (פיעל)bespreekreservarαγκαζάρω, διαθέτω, διαφυλάσσω, κάνω κράτησηrezervireservar, conservarriservare, prenotarerezerwować, zarezerwowaćreservar, guardarيَحْجِزُrezervovat, šetřit (si)booke, reserverepitää itsellään, varatarezervirati予約する, 取っておく예약하다bestille, reservereбронировать, запасатьboka, reserveraจอง, สำรองsaklamak, yer ayırtmakđặt chỗ, dự trữ保留, 预订 (ʀezɛʀve)
verbe transitif
1. donner, destiner à qqn réserver une place à qqn réserver un bon accueil à qqn
2. garder, mettre à part réserver une part de gâteau pour qqn
3. faire mettre à part pour soi réserver des places de théâtre
4. préparer pour qqn réserver une surprise à qqn

réserver

[ʀezɛʀve] vt
[+ place, table] → to reserve, to book (Grande-Bretagne)
Nous avons réservé une chambre → We've reserved a room., We've booked a room.
réserver qch à qn [+ chambre, billet] → to reserve sth for sb, to book sth for sb (Grande-Bretagne)
(= préparer) réserver qch à qn [+ surprise, fête] → to have sth in store for sb
(= mettre de côté, garder) réserver qch pour, réserver qch à → to keep sth for, to save sth for
Je t'ai réservé une part de gâteau → I've saved you a piece of cake. [ʀezɛʀve] vpr/réfl
se réserver le droit de faire → to reserve the right to do