racquitter

RACQUITTER

(ra-ki-té) v. a.
Faire regagner ce qui avait été perdu. Cette partie, si je la gagne, me racquittera. Dédommager. Une seconde affaire l'a racquitté de ce qu'il avait perdu dans la première. Absolument.
Nérine : Madame n'aime pas les maris en peinture. - La comtesse : Cela racquitte-t-il d'une perte aussi dure ? [REGNARD, le Joueur, II, 2]
Se racquitter, v. réfl. Regagner ce qu'on avait perdu au jeu. Essayez de vous racquitter.
Se dédommager de quelque perte.
Par votre moyen, nos alliés se racquitteront de leurs pertes [BALZ., liv. I, lett. 7]
Ce qui est plaisant, c'est qu'il [d'Hacqueville] a eu tort en cette occasion ; et, comme il a gagé d'être parfait, il n'a point poussé sa justification avec moi, et se veut racquitter auprès de vous, en disant que j'ai eu tort [SÉV., 58]
Encor si ta valeur, à tout vaincre obstinée, Nous laissait pour le moins respirer une année, Peut-être mon esprit, prompt à ressusciter, Du temps qu'il a perdu saurait se racquitter [BOILEAU, Épît. VIII]
Se venger sur un autre.
Deux ou trois des plus maltraités par La Rancune se jetèrent sur l'Olive, peut-être pour se racquitter [SCARR., Rom. com. II, 7]
La chambre [des poisons] ne travaillera de vingt jours, soit pour tâcher de se racquitter en trouvant des informations nouvelles [les derniers interrogatoires n'ayant rien donné].... [SÉV., 2 fév. 1680]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et acquitter.