radouci, ie

RADOUCI, IE

(ra-dou-si, sie) part. passé de radoucir
Rendu plus doux. Temps radouci par un vent tiède. Fig.
Ils ont ici une petite fille [Pauline, plus tard Mme de Simiane] qui, sans avoir la beauté de sa mère, a si bien mitigé et radouci l'air des Grignans, qu'elle est en vérité fort jolie [SÉV., 27 janv. 1692]
Fig. Rendu plus doux, en parlant des personnes.
À l'aspect imprévu de leur foule agréable Le prélat radouci veut se lever de table [BOILEAU, Lutr. I]
Il se dit aussi des choses.
Par ses yeux radoucis je vois qu'on vous pardonne [HAUTEROCHE, App. tromp. III, sc. dern.]
Et ses roulements d'yeux et son ton radouci N'imposent qu'à des gens qui ne sont point d'ici [MOL., Mis. I, 1]
On découvrait déjà sur les visages je ne sais quoi de serein et de radouci [FÉN., Tél. X]
Un son de voix bas et radouci [GENLIS, Ad. et Th. t. III, p. 324, dans POUGENS]