rêve

rêve

n.m.
1. Suite d'images qui se forment dans l'esprit pendant le sommeil ; songe : J'ai fait un rêve angoissant
un cauchemar
2. Représentation, plus ou moins idéale ou chimérique, de ce que l'on veut réaliser, de ce que l'on désire : Il poursuit le même rêve depuis des années : partir au bout du monde. C'est la voiture de mes rêves.
De rêve,
qui présente des qualités telles que l'on a peine à le croire réel ; irréel : Des vacances de rêve.

RÊVE1

(rè-v') s. m.
Combinaison involontaire d'images ou d'idées, souvent confuses, parfois très nettes et très suivies, qui se présentent à l'esprit pendant le sommeil.
Non-seulement ils [les rossignols] dorment, mais ils rêvent, et d'un rêve de rossignol, car on les entend gazouiller à demi-voix et chanter tout bas [BUFF., Ois. t. IX, p. 151]
Je demande que chacun réfléchisse sur les rêves, et tâche de reconnaître pourquoi les parties en sont si mal liées, et les événements si bizarres ; il m'a paru que c'était principalement parce qu'ils ne roulent que sur des sensations et point du tout sur des idées [ID., Disc. nat. animaux, Œuv. t. V p. 325]
Si les organes seuls produisent les rêves de la nuit, pourquoi ne produiraient-ils pas seuls les idées du jour ? [VOLT., Dict. phil. Somnambules.]
C'est un état bien singulier que celui du rêve, aucun philosophe que je connaisse n'a encore assigné la vraie différence de la veille et du rêve [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 253, dans POUGENS]
Elle croit aux songes ; quand elle a fait un mauvais rêve, la voilà de mauvaise humeur pour toute la journée [GENLIS, Théât. d'éduc. la Tendresse matern. sc. 1]
Ainsi de nos pensers nos rêves sont l'écho [DELILLE, Imag. 1]
Le rêve du méchant est son premier supplice [ID., ib.]
Là jamais ne s'élève Bruit qui fasse penser ; Jusqu'à ce qu'il s'achève, On peut mener son rêve Et le recommencer [LAMART., Harm. III, 10]
Fig. et familièrement. Il a fait un beau rêve, se dit d'un homme qui a joui d'un bonheur très court, qui s'est bercé d'un espoir trompeur. Il se dit aussi d'un succès, d'un bonheur que rien ne pouvait faire attendre.
être d'un siècle entier la pensée et la vie, Émousser le poignard, décourager l'envie, Ébranler, raffermir l'univers incertain, Aux sinistres clartés de la foudre qui gronde, Vingt fois contre les dieux jouer le sort du monde, Quel rêve !... et ce fut ton destin [LAMART., Méditat. II, 7, Bonaparte.]
Fig. et familièrement. Les histoires que vous nous contez là sont de beaux rêves, elles n'ont pas plus de suite, de vraisemblance que si elles étaient des rêves. Fig. et familièrement. C'est un rêve que de vous voir ici, on s'y attendait si peu qu'il semble qu'on rêve. Fig. Le rêve de quelqu'un, ce à quoi il songe toujours.
Sans vieillir, accablé de jours, La fin du monde est mon seul rêve [BÉRANG., Juif errant.]
Fig. Il se dit de tout ce qui est comparé à un rêve.
Ce n'est pas là un système de philosophie [la physique de Descartes], c'est le rêve d'un homme en délire [VOLT., Dial. XXIX, 10]
Délires insensés ! fantômes monstrueux ! Et d'un cerveau malsain rêves tumultueux ! [A. CHÉN., l'Invent.]
De ce rêve enchanteur je goûtais le mensonge [M. J. CHÉN., Fénelon, II, 3]
Vous m'avez délaissé, doux rêves de la vie [ID., la Prom.]
Nos guerriers, instruits par vos leçons, Comme un rêve insensé méprisent mes soupçons [C. DELAV., Vêp. sicil. III, 3]
La gloire est le rêve d'une ombre [LAMART., Médit. I, 11]

SYNONYME

  • RÊVE, RÊVERIE. Le rêve est d'un homme endormi ; la rêverie est d'un homme éveillé.

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. RÊVER. Il est singulier que ce mot n'ait aucun historique.

RÊVE2

(rê-v') s. f.
Impôt qui se prélevait sur les marchandises, à leur sortie du royaume.
En Normandie il se levait quatre deniers pour livre de la valeur des marchandises, à la sortie du royaume, sous le nom de rêve ou domaine forain dont l'établissement est fort ancien, [, Édit. sept. 1664]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Pour recevoir la reve et imposicions qu'il pourront devoir pour l'issue du royaume [DU CANGE, reva.]
  • XVe s.
    En regard de l'imposition foraine et resve qui se leve tant à Paris que ailleurs dedans le royaume [GODEFROY, Observations sur Charles VIII, p. 417, dans LACURNE.]

ÉTYMOLOGIE

  • D'après du Cange, reva est une forme pour roga, demande, du latin rogare ; d'après Demenard, c'est le nom de Pierre la Reve, nom qui passa à l'impôt, comme celui de Paulet à la paulette.

rêve

RÊVE. n. m. Assemblage involontaire d'images et d'idées, souvent incohérentes, parfois nettes et suivies, qui se présentent à l'esprit pendant le sommeil. J'ai eu de mauvais rêves. J'ai fait un singulier rêve, un rêve agréable.

Fig., Il a fait un beau rêve, se dit d'un Homme qui a joui d'un bonheur fort court ou qui n'a eu qu'une espérance trompeuse et de peu de durée. Il se dit aussi d'un Homme à qui survient un succès, un bonheur que rien ne lui faisait espérer.

RÊVE se dit au figuré des Projets sans fondement, des idées chimériques. Ce projet n'est qu'un beau rêve. Ses espérances n'ont été qu'un rêve. Puisse cette idée n'être pas un rêve! Ce système est le rêve d'un esprit mal équilibré.

Il se dit encore au figuré de Désirs, d'espérances. Rêve de gloire. Rêve d'amour. Rêve de fortune. Rêve d'ambition. Son rêve est d'habiter la campagne.

Synonymes et Contraires

rêve

nom masculin rêve
1.  Production de l'esprit pendant le sommeil.
2.  Représentation idéale d'un désir.
Traductions

rêve

Traumdream, daydreamdroom, dagdroom, wensdroom, droomtoestandחזיון לילה (ז), חלום (ז), חֲלוֹםблян, сънsomnisenrevo, sonĝosanábrándképimpi, impian, mimpisognodrømmarzenie, sensonhovissanjedrömndotoόνειροsueñoсон, сновидениеحُلْمdrømuniความฝันdüşgiấc mơ (ʀɛv)
nom masculin
images qui viennent à l'esprit quand on dort faire un rêve

rêve

[ʀɛv] nm
(= songe) → dream
rêve éveillé → daydreaming no pl, daydream
paysage de rêve → dreamlike landscape
des vacances de rêve → dream holidays
(activité psychique) le rêve → dreaming