réveil

Recherches associées à réveil: réveille

1. réveil

n.m.
1. Action de se réveiller ; passage de l'état de sommeil à l'état de veille : L'infirmière a attendu son réveil complet endormissement
2. Retour à l'activité ; renouveau : Le réveil de la nature au printemps renaissance
3. Action de sortir de l'engourdissement moral : Le réveil de l'opposition démocratique résurrection

2. réveil

n.m. ou

réveille-matin

n.m. inv.
Petite pendule à sonnerie, pour réveiller à une heure déterminée à l'avance.

RÉVEIL

(ré-vèll, ll mouillées) s. m.
Passage du sommeil à l'état de veille.
Un songe.... Qui d'un amas confus des vapeurs de la nuit Forme de vains objets que le réveil détruit [CORN., Poly. I, 1]
....à son réveil il treuve L'attirail de la mort alentour de son corps [LA FONT., Fabl. III, 7]
Les réveils de la nuit ont été noirs, et le matin je n'étais point avancée d'un pas pour le repos de mon esprit [SÉV., 14]
Quoi ! tandis que Néron s'abandonne au sommeil, Faut-il que vous veniez attendre son réveil ? [RAC., Brit. I, 1]
Comme une grande image Survit seule au réveil dans un songe effacé [LAMART., Méd. I, 6]
Quand son œil s'entr'ouvre pareil Au rayon de l'aube première, D'un enfant le premier réveil Est moins pur aux yeux de sa mère [P. LEBRUN, Poés. II, II, 36]
Fig.
Dans un sommeil profond ils ont passé leur vie, Et la mort a fait leur réveil [J. B. ROUSS., Odes, I, 12]
Batterie de tambour, ou sonnerie de trompette qui annonce l'heure du lever. Fig. Il a eu un fâcheux réveil, se dit d'un homme qui a été détrompé d'une illusion flatteuse.
Poétiquement. Le réveil de l'aurore, le point du jour.
Je suis, je suis le cri de joie Qui sort des prés à leur réveil [DE LAPRADE, la Chanson de l'alouette.]
Le réveil de la nature, le printemps, époque où la nature semble renaître.
Il se dit de la sortie hors du sommeil de la tombe.
De tous ces vains plaisirs où leur âme se plonge Que leur restera-t-il ? ce qui reste d'un songe Dont on a reconnu l'erreur ; à leur réveil (ô réveil plein d'horreur !).... [RAC., Ath. II, 9]
Toute la vie n'est peut-être qu'un songe continuel ; peut-être que le moment de la mort sera un réveil soudain [FÉN., Dial. des morts anc. Dial. XXVIII]
Ce n'est qu'un paisible sommeil, Que, par une conduite sage, La loi de l'univers engage à n'avoir jamais de réveil [CHAUL., à la duch. de Bouillon.]
Mourons ; que craindre encor quand on a cessé d'être ? La mort, c'est le sommeil.... c'est un réveil peut-être ! [DUCIS, Hamlet, IV, 1]
Là [dans un cimetière] tout dit : espérance ; Tout parle de réveil [LAMART., Harm. III, 10]
Fig. Mouvement moral comparé à un réveil.
Dès que le moment de ce réveil terrible sera venu, dès qu'ils [les peuples] auront pensé qu'ils ne sont pas faits pour leurs chefs, mais que leurs chefs sont faits pour eux [RAYNAL, Hist. phil. XVIII, 39]
En quel insensible sommeil, Europe, restes-tu plongée ! Le cri de la Grèce égorgée Ne hâte-t-il pas ton réveil ? [P. LEBRUN, Voy. de Grèce, Prologue.]
Machine d'horlogerie pour éveiller, dite aussi réveille-matin. Il faut mettre le réveil à telle heure.
Nom que l'on donnait à un canon de 96 livres de balles.
Espèce d'euphorbe, dite plus souvent réveille-matin.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    ....Par ambassades, missives, reveils [sérénades] et aubades [DESPER., Contes, CXXVIII]
    Las ! ce qui m'a tant pleu n'estoit rien qu'un faux songe, Et mon mal au contraire est un ferme reveil [DESPORTES, Imit. de l'Arioste.]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et éveil ; provenç. revelh. On trouve dans Froissart et dans Perceforest resveil au sens de divertissement, mais ce paraît être une confusion avec l'ancien substantif revel qui a ce sens.

réveil

RÉVEIL. n. m. Cessation de sommeil. Un doux réveil. À mon réveil. Il apprit cette nouvelle à son réveil, à l'heure de son réveil. Il a eu après son opération un réveil très pénible.

Battre, sonner le réveil, Exécuter une batterie de tambour, une sonnerie de clairon ou de trompette pour annoncer aux soldats qu'il est l'heure du lever.

Fig., Il a eu un fâcheux réveil se dit d'un Homme qui a été détrompé cruellement de quelque espérance, de quelque illusion flatteuse.

RÉVEIL se dit figurément de Tout mouvement d'ordre moral que l'on compare à un réveil d'ordre physique. Le réveil de son ambition, de ses espérances. Le réveil de l'esprit de parti.

RÉVEIL désigne encore une Petite pendule appelée aussi Réveille-matin. Voyez ce mot. Il faut mettre le réveil sur telle heure.

réveil


RÉVEIL, s. m. RÉVEILLE-MATIN, s. m. RÉVEILLER, v. act. RÉVEILLON, s. m. [Rê-vèil, vè-glie-ma-tein, véglié, vé-glion: 1re é fer. 2e è moy. au 1er et au 2d; et, dans le verbe, devant la syllabe fém. il réveille, réveillera , etc. é ferm. au 3e et au 4e: mouillez l'l finale du 1er et la double l des aûtres.] Réveil, cessation de someil. "Un doux réveil: à son, à votre réveil. — C'est aussi ce qu'on apèle aûtrement réveille-matin; c. à. d. une sorte d'horloge ou de montre, qui sone un espace de tems, pour éveiller précisément à l'heure, sur laquelle on a mis l'aiguille en se couchant. = Réveil est meilleur pour le propre, et réveille-matin, pour le figuré (st. fam.) où il signifie le bruit que fait le matin un Serrurier, un Forgeron, un Charron, etc. et une bone ou méchante nouvelle, qu'on aprend en s'éveillant.
   RÉVEILLER, suivant l'Académie, signifie la même chôse que, éveiller, tant dans le propre que dans le figuré. Il semble pourtant que l'usage y mette quelque diférence. Voy. ÉVEILLER. = Au figuré, sur-tout en parlant des passions, éveiller, c'est exciter des passions, qui ne s'étaient point encore montrées par les éfets; réveiller, c'est exciter de nouveau, renouveler des passions assoupies. "Cela leur réveilla le courage. "Vous ne faites que réveiller sa douleur. "Ceci réveille mon atention. Dest. "Réveiller un procês: des mets, qui réveillent l'apétit. = Se réveiller, dit encore l'Académie, signifie la même chose que s'éveiller. "Je me suis réveillé trois ou quatre fois cette nuit. — Fig. Se réveiller de son assoupissement, de sa léthargie. "Sa haine sa tendresse se réveilla. "Ses maux, ses douleurs se réveillent.
   Quel feu mal étoufé dans mon coeur se réveille?
       Rac.
  Qu'aux accens de ma voix la Terre se réveille,
  Rois, soyez atentifs: Peuples, ouvrez l'oreille:
  Que l'Univers se taise et m'écoute parler.
       Rouss.
RÉVEILLON, petit repas extraordinaire, qui se fait entre le souper et le coucher. = Il y en a qui lui donent le sens de Médianoche. Voy. ce mot.

Synonymes et Contraires

réveil

nom masculin réveil
Retour à l'activité.
sommeil -littéraire: assoupissement.
Traductions

réveil

(ʀevɛj)
nom masculin
fait de ne plus dormir avoir mal à la tête au réveil

réveil

Wecker, Weckrufalarm clock, alarm, alarmclock, awakening, alarm call, wake-up callwekker, (het) wakker worden, opleving, reveil, reveil(le), wekdienstהקצה (נ), השכמה (נ), התנערות (נ), התעוררות (נ), יקיצה (נ), קימה (נ), תחי/תחייה (ז/נ), יְקִיצָה, הִתְעוֹרְרוּת, קִימָה, הַשְׁכָּמָהwekkerprobuzení, budík, buzení telefonemvækkeur, alarmopkaldvekiĝodespierto, despertador, llamada de aviso, llamada despertadoracordamento, despertador, serviço de chamada, serviço de despertarбудильник, сигнал побудкиväckarur, larmsignal, väckarklockaξύπνημα, κλήση συναγερμού, ξυπνητήριreviviscenza, risveglio, chiamata di sveglia, svegliaخِدْمَةُ التَنْبِيهِ بِالهَاتِف, مُنَبِّـهhälytys, herätyskellobuđenje, budilicaモーニングコール, 目覚まし時計비상 신호, 알람 시계automatisk vekkeanrop, vekkerklokkebudzenie telefoniczne, budzikการโทรปลุก, นาฬิกาปลุกçalar saat, uyarı çağrısıcuộc gọi báo thức, đồng hồ báo thức唤醒电话, 闹钟 (ʀevɛj)
nom masculin
appareil qui sonne à l'heure fixée mettre le réveil à huit heures

réveil

[ʀevɛj] nm
[dormeur] → waking up no pl
au réveil → on waking
(MILITAIRE) sonner le réveil → to sound the reveille
(= pendule) → alarm clock, alarm
mettre le réveil à huit heures → to set the alarm for eight o'clock