rôder

rôder

v.i. [ anc. prov. rodar, aller en rond, du lat. rotare, tourner ]
Traîner çà et là, parfois avec de mauvaises intentions : On a surpris quelqu'un en train de rôder autour de la villa errer, vagabonder
Remarque: Ne pas confondre avec roder.

RÔDER

(rô-dé) v. n.
Aller, courir çà et là.
Il [Anchise] m'a suivi malgré son âge Par tous les lieux où j'ai rôdé [SCARR., Virg. VI]
Toute la nuit il rôde ainsi qu'un loup-garou, Il ne nous permet pas de fermer la prunelle [REGNARD, Fol. am. I, 1]
Activement.
Collinet, plus que jamais, rôda les rues avec un vêtement fort riche, qui ne le faisait prendre que pour quelque baron [, Francion, VI, p. 246]
Depuis plus de vingt ans je rôde l'univers, Où je fais admirer l'effet de mes concerts [REGNARD, le Bal, 7]
Eugène de Savoie, sorti de France depuis un an ou deux, rôdant l'Europe sans obtenir d'emploi nulle part [SAINT-SIMON, 41, 235]
Aller çà et là, avec l'intention d'épier, de chercher.
Et moi, Morille, je rôdais autour d'ici, pour voir si je pourrais te rencontrer [HAUTEROCHE, Cocher supp. sc. 1]
Le voilà qui vient rôder autour de vous [MOL., G. Dand. II, 4]
Les Écritures nous le dépeignent [Satan] comme un ennemi toujours vigilant qui rôde sans cesse aux environs, pour tâcher de nous dévorer [BOSSUET, 1er sermon sur les démons, 2]
Il y a assez longtemps que je rôde autour du Parnasse [BOURSAULT, Lett. nouv. t. II, p. 287, dans POUGENS]
Alors, battant ses flancs, la lionne inhumaine Quitte ses lionceaux et rôde dans la plaine [DELILLE, Géorg. III]
Terme de marine. Rôder sur son ancre, se dit d'un bâtiment qui, étant mouillé dans un courant violent, se meut de part et d'autre de la direction du courant, en manoeuvrant convenablement son gouvernail. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Après qu'ilz eurent tous soupé et joué et raudé les ungs avecques les autres [DU CANGE, collatio.]
    Atant se mist le roy à chemin tout courant, affin que Norhot ouyst ; mais peu leur valut, car toute la nuit raudirent sans en avoir nouvelle [, Perceforest, t. VI, f° 107]
    Elles s'esbattent et se raudent ensemble [, Les quinze joyes du mariage, p. 126]
    Ainsi se raudent et moquent du bon homme [, ib. p. 128]
  • XVIe s.
    Il s'en alla rodant à l'entour des isles de Cos et de Gnidos [AMYOT, Alc. 56]
    Nous n'allons pas ; nous rodons plustost, et tournoyons çà et là sur nos pas [MONT., IV, 14]
    Aprez avoir rodé les yeulx par tout, je me trouvai en pourpoinct [ID., IV, 205]
    Il avoit huit galeres qui raudoient par toute cette mer [CARL., I, 7]
    Il avoit raudé tout ce païslà, par plusieurs fois, pour mieux en recognoistre les advenues [ID., V, 11]
    Pour courir à clos yeux aux hasards de la guerre, Chercher toutes les mers, rauder toute la terre [DESPORTES, Élégies, I, II]
    Te baille ton pere exhibition à l'université pour aller rauder de nuyct ? [PALSGR., p. 570]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. se roder ; picard, raudir, rôder ; provenç. rodar, rogar, rouler, tourner, arrondir, rôder ; espagn. et portug. rodar ; ital. rotare ; du lat. rotare, tourner, de rota (voy. ROUE). Cette étymologie est assurée par la phrase roder les yeux, de l'historique. Seulement il faut remarquer que rôder provient d'une influence provençale ou du moins des contrées avoisinant la langue d'oc ; la forme vraiment française est rouer ou roer : XVe s.
    Se aucun vient de nuit en nostre jardin, ou roer entour notre hostel [DU CANGE, rotulare.]

roder

RODER. v. tr. T. d'Arts. User, polir par le frottement les contours ou les angles d'une pièce de métal pour qu'elle s'adapte à une autre. Par extension, Roder une soupape. Roder un moteur.

roder

RODER. v. intr. Errer çà et là. Il ne se dit qu'en mauvaise part. Il y a des voleurs qui rôdent dans cette région. Les loups rôdent pendant la nuit autour des troupeaux. Fig., On voit bien des jeunes gens rôder autour de cette héritière.

roder

Roder, Il vient de ROD verbe Hebrieu, qui signifie autant comme Migrauit, Vagatus est.

Roder le pays, Concursare, Peruagari terras.

Qui a rodé le pays, Peruagatus.

rôder


RôDER, v. n. RôDEUR, s. m. [1re lon. surtout devant l'e muet. Il rôde, il rôdera.] Rôder, c'est courir çà et là. "On voit des gens qui rôdent autour de la maison. "Il a bien rôdé par le monde. = Il se dit plutôt en mauvaise qu'en bone part. = RôDEUR, qui rôde. "C'est un grand rôdeur; un rôdeur de nuit. St. fam.

Synonymes et Contraires

rôder

verbe rôder
Errer çà et là.
errer, flâner, traîner, vagabonder -familier: rôdailler, traînailler, traînasser -littéraire: divaguer, vaguer.
Traductions

rôder

bummeln, herumschweifen, irren, streifen, umherstreifen, vagierenroam, wander, hang, prowlzwerven, dolen, dwalen, ronddolen, ronddwalen, waren, rondsluipen, rondwarenerrarvagabundear (ʀode)
verbe intransitif
se déplacer dans un lieu Je l'ai vu rôder dans le quartier.

rôder

[ʀode] vi
(de façon suspecte) → to prowl
Il y a un homme louche qui rôde autour de l'école → There's a suspicious-looking man prowling around the school.
(= errer) → to roam around, to wander around