résistance


Recherches associées à résistance: résistance électrique

résistance

n.f.
1. Action de résister, de faire obstacle à qqn, à une autorité : Le prévenu n'a opposé aucune résistance lors de son interpellation défense, réaction
2. Capacité à résister à une épreuve physique ou morale : Elle a une grande résistance à la fatigue endurance
3. Propriété que possède un corps de résister aux effets d'un agent extérieur : Ce tissu a été utilisé pour sa résistance solidité ; fragilité
4. Force qui s'oppose au mouvement d'un corps dans un fluide : La résistance de l'air.
5. En électricité, rapport entre la tension appliquée aux extrémités d'un conducteur et l'intensité du courant qui le traverse (mesuré en ohms) ; ensemble de conducteurs qui servent à transformer l'énergie électrique en chaleur : Changer la résistance d'un four électrique.
La Résistance,
action clandestine menée pendant la Seconde Guerre mondiale contre l'occupation allemande par des organisations civiles et militaires de plusieurs pays d'Europe.
Plat de résistance,
plat principal d'un repas.

RÉSISTANCE

(ré-zi-stan-s') s. f.
Qualité par laquelle un corps résiste à l'action d'un autre corps. Cette étoffe n'a point de résistance.
L'art des corps les plus durs dompte la résistance [DELILLE, Trois règnes, IV]
Chose de résistance, chose qui dure longtemps. Pièce de résistance, pièce de viande où il y a beaucoup à manger.
Terme de physique. Résistance des solides, force par laquelle ils résistent au choc, à l'impression d'un corps en mouvement.
Un corps ne saurait employer un degré de force à surmonter la résistance d'un autre corps, sans en perdre lui-même une quantité égale à celle qu'il y a employée [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 104]
Solide de la moindre résistance, solide circulaire tel, que, mû dans un fluide, il trouve moins de résistance que tout autre solide circulaire de même base.
Bernoulli, effrayé des calculs de Fatis, se mit à chercher par une autre voie le solide de la moindre résistance, et ne fut pas longtemps à le trouver [D'ALEMB., Éloges, Bernoulli.]
Terme de charpentier. Force avec laquelle les bois supportent sans se rompre le poids dont on les charge.
Tous les auteurs qui ont écrit sur la résistance des solides en général et du bois en particulier, ont donné comme fondamentale la règle suivante : la résistance est en raison inverse de la longueur, en raison directe de la largeur, et en raison doublée de la hauteur [BUFF., Hist. nat. Introd. Œuv. t. VIII p. 253]
Il résulte de toutes ces expériences, que la résistance du bois n'est point en raison inverse de sa longueur, comme on l'a cru jusqu'ici [ID., ib. p. 231]
Résistance des milieux, des fluides, difficulté qu'un corps en mouvement a à les traverser.
La seconde des deux grandes théories sur lesquelles roule le livre des Principes, est celle de la résistance des milieux au mouvement qui doit entrer dans les principaux phénomènes de la nature [FONTEN., Newton]
Tous les corps tomberaient avec la même vitesse, s'ils ne trouvaient point de résistance [CONDIL., Art de rais. II, 4]
La loi de la résistance que l'air oppose aux boulets était un des objets les plus essentiels et en même temps le plus difficile de ces recherches [CONDORCET, d'Arci.]
La résistance des fluides dépend de la vitesse du mobile [BRISSON, Traité de phys. t. I, p. 86]
Terme de mécanique. Nom donné à toute force qui agit en sens contraire d'une autre, dite puissance, dont elle détruit ou diminue les effets.
Obstacle, difficulté. Je voulus pousser la porte, mais je sentis quelque résistance.
Quelques personnes, si l'on en croit Racine le fils, prétendent que Lulli, chargé de mettre en musique l'idylle du grand Racine sur la paix, trouva dans la force des vers une résistance que la poésie de Quinault ne lui avait pas fait éprouver [D'ALEMB., Éloges, Lamotte, note 5]
Défense de l'homme et des animaux contre ceux qui les attaquent. Opposer une longue résistance. L'ennemi ne fit que peu de résistance.
Quelle vaine résistance à son puissant appareil ! [MALH., II, 2]
Et sans autre assistance Ce chef des révoltés vous a fait résistance [DU RYER, Scévole, I, 3]
Il y a des nouvelles [de Wolf commandant dans Stettin] qui confirment en tout ce qu'on disait de la résistance admirable de cette place [PELLISSON, Lett. hist. t. III, p. 302]
Comme ces vaisseaux étaient mal gardés, et qu'on ne se défiait de rien, il s'en saisit sans résistance [FÉN., Tél. XVI]
Il [Coigny] les attaque [les Autrichiens] dans la ville et dans les lignes [de Wissembourg].... on se battait dans les places et dans les rues ; elles étaient couvertes de morts ; la résistance dura six heures entières [VOLT., Louis XV, 11]
Fig. Défense contre ce qui est comparé à un assaillant.
Puisqu'après tant d'efforts ma résistance est vaine, Je me livre en aveugle au transport qui m'entraîne [ID., Andr. I, 1]
Je vois qu'en combattant vos peines, vous souffrez à la fois du mal et de la résistance [J. J. ROUSS., Hél. III, 23]
Se dit des femmes qui opposent des refus à leurs amants.
Elles ne goûtent jamais le plaisir de la résistance, et elles ne lui fournissent jamais le plaisir de la victoire [FONTEN., Dial. V, Morts mod.]
Consultez leurs yeux [des femmes], leur teint, leur respiration, leur air craintif, leur molle résistance ; voilà le langage que la nature leur donne [J. J. ROUSS., Ém. V]
Oubliant cette adroite et molle résistance, Qu'oppose aux doux ébats la pudeur qui balance [DELILLE, Parad. perdu, IX]
Opposition aux desseins, aux volontés d'un autre.
M. Jurieu dira peut-être : J'emploie, il est vrai, la résistance de la raison contre la présence réelle ; mais c'est aussi que la raison y résiste plus qu'à la Trinité, à l'Incarnation et aux autres mystères que le socinien rejette [BOSSUET, 6e avert. 28]
S'il [l'homme qui se convertit] surmonte leur résistance [des pécheurs] par sa fermeté et par son courage [FLÉCH., Sermons, 2e dim. de l'Avent.]
Quels flots de sang pour elle avez-vous répandus ? Quel débris parle ici de votre résistance ? [RAC., Iphig. IV, 4]
On ne m'opposera que trop de résistance [ID., Phèd. II, 1]
Le parlement pourrait sans doute être fort utile au peuple ; mais il saisit communément fort mal les occasions de résistance [DUCLOS, Œuv. t. V, p. 310]
Fig. et familièrement. Il a fait une belle résistance, se dit de quelqu'un qui s'est refusé longtemps aux instances, aux propositions qu'on lui faisait.
Rébellion contre les agents de l'autorité.
Terme de manége. Désobéissance du cheval à la volonté du cavalier.
10° Parti de la résistance, se dit des hommes d'État qui craignent de s'engager dans des voies nouvelles, et qui opposent une force d'inertie aux tentatives de réforme. On dit aussi absolument la résistance.
11° Force avec laquelle on se défend contre la fatigue, la faim. Les jeunes soldats ont moins de résistance que les vieux.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se tu nous donnes ci endroit station et resistance, je te ferai ci endroit un temple [BERCHEURE, f° 11]
    Pluseurs seroient seurmontez qui sont de petite vigueur et ont peu de resistence [ORESME, Eth. 208]
    Posé que une puissance meuve une resistence par certaine isnelté [vitesse] [ID., Thèse de MEUNIER.]
  • XVe s.
    Les fortreces où tel resistence trouveroient que trop convensist perdre de bonnes gens.... [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, 9]
    Et à un matin frappa sur eulx, et ne feirent gueres de resistence [JUVÉN., Charles VI, 1384]
  • XVIe s.
    Vostre bonne grace est la resistance que je treuve en tous les ennuis que puis avoir [MARG., Lett. XLI]
    Elle voyant qu'il n'y avoit point de resistance [moyen de résister], se jeta entre les bras de ce serviteur [ID., Nouv. X]
    Theseus descendit en terre sans aucune resistence, et se saisit du port [AMYOT, Thés. 23]
    ....Mon ardeur retenue, Au lieu de s'amortir, plus chaude est devenue, Et de ma resistance a pris accroissement [DESPORTES, Diverses amours, IX, Stances pour Charles IX]
    Il y a repletion outre mesure, de laquelle s'ensuit tension et renitence ou resistance [PARÉ, V, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. et espagn. resistencia ; ital. resistenza ; du lat. resistentia ; de resistere, résister.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RÉSISTANCE. Ajoutez :
    Terme de construction. Solide d'égale résistance, forme qu'il convient de donner à une pièce quelconque, pour que, sous l'action des forces auxquelles elle est soumise, chacun de ses points ait une même résistance à opposer.
    Ajoutez :
  • Résistances passives, résistances qu'une machine a à vaincre, sans profit pour l'effet utile qu'on se propose.

résistance

RÉSISTANCE. n. f. Qualité par laquelle un corps résiste à l'action d'un autre corps. Il est difficile de graver sur les pierres dures, à cause de la résistance de la matière. Cette étoffe n'a pas de résistance.

Fig. et fam., Pièce de résistance. Voyez PIÈCE.

En termes de Physique, La force de résistance ou simplement La résistance, La force opposée par un corps aux diverses actions qui s'exercent sur lui. La résistance de l'air. La résistance des matérieux. Résistance électrique, Celle que certains corps opposent au passage d'un courant électrique.

RÉSISTANCE signifie aussi Obstacle, opposition, difficulté. Je voulus pousser la porte, le volet, mais je sentis quelque résistance.

Il signifie aussi Force permettant de résister à la fatigue, endurance. Il est d'aspect chétif, mais il a beaucoup de résistance.

Il se dit encore de la Défense que font les hommes, les animaux contre ceux qui les attaquent. Résistance vigoureuse, opiniâtre. Faible résistance. Faire beaucoup de résistance, peu de résistance. Les assiégés ont fait une belle résistance. Opposer une longue résistance. Il s'est rendu sans résistance.

Fig. et fam., Il a fait une belle résistance se dit de Quelqu'un qui s'est fait prier longtemps.

RÉSISTANCE signifie figurément Opposition aux desseins, aux volontés, aux sentiments d'un autre, ou à ses propres passions. Si vous exposez ce projet devant l'assemblée, vous trouverez de la résistance, une grande résistance. Il y aura de la résistance. La chose a passé malgré toute la résistance qu'il y a faite, quelque résistance qu'il y ait apportée. Il a obéi sans résistance.

résistance


RÉSISTANCE, s. f. RÉSISTER, v. n. [Rézistance, té: 1re é fer. 3e lon. au 1er, é fer. au 2d.] 1°. Ne céder pas au choc, à l'impression. "Matière qui résiste au ciseau, viande dûre, et qui résiste au couteau. Des bottes qui résistent à l'eau. "Vieux château, qui a résisté jusqu'ici aux injûres du tems. = 2°. Faire éfort contre. "Résister aux énemis. "Ce cheval résiste au cavalier. Et sans régime. "Ce Comandant ne se rendit que quand il ne put plus résister. = 3°. S'oposer à; tenir ferme contre. "Résister à quelqu'un: Je lui ai résisté en face. "Résister à la grâce, à la volonté de Dieu. Résister à la tentation, aux passions, à l'adversité. = 4°. Suporter facilement la peine, le travail. "Il résiste à toutes les fatigues. "Ce malade est bien afaibli: s' il vient encôre un redoublement, il n'y résistera pas. = Et en parlant de quelque incomodité, comme fumée, mauvaise odeur, etc. on dit, qu'on n'y peut plus résister; l'endurer. "C'est un homme qui se vante, qui contredit toujours~, qui redit toujours la même chôse: il n'y a pas moyen d'y résister.
   Rem. On dit, résister à. Le Chev. Follard et Mde. de B... ont dit: résister contre. "Elle étoit en état de résister contre la Cavalerie. "Une Armée, contre laquelle Leicester étoit hors d'état de résister. C'est contre l'usage et l'analogie. = Ce verbe peut quelquefois régir la prép. à et l'infinitif. "Ces substances fournissent ce feu, tandis qu'elles résistent à en recevoir dailleurs. Journ. de Litt. = Santeul, dans une de ses lettres, lui fait régir la préposition de. "J'avois toujours résisté de vous faire ce présent. — Ces régimes de l'infinitif sont peu usités, sur-tout le dernier. Santeul aurait mieux dit, en disant: j' avais résisté à la pensée, ou à l'envie de vous faire ce présent. — L'Académie ne done d'exemple que du régime des noms. = Le P. La Ruë emploie résistant, comme adjectif verbal. "Nation puissante, et plus de deux mille ans résistante aux efforts des plus redoutables ennemis. Cet adjectif n'a pas été admis par l'usage. Il faut dire, qui avait résisté plus de deux mille ans aux éforts, etc.
   RÉSISTANCE, s'emploie dans les divers sens de son verbe. La résistance de la matière; étofe qui n'a point de résistance. "Les assiégés ont fait une grande, une belle résistance. "Les journées de Fribourg et de Nortlingue, si célèbres par l'opiniâtre résistance des ennemis. Bourd. Il s'est rendu sans résistance. "Si vous proposez cela dans l'assemblée, vous trouverez bien de la résistance, ou grande résistance. "Il a obéï sans résistance. "On ne laissa pas de le mener, malgré qu' il en eut, quelque résistance qu'il pût faire. Maimb.
   REM. Malherbe écrit résistence, pour le faire rimer avec pénitence. Il ne voulait pas qu' on fit rimer ance avec ence: mais il acomodait l'ortographe à ses principes trop rigides, et se sauvait par là, dit Ménage. = M. Le Gendre, et d'autres Écrivains ou Imprimeurs, écrivent aussi résistence, contre l'usage le plus autorisé.
   RÉSOLU, UE, adj. Voyez aprês RESOûDRE.

Traductions

résistance

Widerstand, Gegenwehr, Festigkeitresistance, resistor, element, fight, restistance, standtegenstand, weerstand, verzet, tegenkanting, tegenweer, uithoudingsvermogen, weerstandsvermogenהגבה (נ), התנגדות (נ), התרסה (נ), חוזק (ז), מחתרת (נ), עמידה בפני האויב (נ), עמידות (נ), שרידות (נ), הַתְרָסָה, עֲמִידוּת, הִתְנַגְּדוּתmodstandkontraŭstaro, rezistanco, rezistoresistencia, estaminaresistência, oposiçãoαντίστασηresistenza, infaticabilitàمُقاوَمَةodporvastustusotpor抵抗저항motstandopórсопротивлениеmotståndการต่อต้านdirenmesự chống cự抵抗съпротивление (ʀezistɑ̃s)
nom féminin
1. fait d'être solide la résistance d'un fil
2. fait de pouvoir supporter qqch la résistance d'un matériau à la chaleur la résistance de qqn à la fatigue
3. réaction, opposition à qqn, à qqch résistance à l'occupation
4. opposition des Français aux Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale

résistance

[ʀezistɑ̃s] nf
(= solidité) [matériau, objet] → strength
sacs grande résistance → extra-strong bags
(= endurance) [personne] → stamina
manquer de résistance → lack of stamina
(= opposition) → resistance
entrer en résistance → to put up resistance
[réchaud, bouilloire] (= composant) → element
(ÉLECTRICITÉ)resistance

Résistance

[ʀezistɑ̃s] nf
la Résistance → the Resistance