raccommodement

raccommodement

n.m.
Fam. Action de réconcilier, de se réconcilier ; réconciliation.

RACCOMMODEMENT

(ra-ko-mo-de-man) s. m.
Réconciliation après une querelle.
J'ai une lettre de M. le cardinal de Bouillon qui me charge de son raccommodement [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 25 juin 1698]
Sa Majesté [Charles II] ne goûta pas longtemps la douceur d'un raccommodement [avec une maîtresse] qui le rendait de la plus belle humeur du monde [HAMILT., Gramm. X]
Petits soins, rendez-vous, doux raccommodements, Promesse d'épouser, plainte, douceur, rupture, Tout cela se trafique avecque l'écriture [REGNARD, le Distr. IV, 9]
Gaston, dont la vie était un flux perpétuel de querelles et de raccommodements avec le roi son frère [Louis XIII] [VOLT., Mœurs, 176]
La querelle fut très violente, et finit par des pleurs, qui touchèrent le roi ; un froid raccommodement termina cette scène [GENLIS, Mme de Maintenon, t. I, p. 229, dans POUGENS]
Les raccommodements ne suivent jamais le dégoût et le mépris [ID., ib. t. II, p. 1]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un des boutefeux nommé Neux, gagné par les Espagnols, pour empescher le racommodement, rompit tout traité [D'AUB., Hist. III, 205]

ÉTYMOLOGIE

  • Raccommoder.

raccommodement

RACCOMMODEMENT. n. m. Réconciliation après une brouille. Un ami commun a travaillé à leur raccommodement.
Synonymes et Contraires

raccommodement

nom masculin raccommodement
Familier. Fait de se réconcilier.
fraternisation, rapprochement, réconciliation -familier: rabibochage.