radoterie

RADOTERIE

(ra-do-te-rie) s. f.
habitude de radoter.
Me voilà insensiblement tombée dans la radoterie [SÉV., 14 juin 1671]
Vous savez combien je suis loin de cette radoterie qui fait vitement passer l'amour maternelle aux petits-enfants ; la mienne est demeurée tout court au premier étage [ID., 26 août 1675]
Discours, paroles de celui qui radote.
Ma fille, il faut que je vous conte ; c'est une radoterie que je ne puis éviter [ID., 137]
Il m'a grondé de ne pas avoir été à Bourbon, mais c'est une radoterie, car il avoue que, pour boire, Vichy est aussi bon [ID., 301]
Je suppose que vos occupations vous permettent de lire une mauvaise pièce [les Lois de Minos] ; que vous daignerez vous amuser un peu des radoteries de la Crète et des miennes [VOLT., Lett. Richelieu, 8 mai 1772]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ne me consent mie, sire Dieux, tant vive que par redouterie entrobli le tien service [, Psautier, f° 84]

ÉTYMOLOGIE

  • Radoter.

radoterie

RADOTERIE. s. f. Extravagance qu'on dit en radotant. Il ne dit que des radoteries. On ne l'emploie guère que dans la conversation.