révérer

révérer

v.t. [ lat. revereri ]
Traiter avec un profond respect : Révérer la mémoire d'un mort honorer, vénérer

révérer

(ʀeveʀe)
verbe transitif
traiter avec beaucoup de respect révérer un héros

RÉVÉRER

(ré-vé-ré. La syllabe vé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je révère, excepté au futur et au conditionnel : je révérerai) v. a.
Honorer avec un sentiment de crainte respectueuse.
Ils [mes amants] m'ont su révérer si fort jusqu'à ce jour, Qu'ils ne m'ont jamais dit un mot de leur amour [MOL., F. sav. II, 3]
Elle [l'Église catholique] défend expressément de croire aucune divinité ou vertu et efficace dans les images, pour laquelle elles doivent être révérées, ni d'y mettre et attacher sa confiance [BOSSUET, Proj. de réun. des protest. Explic. des points de controv.]
Je veux confondre le monde par ceux que le monde même révère le plus.... et ne lui veux donner pour le convaincre que des docteurs assis sur le trône [ID., Duch. d'Orl.]
De quoi vous plaignez-vous, madame ? on vous révère [RAC., Brit. I, 2]
Les cieux instruisent la terre à révérer leur auteur [J. B. ROUSS., Odes, I, 2]
Locke est révéré dans toute l'Europe comme un sage [VOLT., Dict. phil. Superstition.]
Il se dit des choses en un sens analogue.
Alexandre révérait la vertu et la véritable gloire [VAUGEL., Q. C. VIII, 14]
Pendant que le prince se croit le plus grand objet sur la terre des regards du genre humain, il en doit révérer l'attention, et considérer, dans chacun des hommes qui le regardent, un témoin inévitable de ses actions et de sa conduite [BOSSUET, Polit. X, VI, 9]
Les sujets ont cessé d'en révérer les maximes [de la religion], quand ils les ont vues céder aux passions et aux intérêts de leurs princes [ID., Reine d'Anglet.]
Souvenez-vous de ces cabinets [la maison de Mme de Rambouillet] ....où l'esprit se purifiait, où la vertu était révérée sous le nom de l'incomparable Arténice.... [FLÉCH., Duch. de Mont.]
Je l'ai vu révérer la cendre de mon père [VOLT., Oreste, IV, 3]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Altresi les destrenche e tue, Cum fait la fauz l'erbe menue ; Nes [ne les] redute ne nes revire, Od [avec] le cler brant en fait martire [BENOIT, II, 1115]
  • XVIe s.
    Chemine droit et revere justice [AMYOT, Cimon, 11]
    La constance et la foy, de moy tant reverée [DESPORTES, Épitaphes, Diane, 7]
    Je ne vouldrois importuner une personne que j'ay à reverer et craindre [MONT., III, 372]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. riverire ; du lat. revereri, de re, et vereri, craindre.

révérer

RÉVÉRER. v. tr. Honorer, traiter avec un profond respect. Révérer Dieu, les saints, les reliques, les images. Révérer les ministres de la religion. Révérer les puissances. Révérer les lois. Révérer les personnes d'une haute vertu. Révérer la vertu. Révérer la mémoire de quelqu'un.

reverer

Reverer, ou avoir en reverence le mari, et le craindre, Praestare reuerentiam marito, Reuereri maritum.

reverer


REVERER, v. act. [Revéré, 3 é fermés. Devant l'e muet, le 2d se change en è moy. et long: il révère, révèrera, etc.] Honorer, respecter, "Tout le monde révère sa vertu: elle est révérée de tout le monde. "Cette grande Ville (Rome) autrefois révérée de toute la terre. Maimb.
   Tes moeurs nous ont apris à révérer tes lois.
       Alzire.
  Moins il veut être grand, plus il est révéré.
      Volt.

Synonymes et Contraires

révérer

verbe révérer
Traductions

révérer

הוקיר (הפעיל), סגד (פ'), הוֹקִיר

révérer

revere

révérer

[ʀeveʀe] vt → to revere