rabat

rabat

[ raba] n.m.
1. Partie d'un objet conçue pour pouvoir se rabattre, se replier : Un sac avec des poches à rabat.
2. Rabattage.
3. Revers de col faisant office de cravate, porté par les magistrats et les avocats en robe.

rabat

(ʀaba)
nom masculin
partie qui se replie une poche à rabat

RABAT1

(ra-ba ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas) s. m.
Ce qui est rabattu ; s'est dit primitivement d'un col garni de dentelles ou même sans garniture, qui laissait le cou des hommes tout à fait à découvert. Plus tard, pièce d'une toile fine et empesée, quelquefois même garnie de dentelles, qui tombait sur le devant de la poitrine.
Nous causions de mouchoirs, de rabats de dentelles, De ménages de fille.... [CORN., Gal. du Palais, IV, 10]
Hors un gros Plutarque à mettre mes rabats [MOL., Femm. sav. II, 7]
Dites-moi à quoi vous vous en voulez servir [d'un livre] ; Belastre lui répondit brusquement : c'est pour mettre mes rabats en presse [FURETIÈRE, Roman bourgeois, Hist. de Charrosselles, p. 232]
Vous êtes trop sérieux, et je trouve qu'un plumet était mieux votre fait qu'un rabat [DANCOURT, la Femme d'intr. III, 5]
Si jamais vous rencontrez quelques pédants à grand rabat ou à petit rabat, dites-leur bien, je vous en prie, que jamais ils n'auront ce plaisir de me condamner en mon propre et privé nom [VOLT., Lett. d'Alembert, 19 sept. 1764]
Ils ressemblent au Scaramouche de l'ancienne comédie italienne, qui volait un rabat de point à Mézétin ; celui-ci déchirait un peu le rabat en se défendant ; et Scaramouche lui disait : Comment ! insolent, vous me déchirez mon rabat [ID., Dict. phil. Quisquis, Nonotte.]
Aujourd'hui, partie de l'habillement des ecclésiastiques consistant en un morceau de toile noire qui descend sur la poitrine, et qui est divisé en deux portions oblongues et bordées de blanc. Les membres de certaines congrégations portent des rabats blancs. Le rabat blanc est porté par la magistrature, le barreau, le parquet et les professeurs de l'université en robe. Les rabats, pour dire les gens qui portent le rabat.
La jeunesse est dans notre nasse, Et les hausse-cols font place aux rabats [BÉRANG., Messe du St-Es.]
Feuilles d'une fleur artificielle qui tombent à côté des feuilles supérieures.
Pièce de peau qui assemble les éclisses d'un soufflet d'orgues.
Terme de vénerie. Chasse qui se fait, la nuit, en rabattant les filets sur le gibier qu'on a poussé ; ou le jour, en faisant battre la campagne et pousser le gibier à la rencontre des chasseurs. Terme de fauconnerie. Lâcher le rabat, lâcher l'autour après la première secousse.
Terme de jeu de quilles. Second coup joué de l'endroit où la boule s'est arrêtée. Faire trois quilles de venue et autant de rabat.
Toit d'un jeu de paume, qui sert à rejeter, à rabattre la balle. Par extension, coup qui vient du rabat.
Rabat de cage, le dessus d'une cage.
Morceau de toile dont le cirier se sert pour rabattre ce qui s'élève de la baignoire en tournant.
Terme de jurisprudence. Rabat ou rabattement de défaut, suppression de défaut.
10° Diminution. Rabat de prix.
11°
Liqueur noire employée aux Gobelins pour brunir les couleurs ; sauf la gomme, c'est une véritable encre formée d'une décoction de bois de campêche, de noix de galle et de sumac, à laquelle on a ajouté du sulfate de fer, [CHEVREUL., ]
Afin de leur bailler l'œil requis.... il leur sera donné un très léger rabat, avec un peu de galle et de couperose, [, Règlem. sur les manuf. août 1669, Teinturiers en laine, art. 23]
12° Huile de rabat, voy. FROISSAGE.
13° Nom que l'on donne à la terre des plats et assiettes non vernis, dont la cuisson a été manquée.
14° Outil du charron pour tracer des lignes droites.
15° Sable argileux servant à dégrossir le marbre.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Dont sourt riotte [querelle], et discords et debatz, Dechiet de corps, et de chastel rabaz, Et qui a mis mainte cité au bas [AL. CHART., Œuv. p. 576]
    Il faut ceintures, Rabas, chaperons et bordures [, Blason des faulces amours, p. 270, dans LACURNE]
    Lequel mot se voyoit au rabat des courtines de ladite figure [J. CHARTIER, Hist. de Charles VII, p. 300, dans LACURNE]
    L'escuyer, qui estoit moult puissant, rabatoit et se defendoit de l'emprise de son compaignon, et d'un rabat rompit la dague de la hache dudit messire Jaques [O. DE LA MARCHE, Mém. liv. I, p. 325, dans LACURNE]
    Roy des François, gaigné as l'avantaige ; Parfaiz ton jeu, comme vaillant et saige, Maintenant l'as plus belle qu'au rabat [du jeu de quilles] [CH. D'ORL., Ball. 77]
  • XVIe s.
    Tout cela leur sera baillé au terme arresté, sans rabat, ne delai [O. DE SERRES, 34]
    Qu'il n'avoit pu estre adverti des assignations à luy données, et à ce moyen requeroit le rabat du defaut contre luy octroyé [, Coust. gén. t. II, p. 1050]

ÉTYMOLOGIE

  • Substantif de rabattre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RABAT. Ajoutez : - REM. Rabat, au XVIIe siècle, s'est dit non-seulement d'une pièce de la toilette des hommes, mais aussi de cols ou collerettes de femmes.
    On vous connaît assez, et vous êtes de celles Que mille fois le plâtre a fait passer pour belles, Dont la vertu consiste en de vains ornements, Qui changent tous les jours de rabats et d'amants [CORN., Lexique, éd. Marty-Laveaux.]

RABAT2

3e pers. du sing. du présent de l'indicatif de rabattre, qui entre comme préfixe dans quelques mots composés.

rabat

RABAT. n. m. Pièce de l'ancien costume français consistant en un col de toile, garni ou non de dentelles, qui laissait le cou des hommes découvert. Le Chrysale de Molière parle d'un gros Plutarque à mettre ses rabats.

Il se disait aussi d'une Partie du costume ecclésiastique consistant en un morceau de toile noire divisé en deux portions oblongues et bordées de blanc, et qui se rabattait sur le devant du col. Grand rabat. Petit rabat. Empeser les rabats.

Il se dit encore d'une Pièce de batiste, de dentelle, etc., qui fait office de cravate dans le costume officiel des magistrats, des avocats, des membres de l'Université, etc.

En termes de Chasse, il désigne l'Action de rabattre le gibier.

rabat

Le Rabat d'un jeu de paulme, Spheristerij tectum, Repercussorium, Reflexorium.

rabat


RABAT, s. m. [On ne prononce point le t.] 1°. Ornement de toile, que les hommes de certaines professions portent autour du cou, et qui se rabat des deux côtés sur la poitrine. Pour les Éclésiastiques, on dit plus souvent collet ou petit collet. = 2°. Au Jeu de quilles, il est oposé à venûe: c'est le coup que le joueur joûe de l'endroit où sa boule s'est arrêtée. "Il a fait trois quilles de venûe, et deux de rabat. "Dans certaines parties, quand on n'a rien fait de venûe, on ne joûe point de rabat.

Traductions

rabat

חפי (ז), חפת (ז), חֵפֶת, רבאט

rabat

flap, klep, Rabat

rabat

رباط

rabat

Рабат

rabat

Rabat

rabat

Rabat, Lasche

rabat

Rabat, flap

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

رباط

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

ラバト

rabat

라바트

rabat

Rabatas

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

Rabat

rabat

Рабат

rabat

Rabat

rabat

拉巴特

rabat

พะเยิบพะยาบ

Rabat

[ʀabat] nRabat

rabat

[ʀaba]
vb
voir rabattre
nmflap