rade

rade

n.f. [ moyen angl. rade ]
Grand bassin naturel ou artificiel ayant une issue vers la mer, et où les navires peuvent mouiller : La rade de Brest.
Laisser en rade,
Fam. ne plus s'occuper de ; abandonner : Ils ont laissé leur projet en rade.
Tomber ou être en rade,
Fam. être en panne : Le distributeur de boissons est en rade.

RADE1

(ra-d') s. f.
Étendue de mer enfermée en partie par des terres plus ou moins élevées, et qui présente aux vaisseaux des mouillages à l'abri des vents et des lames qui ont une certaine direction. Rade sûre. Nous allions entrer dans la rade.
Ses trois vaisseaux en rade avaient mis voiles bas [CORN., Pomp. II, 2]
Nous ne marchâmes pas longtemps sans voir un vaisseau à la rade [SCARR., Rom. com. II, 14]
C'est aux vaisseaux à protéger les rades, et non aux rades à protéger les vaisseaux [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 18]
Bonne rade du sud, bonne rade du nord, etc. rade où l'on est à l'abri de ces vents. Être en grande rade, être au mouillage dans la partie de la rade la plus éloignée du port. On dit en un sens contraire : être en petite rade. Rade foraine, rade mal fermée, où les bâtiments ne sont pas à l'abri des grands vents du large. Mettre en rade, sortir du port. Les marins disent toujours : Tel navire est en rade, va en rade, etc. et non il est à la rade, il va à la rade. Dans le XVIIe siècle on a dit quelquefois les rades pour la rade, comme les Anglais qui disent the roads :
Le roi a été surpris d'apprendre par les lettres du sieur de Seuil, que vous fussiez encore aux rades de Brest [, Seignelay à Chasteaurenaut, 10 janv. 1670, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • XVIe s.
    Et aultres vaisseaux qui estoient à la rade sur le port [CARL., VIII, 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. et ital. rada ; all. Reede, Rhedé ; angl. road ; de l'anc. scandinave, reida, équipement des vaisseaux.

RADE2

2. RADE, mot qui se trouve dans Mme de Staal.
Les lettres d'Espagne que je recevais de temps en temps de notre baron pouvaient être interceptées, nos pratiques sourdes découvertes ; chacun y était pour sa rade ; mais le plus agité était M. de Malezieu [STAAL, Mém. t. II, p. 41]
Mais c'est une faute ; il faut lire vade.

rade

RADE. n. f. Étendue de mer, resserrée entre les terres, qui est à l'abri de certains vents et où les bâtiments peuvent tenir à l'ancre. Cette rade est bonne. Les bâtiments sont en rade, se sont mis en rade, mouillent dans la rade. Entrer, mouiller en rade de Toulon, de Brest, etc. Ce n'est pas un port, c'est une rade. La rade n'est pas sûre.

Rade fermée, Rade bien abritée du vent et de la mer.

Rade foraine, Rade mal fermée, où les bâtiments ne sont pas en sûreté contre les grands vents du large.

rade

Rade de mer, c'est proprement le bord de la mer, a radenda terra, Et ainsi dit Virgile au 7. de l'Eneide, Proxima Circeae raduntur litora terrae, Qui est ce que nous disons costoyer la coste, ou plus precisément naviguer et aller terre à terre, Il est vray que toute extremité de mer est bord de mer, et toutesfois toute extremité de mer n'est pas rade: car un port, une cale ayant fonds sont extremitez de mer, qu'on ne les nomme pas pourtant rades: mais on dit estre rade de mer, ce qui est adjacent à une plage qui n'a fonds aucun, selon ce on dit, un navire estre à la rade.

Ils firent lever les ancres et haulser les voiles: mais ils n'eurent eslongné la rade d'un quart de lieuë, que le vent se va tourner. Semble que c'est un lieu prochain du port, où les navires demeurent à l'ancre, sans entrer dedans le port.

rade


RADE, s. f. [2e e muet.] Étendue de mer, proche des côtes, qui n'est renfermée que par des collines environantes; qui met à l'abri de certains vents, et où les vaisseaux peuvent tenir à l'ancre.

Traductions

rade

מעגן (ז), מַעֲגָןredeрейдharbour, bar, harbor, roadsteadradaReedeRadeRadeRadeRade (ʀad)
nom féminin
1. large bassin ouvrant sur la mer Les navires sont en rade.
2. abandonner

rade

[ʀad] nfnatural harbour (Grande-Bretagne), natural harbor (USA), harbour (Grande-Bretagne), harbor (USA)
en rade de Toulon → in Toulon harbour
rester en rade (fig) [personne, voiture] → to be left stranded