racorni, ie

RACORNI, IE

(ra-kor-ni, nie) part. passé de racornir
Rendu comme de la corne. Feuilles racornies par un soleil ardent.
Qui est empêché de se développer, de s'étendre. C'est un pauvre homme tout racorni par les rhumatismes. Fig.
Je sens que les traces de mes vieilles idées, racornies dans mon cerveau, ne permettent plus à des idées si nouvelles d'y faire de fortes impressions [J. J. ROUSS., Lett. à M. de Mirabeau, Corresp. t. II, p. 126, dans POUGENS.]